Random header image... Refresh for more!

La crise du yachting sur la Côte d’Azur !

Yachting

J’apprends que trois élus importants de la Région, Christian Estrosi, Renaud Muselier et Hubert Falco viennent de saisir le Président de la République pour l’alerter sur la crise dont souffre le yachting sur la Côte d’Azur.

On dirait qu’il s’agit d’une découverte ! Pourtant cette situation n’est pas nouvelle et ne se résume pas au surcoût des cotisations sociales pour le personnel de bord ou au coût d’un plein d’essence à 21 000 euros supplémentaire. C’est ce qui correspond ni plus ni moins qu’à l’addition moyenne que peut laisser ce genre de clientèle à quai en une soirée de libations diverses et variées.

Lorsque j’étais en charge de l’économie à la Région, j’avais précisément pris la mesure de la situation catastrophique de la filière et nous avions constitué un Pôle Régional de Développement Economique et Solidaire (PRIDES Yachting), vivement critiqué par Christian Estrosi qui m’avait accusé de faire du saupoudrage sur un secteur qu’il avait complètement ignoré au moment de sa réflexion sur les pôles de compétitivité.

En effet, plus de 75 % de la flotte mondiale des grands yachts mouille sur la Côte d’Azur pendant plusieurs semaines. Il est aberrant que seuls les commerces en bénéficient mais pas la filière.

Mais c’est la conséquence de l’irresponsabilité des élus qui n’ont pas anticipé le développement de la grande plaisance. Je me souviens de la bataille menée avec Vauzelle et Guerini (à l’époque) pour qu’une partie de la reconversion des chantiers navals de La Ciotat soit consacrée à la grande plaisance car il y avait sur place une concentration de savoir-faire et de main d’oeuvre qualifiée.

Nous y sommes parvenus, mais à quel prix car il fallait un nouvel investissement important, un ascenseur à bateaux pour les yachts de grande plaisance, qui ne faisait pas l’unanimité.

Quant aux Alpes-Maritimes, ne nous leurrons pas. Aucun élu n’a programmé de réserves foncières, ne serait-ce que pour développer les ports à sec, ou la réparation navale. Ils ont préféré faire construire des marinas par les promoteurs, ils en payent aujourd’hui l’addition. Il n’y a plus rien, mis à part une petite activité à Beaulieu et à La Bocca.

Ce qui se passe actuellement est logique. N’ayant pas suffisamment de structures capables de réparer et d’entretenir les yachts, les capitaines de yachts font route vers l’Italie, l’Espagne et de plus en plus vers la Tunisie qui fait émerger un pôle de réparation navale performant.

C’est tout un marché qui nous échappe, celui de l’entretien des yachts. Il est très important puisque la somme consacrée à l’entretien de ce type de bateaux correspond annuellement à 10% de la valeur d’acquisition du yacht.

Nous sommes bien loin d’un débat quasi idéologique sur le montant des cotisations sociales. Le danger, c’est qu’à la fin, les propriétaires de cette flotte aient envie de découvrir d’autres territoires plus proches des lieux potentiels de réparation. Un peu ce que décrivent nos trois élus fort déçus.