Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Economie

Avec Intel racheté par Renault, c’est Sophia-Antipolis et la France qui gagnent

 

Intel Sophia

 

Depuis quelques temps la rumeur était dans l’air. C’est bien Renault qui sera le repreneur des activités R&D d’Intel, installées sur la technopole de Sophia-Antipolis. Mais plus précisément de celles dédiées au logiciel embarqué, un sujet très important pour le constructeur automobile. Intel était menacé de fermeture depuis près d’un an par le géant américain du processeur. Cette nouvelle va réjouir les 400 salariés d’Intel à Sophia Antipolis et à Toulouse.

En mettant la main sur Intel, Renault ne sauve pas seulement des emplois. Le constructeur réalise une opération stratégique de grande envergure car cette compétence est une compétence clé pour l’avenir de l’industrie automobile. Et le constructeur veut rester leader sur la question de la voiture de demain, qui sera autonome, électrique et connectée.

Renault avait été perçu comme pionnier dans l’électronique embarquée avec son système R-Link, mais celui-ci est devenu obsolète au moment où Apple et Google ont développé leur propre solution de synchronisation des téléphones avec le tableau de bord que ce soit pour la musique, les appels et bientôt la cartographie.

Renault vient de communiquer sur ses projets de voiture autonome en se fixant un objectif : proposera un véhicule 100% autonome à horizon 2020.

L’enjeu pour le constructeur automobile est d’avoir la maîtrise des technologies qui lui permettront de proposer des équipements ou des services de connectivité. Or intégrer les compétences R&D d’Intel est donc une façon d’accélérer et de gagner 3 à 5 ans sur le plan de développement prévu initialement. Les compétences sur le logiciel embarqué qu’ont développé les équipes d’Intel vont donc permettre à Renault de conserver la maîtrise de l’architecture logicielle et du développement informatique lié.

3 à 5 ans dans ce domaine où la concurrence fait rage, c’est énorme.

Mais c’est aussi l’écosystème du territoire azuréen qui intéresse Renault. L’INRIA, Eurecom et l’Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environnement et du Développement Durable (IMREDD) pour le rapprochement avec l’Université Nice Sophia-Antipolis, sont des partenaires potentiels.

mai 28, 2017   Commentaires fermés sur Avec Intel racheté par Renault, c’est Sophia-Antipolis et la France qui gagnent

Suspension de l’appel d’offres IKEA : Quelles conséquences pour la ville de Nice ?

IKEA

Ayant appris la suspension de l’appel d’offres « gros-œuvre » pour la réalisation d’IKEA pour cause d’un dépassement budgétaire, j’ai immédiatement écrit au Maire de Nice.

En effet, lors du Conseil municipal du 26 juin 2015, une délibération a été votée. Cette délibération faisait état d’une promesse de vente des terrains de la ville à IKEA devant aboutir au plus tard le 10 janvier 2017. Le montant de la transaction était fixé à 21 millions d’euros, c’est dire si cette vente est importante pour la ville.

J’ai demandé au Maire de Nice de me confirmer si les terrains avaient bien été définitivement vendus à IKEA, ou s’ils étaient encore la propriété de la ville de Nice ?

Ensuite s’agissant d’un appel d’offre privé, il ne concerne pas la ville de Nice. Toutefois il serait étonnant que cela n’aie aucun influence sur les délais de réalisation. Même si personne ne le dit encore, l’ouverture d’Ikea pourrait intervenir vers la fin 2019 et non le début comme prévu initialement.

mars 28, 2017   Commentaires fermés sur Suspension de l’appel d’offres IKEA : Quelles conséquences pour la ville de Nice ?

La politique de l’offre, vous connaissez ?

FH

Rappelez vous, c’était aux vœux de 2014, François Hollande annonçait un changement de cap radical pour la politique économique de la France. Mettre en place une politique de l’offre, favorable aux entreprises, pour relancer la croissance par l’investissement. Il venait de rompre avec un vieux dogme socialiste, celui de la politique de la demande qui préconise la relance de la croissance par la hausse du pouvoir d’achat des salariés. Certes, il y a eu des imperfections, qui, fait plus regrettable, n’ont pas été rectifiées et le CICE a été distribué à tort à des entreprises du CAC 40 mais ce n’était pas là le cœur de la cible. Il s’agissait des PME.

Deux ans plus tard, les résultats des paris économiques de François Hollande sont là. Il s’est créé en deux ans plus d’entreprises qu’il en a disparu. Ce solde positif s’est traduit par la création de 165 000 emplois l’an passé. On parle de 95 000 nouveaux emplois prévus pour les deux premiers trimestres de cette année.

De la même manière, selon l’INSEE, le taux de croissance sera de 0,8 % pour le premier semestre 2017, le meilleur résultat depuis 2008. Enfin le taux de chômage atteindra son plus bas niveau des dix dernières années, 9,5 %.

Si l’on rajoute à cela que ce redressement économique s’est produit tout en ramenant le déficit du PIB autour des 3 % réclamés par Bruxelles, alors qu’il était de 5,7 % lorsque François Fillon gouvernait le pays, et que les comptes de la Sécurité Sociale sont à l’équilibre, je trouve que la France a bien été gérée sous la présidence de François Hollande.

Pourquoi l’a t’on empêché de se représenter ? Je ne vois guère qu’un délit de « sale gueule ». Tout cela n’est pas vraiment très rationnel.

Maintenant, il n’est plus temps de se lamenter mais de se tourner vers l’avenir et d’élire un candidat qui soit compatible avec la politique menée par François Hollande car, sur le fond, il me paraîtrait totalement incongru de remettre en cause une politique qui, manifestement, porte ses fruits et commence à faire reculer le chômage.

mars 20, 2017   Commentaires fermés sur La politique de l’offre, vous connaissez ?

Non à la clause Molière !

Moliere

L’idée d’imposer la maîtrise du français sur les chantiers financés par les marchés publics vient d’être réintroduite dans le débat politique. En plein campagne présidentielle, ce n’est pas un hasard si l’on a vu plusieurs présidents d’exécutifs LR dont Laurent Wauquiez et Valérie Pecresse faire voter cette disposition.

Vu du niveau des chefs de chantiers, la mesure peut paraître intéressante car ils insistent beaucoup sur le déficit de compréhension des consignes qui peut aller jusqu’à mettre en danger la vie des ouvriers.

On peut l’entendre mais on ne peut pas s’arrêter là. On voit bien qu’il s’agit d’un moyen de lutter contre le recours aux travailleurs détachés. C’est aussi une façon de faire revenir par la fenêtre le débat sur la préférence nationale, chère au Front National.

Politiquement c’est inacceptable et c’est pour cela que Wauquiez n’a pas rapporté sa délibération suite à l’injonction de préfet de région.

Tout simplement parce qu’il compte sur le tribunal administratif pour obtenir par la voie d’un contentieux administratif ce qu’il ne peut obtenir politiquement par un changement de loi.

C’est un enjeu considérable car la préférence nationale, marqueur idéologique de l’extrême droite, verrait pour la première fois un vaste terrain d’expérimentation.

mars 16, 2017   Commentaires fermés sur Non à la clause Molière !

22ème rapport sur l’état du mal-logement en France 2017 !

Fondation Abbe Pierre

La 22ème édition du rapport annuel sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre dessine le portrait d’une France fracturée par la crise du logement. 4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou sans logement personnel.
Outre ces situations les plus graves, 12,1 millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement. Effort financier excessif, précarité énergétique, risque d’expulsion locative, copropriétés en difficulté, surpeuplement… au total, sans les doubles comptes, près de 15 millions de personnes sont touchées, à un titre ou à un autre, par la crise du logement.

À bien des égards, pour les pauvres, les classes populaires et moyennes, la situation tend à s’aggraver, en particulier depuis la hausse des prix de l’immobilier des années 2000 et le déclenchement de la crise économique en 2008.

Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012. Celui des personnes en hébergement contraint chez des tiers de 19 % entre 2002 et 2013. Les personnes en surpeuplement accentué sont de plus en plus nombreuses, alors que la tendance depuis des décennies était plutôt à la baisse : + 17 % entre 2006 et 2013 pour le surpeuplement accentué et + 6 % pour le surpeuplement modéré.

Face à ces réalités inquiétantes, quelle a été l’action gouvernementale au cours du quinquennat écoulé ? Alors que François Hollande s’était engagé en 2012 à mettre en œuvre le Contrat social proposé par la Fondation Abbé Pierre, les politiques menées laissent un sentiment d’inachèvement.
Bien des chantiers ont été ouverts, bien des actions ont été entreprises, mais ils se sont souvent heurtés à des renoncements politiques en chemin et à une austérité budgétaire qui empêche d’apporter une réponse à la hauteur de la gravité de la situation.

Les locataires continuent de payer leur loyer, puisque le nombre d’impayés semble stable. Mais à quel prix… Les Français sont 44 % de plus qu’en 2006 à se priver de chauffage à cause de son coût. 42 % de plus à subir un effort financier excessif pour payer son logement.
Résultat, le nombre de personnes modestes ayant eu froid à leur domicile pour des raisons liées à la précarité s’est accru de 25 % entre 2006 et 2013. Le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique a atteint son record en 2015, avec 14 363 expulsions, un chiffre en hausse de 33 % par rapport à 2006.

Un quinquennat en demi-teinte pour les mal-logés
Si la situation ne semble pas meilleure qu’il y a cinq ans pour les mal-logés, des graines ont indéniablement été semées et des avancées obtenues, en matière de loyers, d’orientation des attributions Hlm, de gouvernance, de précarité énergétique…
Mais elles ne suffiront pas face à l’ampleur du mal-logement, faute de priorité budgétaire accordée à ce sujet, de cap politique clair et stable et d’un partage des compétences suffisamment lisible et responsabilisant sur le terrain.

Mobilisation citoyenne
En cette année électorale, ce tableau alarmant appelle une mobilisation de la classe politique mais aussi, dix ans après la mort de l’abbé Pierre, de la société tout entière.
Ce rapport met en avant les initiatives qui marchent, en France ou à l’étranger. Et il appelle à en tirer les leçons, à les généraliser, à sortir de la simple expérimentation pour changer le braquet de la politique du logement.

février 6, 2017   Commentaires fermés sur 22ème rapport sur l’état du mal-logement en France 2017 !