Épicerie Solidaire : Rencontre avec Kamel et Vincent

La cité Jean Médecin était déserte ce matin lorsque je suis allé rencontrer les deux âmes de cette épicerie solidaire.
Kamel je le connais (même si je ne l ai pas reconnu sous le masque !) car il est aussi bénévole au Café Suspendu.
Vincent, je ne le connaissais pas mais on les devine complémentaires.
Chaque semaine, en périodes de cours, ils accueillent 200 étudiant.e.s
L’épicerie tient sur 4 pièces.
Eaux minérales, boîtes de conserves, produits d’hygiène, pommes de terres sont stockés dans deux locaux attenants. Il y a le guichet où l’on retire son paquet et celui où on s’enregistre. Simple et efficace.
Seule difficulté cette épicerie est un comité de solidarité mais il n’a pas de structure juridique. N’étant pas une association loi de 1901 reconnue, il ne peut accéder directement à la banque alimentaire.
Mais un solide partenariat avec le Secours Populaire permet de contourner cette difficulté.
Un grand merci à Kamel et Vincent pour le temps qu’ils consacrent à lutter contre la progression de la précarité étudiante dans nos cités universitaires.

C’est le jour J. Covid-19, Mauricette e été vaccinée ce matin.

l’Europe commence à vacciner ce week-end et la première française qui a été vaccinée est âgée de 78 ans et habite Sevran.
Priorité : les EHPAD, les plus de 80 ans et les personnels soignants. 19500 doses du vaccin anti-Covid de Pfizer-BioNTech ont été livrées en France.
Le vaccin n’est pas obligatoire. Il est intégralement pris en charge. Chacun.e. a son avis sur ce vaccin et doit être respecté dans son choix.
Personnellement je ferai ce vaccin quand mon tour viendra, mais je militerai sans relâche pour convaincre les sceptiques parce que c’est la seule voie possible pour développer l’immunité collective.

Le Brexit s’appliquera aussi aux footballeurs dès le 1er janvier 2021

Ce post s’adresse surtout aux amateurs (trices) de football et traite d’une dimension du Brexit à laquelle on ne pensait pas spontanément.
Les footballeurs originaires des pays de l’ancien espace Schengen seront obligés de détenir un permis de travail pour exercer leur profession sur le sol britannique, à partir du 1er janvier 2021, qui va marquer l’entrée en vigueur du Brexit, la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.
Le Brexit soumettra les footballeurs des pays de l’ancien espace Schengen aux mêmes obligations que leurs confrères africains, concernant l’accès à la Premier League.
Tout footballeur non britannique devra se munir d’un permis de travail pour rejoindre le championnat anglais.
Les clubs anglais ne seront plus autorisés à engager des étrangers de moins de 18 ans, et il est prévu une limitation à trois des achats de joueurs âgés de 18 à 21 ans, par Mercato. Le foot français qui avait pris l’habitude d’exporter ses jeunes talents pour équilibrer ses comptes va souffrir.
Pour le reste, les joueurs européens se verront appliquer le même régime d’immigration que les joueurs extracommunautaires. A savoir un barème avec un nombre de points à atteindre en fonction de plusieurs critères – nombre d’apparitions en sélection nationale, pedigree du club d’origine… – pour obtenir un permis de travail.
L’intention est claire : favoriser l’émergence de talents britanniques sans empêcher les clubs anglais de recruter les meilleurs joueurs étrangers

Un manteau blanc à Nice pour un Noël décidément pas comme les autres

A deux minutes près je manquais le couvre feu à cause d’un bouchon d’une demi-heure entre le péage d’Antibes et Villeneuve-Loubet.
Voilà ce qu’il se passe quand une poche d’air chaud croise de l’air froid venu de Scandinavie.
Pour les courageux : À lire dans le quotidien régional un très intéressant dossier sur les conséquences du Brexit sur la Côte d’Azur.