Tadej Bocacar est venu rappeler une règle élémentaire qui vaut en cyclisme comme en politique.
Quand tu as l’avantage il faut être sans pitié et enfoncer le clou
Pour avoir été trop attentiste alors qu’il était très fort, Primoz Roglic n’a pas tué le match et a fini par perdre un Tour qu’il devait 100 fois gagner.

Restaurants: une initiative à soutenir.

Plusieurs restaurateurs niçois participent du 17 septembre au 17 novembre à l’opération « Retournons au restaurant » lancée par le site internet The Fork (Trip Advisor).
Le secteur de la restauration peine à retrouver son rythme d’avant-crise. Pour lutter contre un fatalité ambiant, . 21 restaurants de Nice participent du 17 septembre au 17 novembre à l’opération « Retournons au Restaurant », lancée par le site internet The Fork.
Les internautes pourront profiter de réduction de -50% sur la carte de chaque établissement, à condition d’avoir effectué leur réservation sur la plateforme.
Voici la liste des restaurants. A vos fourchettes et bon appétit.
Arkose Nice (Centre commercial Nice Valley, Nice) – Contemporain
Cumin & Cannelle (23 rue Marceau, Nice) – Indien
Le Curry (15 rue Saint-Philippe, Nice) – Indien
Le Transsibérien – l’Isba (1 rue Bottero, Nice) – Russe
Le Palenke – African food (6, rue e Lépante) – Africain
L’Oiseau d’Été (8, rue Dalpozzo) -Corse
Les Amalgames (1 boulevard Carnot) – Tunisien
Les Pêcheurs (18 quai des Docks) – Fruits de mer
Sushi Lune (26 boulevard Jean Jaurès) – Japonais
Un Régal (41, rue Hôtel des Postes) – Méditerranéen
Baieta (359, promenade des Anglais) – Italien
Charlie et Charlie ( 3, rue Smolett) – Crêperie
Pho 38 Nice (70 rue de France) – Vietnamien
Le Grand Chelem (63 boulevard Gorbella) – Français
Davisto (18, rue Saint Philippe) – Italien
Le Madison (13 rue du Commandant Raffali) – Français
Le VLT ( 4, rue de la Tour) – Cuisine du Monde
La Barque Bleue (7, quai des Deux Emmanuels) – Français
Beef Cut Grill (16 avenue de la République) – Grillade
Le Glouphile (41 boulevard Stalingrad) – Bar à vin
Le Feeling ( 14 rue Pertinax) –

Plan de Relance : 11,5 milliards dédiés aux Transports, une chance pour les Alpes-Maritimes

Plus de 10% des crédits du plan seront dédiés au secteur des Transports pour permettre de renforcer l’intermodalité, de poursuivre le désenclavement de nos territoires et d’engager une véritable transformation technologique de nos transports, vers des véhicules moins polluants.
Pour le détail vous pouvez aller voir ma page FB mais retenez l’essentiel, ce qui nous intéresse en tant que niçois.es.
1/ Un soutien au secteur ferroviaire : 4,7 Mds€
Pour permettre à la SNCF de permettre :
– la poursuite des investissements sur le réseau ferré,
– la régénération des voies,
– le fret ferroviaire,
– la sécurisation des passages à niveau,
– l’accessibilité des gares,
– la remise en service de deux lignes de trains de nuit, dont le Paris-Nice
– la généralisation des plans régionaux de sauvetage des petites lignes ferroviaires dans lesquels il faudra intégrer la ligne Nice Tende Cuneo.
2/ L’accélération des investissements pour les mobilités du quotidien : 1,2 Mds€ dont 330 M€ pour les transports en commun en région (métro, tramway, bus, projet de « RER métropolitains »…). L’extension de la ligne 1 du tram vers l’Ariane et Drap doit être inscrite.
– 200 M€ pour développer l’usage du vélo (objectifs de 600 pistes cyclables nouvelles, de stations vélos sécurisées dans 1000 gares
Un véritable Plan Vélo pourrait être éligible.

Je vous invite à aller voir l’édition d’hier soir de France 3 édition Nice qui a traité du ralliement de Patrick Mottard et de Marc Concas à la majorité de Christian Estrosi

Voici ce que j ai répondu aux quatre questions qui m’ont été posées.
« On ne peut pas avoir combattu pendant 25 ans un homme héritier d’un système comme c’est le cas de Patrick Mottard, qui a été élu à de nombreuses reprises sous l’étiquette socialiste et aller ensuite se vendre pour un plat de lentilles ».
« toutes les bonnes raisons avancées ne justifieront jamais ce qu’ils ont fait »
« Les niçoises et les niçois ont bien compris qu’il s’agissait d’une démarche opportuniste qui ne les grandit pas et qui a eu au moins le mérite de clarifier les choses et qui les a complètement discrédité auprès de l’ensemble de la gauche niçoise » .
« on a déjà connu cela dans le passé. Dans 15 où 20 ans, les nouvelles générations de socialistes parleront de Patrick Mottard et de Marc. Concas comme nous parlions de nos aînés Thérèse Roméo, Carbucchia et Prioris qui avaient quitté le PS pour se rallier à Jacques Médecin. C’est la toute petite place que leur réservera l’histoire »
Les extraits 3 et 4 sont partiellement repris dans le sujet.