Les équipements scolaires ne sont pas à la hauteur !

 

A 2 reprises, les 17 septembre et 3 décembre 2019, j’avais saisi l’adjoint délégué à l’Education, Jean-Marc GIAUME, pour obtenir un audit des établissements scolaires portant notamment sur l’isolation et le diagnostic thermique.
En effet, de nombreux parents d’élèves avaient attiré mon attention sur la vulnérabilité de certains établissements scolaires aux variations de températures, allant jusqu’à nécessiter des chauffages d’appoint l’hiver et le retrait de l’école des enfants dans les situations de grosses chaleurs. C’était par exemple le cas pour l’école de Nice Flore.
Le 16 décembre 2019, malgré une relance adressée le 3 décembre, je n’avais reçu aucune réponse de la mairie. C’est pour cette raison que j’avais envoyé un communiqué à la presse à la même date.
Finalement, l’adjoint au maire, délégué à l’Education, m’a finalement répondu par un courrier du 18 décembre 2019 que vous trouverez ci-dessous.
Cette réponse vient confirmer que la ville de Nice n’a pas engagé suffisamment de moyens pour ses écoles.
Dans notre projet pour Nice 2020, nous ferons des propositions concrètes pour nos écoles et nos pitchouns. Rejoignez #NiceAuCoeur

Fin de l’alerte rouge : hommage aux pompiers qui sont intervenus 700 fois dans les dernières 24 heures

L’image contient peut-être : plein air et eau

 

Le pire est derrière nous. L’épisode méditerranéen a été long et intense. Il n y a qu’à voir les photos et vidéos que vous avez toutes et tous postées sur vos murs.

A 17h03, les sirènes de la ville ont été actionnées et diffusaient en plus un message clair et anxiogène. L’alerte rouge a été déclenchée par le préfet des AM et le centre d’hébergement El Nouzah a été ouvert comme je l’avais demandé il y a trois jours. Ainsi les sans abri ont pu être hébergés ce qui est une bonne chose.

A Nice vers 19h, nous étions dans une ville morte. Les centres commerciaux avaient fermé, les magasins de proximité également, même les restaurants. Les niçoises et les niçois ont appliqué les consignes avec discipline.

Cela a facilité les 700 interventions des pompiers pour sécuriser des lieux, évacuer quand c’était nécessaire, sauver des vies aussi comme cela a été le cas à Cagnes sur mer.

Notons au passage que le trafic ferroviaire est totalement interrompu et que la desserte de l’aéroport a connu aussi de fortes perturbations.

A Nice, malgré un Paillon au plus haut, des vagues submersibles impressionnantes léchant la chaussée sud de la Promenade des Anglais, des glissements de terrain à Pessicart ou à la Madeleine, aucune victime n’est à déplorer et c’est la bonne nouvelle du jour.

Après les inondations du Pont Saint Augustin, ne faut il pas réexaminer le projet de sortie de la vois Mathis en tranchée semi ouverte ?

 

La question posée est légitime. En tout cas je demande au président de la métropole un certain nombre de précisions. Les niçois-es ont le droit de savoir.

Les images du tramway amphibie passant sous le pont de Saint Augustin dans 40 cms d’eau il y a trois jours interrogent les niçois.

J’avais souligné il y a 72 heures le manque d’anticipation et le directeur général des services a reconnu que le tracé de la ligne 2 était à cet endroit en zone inondable.

J’avais également insisté sur l’impact de l’urbanisation des collines, sur le manque de perméabilité des sols qui aggrave la situation.

Mais malheureusement je ne peux être que dans le constat.

Concernant la sortie de la voie Mathis, il est encore temps d’agir en se posant les bonnes questions.

Le tracé du projet de sortie de la voie Mathis en tranchée semi ouverte, exactement là ou ont eu lieu les inondations est il le plus pertinent ?

Que se serait il passé avec des véhicules bloqués à un niveau inférieur au Tunnel Saint Augustin ?

Ce projet de tranchée ouverte a déjà été critiqué par Paul Cuturello, notamment en raison du fait qu’il risque de simplement déplacer les embouteillages, sans les réduire.

Paul Cuturello a également insisté sur le fait que, durant les travaux, il serait nécessaire de dévier le tracé de la Ligne 2, combien de millions d’euros cela va t il encore coûter ?

Le projet de Tunnel de la Victorine, écarté par le maire, aurait été plus cher, mais plus efficace et plus sécurisé que la tranchée semi-ouverte.

En tout état de cause je demande au maire de Nice des explications précises sur l’évaluation de la dangerosité du projet retenu en cas de fortes pluies sachant que ce type d’aléas climatiques de plus en de plus en violents risque d’être de plus en plus fréquent.

La prolifération des rats : une responsabilité partagée citoyens- ville de Nice

 

C’est la saison, chaque année pendant l’été surgit à un moment ou un autre la question de la prolifération des rats. sans doute tout simplement parce que la chaleur impacte davantage les ordures ménagères et les font sortir plus facilement, attirés par les poubelles des restaurants.

Chaque année je reçois des plaintes notamment des cités de l’est de la ville, Roquebillière, Bon Voyage et je signale les quartiers à la ville.

Hier la mairie faisait état de 1700 opérations organisées par le service de lutte anti vectorielle et ses 8 agents. Ces opérations consistent à leur donner des aliments empoisonnés.

Ils s’attaquent à de nouveaux produits tout aussi digestes. C’est le cas de câbles de voitures, notamment sur des Smarts mais pas seulement. Ils apprécient les arrivées d’essences sur les Renault, les durites des Mercedes et les câbles ABS des Audi, entraînant des réparations fort coûteuses.

Poser la question de la prolifération des rats ne relève pas de la démagogie électorale, c’est un enjeu de santé publique, les rats étant vecteurs de leptospirose.

1. Il est évident qu’il faut augmenter les moyens de ce service. 8 agents pour une ville de 350 000 habitants c’est beaucoup trop peu.

2. Les moyens en suffiront pas s’il n’y a pas une prise de conscience citoyenne. Des comportements sont à changer, notamment dans certaines cités
Il faut éviter la dépose des sacs poubelles n’importe où sur la chaussée ou pire de jeter les poubelles par les fenêtres comme c’est trop souvent le cas, notamment à la cité Roquebillière.
Il faut conserver les aliments dans des endroits fermés.

Au niveau des habitants et des syndics , il faut veiller à un nettoyage régulier des parties communes et installer des grilles dans les caves pour rendre leurs déplacements plus difficiles.

Un point essentiel : si votre syndic ou votre office HLM ne fait pas le nécessaire, n’hésitez pas à faire remonter l’information ou à saisir directement le direction de l’hygiène publique de la ville.

Alors qui est prêt ou prête à se mobiliser sur ce problème qui je le rappelle est avant tout un problème de santé publique.

Pavillon Bleu : déception pour Nice !

Le label européen des plages et ports de plaisance a été décerné à 8 villes de la Côte d’Azur sur 502 nationalement. Ce pavillon, décerné par l’association Teragir, est remis selon 4 critères :

Éducation à l’environnement
Gestion de l’eau
Gestion des déchets
Environnement général

Les plages doivent, après analyses d’experts, être certifiées « d’excellentes qualités », avec un point d’eau potable, des sanitaires, des poubelles (dont la mise en place de tri) et avoir 5 activités d’éducation à l’environnement, dont au moins deux directement sur les plages labellisées.

Le résultat est édifiant

Concernant les plages, seulement 4 plages de Nice ont été distinguées : Carras, Coco-Beah, Magnan et Sainte Hélène.

Elles sont 8 à Antibes :Les Groules, La Fontonne Est, La Fontonne Ouest,
Antibes-les-Pins Est, Antibes-les-Pins Ouest,La Garoupe Ouest, La Salis
Fort Carré, Marineland

Et 9 à Cannes : Bijou, Chantiers Navals,Trou (La Roubine), Font de Veyre, Gare Marchandises Gazagnaire, Île Sainte Marguerite Ouest,
Midi Moure Rouge, Riou (Plage de la Nadine), Rochers de La Bocca,
Saint-Georges, Sud Aviation

Ainsi, entre Magnan et Castel, aucune plage ne dispose du pavillon bleu 2019. Pourtant les critères à remplir ne sont pas insurmontables : point d’eau potable, sanitaires, poubelles (dont la mise en place de tri) activités d’éducation à l’environnement, dont au moins deux directement sur les plages labellisées.

C’est regrettable car tant vis à vis des niçoises et niçois que vis à vis des touristes, Nice a un impératif d’excellence à remplir pour conforter son attractivité que la ville perd au profit d’Antibes et Cannes dont la quasi totalité des plages sont distinguées