Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Elections

La région Sud face au défi de l’Algérie !

 

Présenter un quasi grabataire à la présidence de la république n’est pas à l’évidence le signe d’une démocratie en bonne santé. C’est symboliquement un désastre. Mais si le système a perdu la bataille des images, mais il n’a pas encore perdu le pouvoir.

L’ Algérie est un pays riche de son pétrole, de son gaz ( 10% de nos importations ), de ses ressources minières, de son potentiel touristique encore peu exploité, de sa jeunesse aussi, un algérien sur deux a moins de 25 ans.

Depuis la première élection d’Abdelaziz Bouteflika en 1999, cette richesse avait permis au pays de vivre avec un pouvoir stabilisé à défaut d’être vraiment démocratique.

Ce qu’il se passe depuis quelques jours, ressemble à la fois à la révolution du jasmin des voisins tunisiens et au mouvement des gilets jaunes en France. Ce ne sont pas que des mouvements qui se déclenchent dans les capitales avec pour seule contestation celle venant des intellectuels, des universités, etc. Ces trois mouvements ont un point commun. Ils sont partis du sentiment d’abandon et de la notion d’inégalité territoriale. Ce sont des mouvements profonds venant de la ruralité qui trouvent leurs carburants dans le rejet de l’injustice sociale.

On sent monter de la rue un besoin de liberté, la volonté d’en finir avec un régime qu a fait stagner des millions de personnes et qui est à bout de souffle.
La dernière astuce, déjà utilisée de la promesse , une fois réélu, de démissionner pour organiser de nouvelles élections ressemble à une manière de gagner du temps, de calmer le jeu car d’ici le 16 avril, date de l’élection présidentielle, il y a encore sept vendredi, et donc autant d’appels à manifester.

Ce qu’il se passe est important et les réseaux sociaux relaient abondamment ce que la télévision de l’ORTF algérienne essaie de minorer. Les manifestation n’ont jamais été aussi gigantesques.

Bien entendu cette affaire est complexe pour la France, et pour notre région, qui est , hors région parisienne, la première région d’accueil d’immigrés algériens.
Une nouvelle génération de responsables politiques algériens pourrait émerger à cette occasion et la France peut jouer un rôle positif dans cette affaire.

Elle n’est pas obligée de réitérer sa positon caricaturale pendant la révolution tunisienne qui amena Michèle Alliot Marie à proposer l’envoi de CRS pour montrer aux tunisiens comment maintenir l’ordre ! Si la France commence à être frileuse, si elle est en retard sur le soutien à apporter au peuple algérien, alors il pourrait y avoir un danger. Il ne faut pas oublier le rôle essentiel que joue l’Algérie, avec son armée dans le contrôle du Sahel contre les djihadistes au Mali. La France ne peut pas non plus être interventionniste : pas d’ingérence mais pas d’indifférence non plus.

Pour le moment, la mobilisation actuelle est vraiment citoyenne. elle n’est ni attisée, ni encadrée par les islamistes. D’ailleurs, il faut noter que les femmes sont très présentes dans les manifestations.

Mais ils peuvent,comme ailleurs, rafler la mise si on est pas de suite aux cotés du peuple, si on aide pas le peuple algérien à construire une nouvelle démocratie, à se doter de nouvelles institutions et à bâtir un nouveau plan de développement économique.
J’entends monter l’idée qu’il pourrait y avoir si cela tourne mal une vague migratoire sans précédent d’algériens vers la France. Je ne suis pas sûr de ce scénario. Il est évident que notre région serait très exposée parce chaque algérien de notre région a laissé une partie de sa famille sur l’autre rive, parce que ceux de la 2eme et 3eme génération , français, ont des cousins, des oncles sur l’autre rive.

Mais on peut aussi avoir le phénomène inverse car de nombreux algériens de la région Sud ont réalisé des investissements en Algérie, parce que des investisseurs européens attendent une libéralisation économique, la fin de la règle du 51% qui fait qu’aucun étranger n’est actionnaire majoritaire dans ce pays. Si cette ouverture économique s’opérait, alors des jeunes français de racine algérienne qui regardent l’Algérie, pourrait avoir envie d’y retourner si cela bouge.

mars 5, 2019   Commentaires fermés sur La région Sud face au défi de l’Algérie !

Victoire des démocrates aux Etats-Unis !

 

Elle était attendue mais Donald Trump, très actif en campagne, avant fini par nous faire douter.

Les démocrates sont assurés de reprendre la chambre des représentants même si les résultats ne sont pas encore définitifs, ce qui peut considérablement limiter l’action du président Trump pendant les deux prochaines années de son mandat.

Les républicains conservent le congrès et ce n’est pas une surprise. Ils font élire 19 gouverneurs contre 17 pour les démocrates.

Le référendum anti-Trump a fonctionné. La victoire des démocrates ne souffre aucune contestation. La participation a été exceptionnellement élevée ce qui démontre que les républicains bien que battus, ne se sont pas effondrés. C’ est une sorte de cohabitation qui commence.

Nancy Pelosi a parlé d’un jour nouveau pour l’ Amérique. En fait les démocrates ont remporté la première manche. Rendez vous en 2020 pour la seconde.

Mais ne boudons pas notre plaisir, les bonnes nouvelles ne sont pas légion en ce moment.

novembre 7, 2018   Commentaires fermés sur Victoire des démocrates aux Etats-Unis !

Nouvelle Calédonie : la marque indélébile du rocardisme.

 

C’était il y a trente ans, 25 personnes trouvaient la mort à Ouvéa. La Nouvelle Calédonie était à feu et à sang sous la houlette du tandem Charles Pasqua – Bernard Pons. Probablement que si la droite avait gagné la présidentielle et dû gérer ce dossier, nous aurions assisté à une décolonisation sanglante.

Heureusement François Mitterrand était réélu, il nommait Michel Rocard premier ministre. Et Rocard pris ce dossier à bras le corps, créa une commission de négociation avec à sa tête un proche, Christian Blanc.

Après de longues négociations le processus aboutissait aux accord de Matignon. Tout a reposé sur la relation de confiance qui s’ est établie entre Michel Rocard.et Jean Marie Tjibaou. Derrière la grande histoire il y a toujours des relations humaines.

La confiance a été rétablie. Ces accords de Matignon ont été sanctuarisés. Aucune alternance n’y a touché. La parole de l’état, de la France, a été respectée. Toutes les étapes du processus ont été accomplies et comme prévu dans les accords de Matignon, trente ans après la Nouvelle Calédonie avait rendez vous avec son histoire. Elle pouvait choisir l’indépendance, elle a choisi de rester française.

C’est une preuve de confiance en la France et nous pouvons en être fiers. C’ est aussi un message d’ espoir qui montre que pour les calédoniens, la France est un pays qui a encore un avenir.

Mais aujourd’hui n’oublions jamais ce que nous devons à Michel Rocard. Le destin ne lui aura pas permis d’assister à l’aboutissement de son travail.

novembre 4, 2018   Commentaires fermés sur Nouvelle Calédonie : la marque indélébile du rocardisme.

La déroute d’Estrosi, le succès total de Ciotti.

 

Je commente rarement les querelles internes des formations politiques mais il vient de se produire à Nice un véritable séisme politique.

Un maire en place de grande ville, pulvérisé à ce point par les militants de son propre parti dans un élection interne, c’est une situation totalement inédite. A Nice décidément rien ne se fait comme ailleurs.

Plus que le résultat départemental attendu, ce sont les élections des délégués des circonscriptions niçoises qui interpellent. Les candidats emblématiques de Christian Estrosi, Pierre Paul Leonelli et son ex-épouse Dominique Estrosi-Sassone ont été balayés par le ciottisme triomphant.

Une nouvelle situation politique vient de naître. Les niçoises et les niçois doivent sanctionner cette guerre qui va paralyser la ville pendant un an et demie et ternir son image.

NB : merci de ne pas transformer ce post en défouloir et en réservoir d’injures. Je serais dans l’obligation de les effacer.

octobre 14, 2018   Commentaires fermés sur La déroute d’Estrosi, le succès total de Ciotti.

La violence des mots finit toujours par celle des gestes

NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains aux législatives en campagne à Paris, a perdu connaissance jeudi matin après avoir été prise à partie par un passant.

Cette aggression a été condamnée par de nombreux responsables politiques. Elle fait l’objet d’une enquête judiciaire.

Je condamne cette violence gratuite. La campagne électorale, la rencontre entre les candidats et la population sur les marchés font partie de la démocratie. Les candidats doivent être respectés.

juin 15, 2017   Commentaires fermés sur La violence des mots finit toujours par celle des gestes