Pan, sur les doigts !

 

Enfin c’est arrivé et c’est la jeunesse qui a donné l’exemple. Hier des militants de la liste « Nice écologique » se sont fait prendre la main dans le sac en train de distribuer des tracts pour leur liste en pleine marche des jeunes pour le climat et ont été prié de remballer leur matériel.

Je m’en félicite et j’irais marcher le cœur plus léger dimanche 8 décembre à la marche pour le climat avec « Nice au Cœur », avec le Parti Socialiste. Il y aura certainement des gens du PCF ou d’autres formations politiques, qui, elles aussi, ne sont pas sur la liste écologique.

Mais nous avons tous en partage la préoccupation de laisser à nos enfants une planète vivable. Nous partageons tous la volonté de peser sur nos dirigeants pour les contraindre à prendre les mesures nécessaires. Nous sommes tous les héritiers de Saint Exupery qui écrivait « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ».

Il n’était plus supportable que certains préemptent cet événement qui se veut universel pour leur propre compte. Il fallait que cela cesse et que cela arrive par le biais de la jeunesse est une belle leçon.

Communiqué de presse

 

Je prends acte du virage libéral et de la décision des écologistes EELV d’aller à la prochaine élection municipale indépendamment du reste de la gauche, en privilégiant une alliance avec l’AEI.

Dans ce contexte, je tends, bien sûr, la main au Parti Socialiste, au PCF ainsi qu’aux autres forces politiques, syndicales et associatives se reconnaissant dans une démarche citoyenne, écologique et sociale.

La méthode de Nice au Cœur a démontré son efficacité à plusieurs reprises. Elle est disponible pour construire un projet fort, porté par tous, et susceptible de rassembler au delà des nos électorats et de mobiliser les niçois.es en attente d’un véritable projet alternatif.

Patrick Allemand

Ce que la vie fait à la politique !

 

C’était ce soir au TNN et ce fut un vrai moment de bonheur. Cela a duré 1h 10.

La mise en lecture de Mohamed El Khatib est pleine de subtilité pour un hommage au sociologue Pierre Bourdieu, rendu au travers de trois lectures, effectuées par Julie Depardieu, Jacques Bonnafé et Nathalie Baye.

Bon le parti socialiste en prend pour son grade mais c’est parfois justifié, notamment concernant le droit de vote aux immigrés pour les élections municipales, promis sous Mitterrand, sous Jospin, sous Hollande, mais jamais réalisé. Mohamed El Khatib nous rappelle également l’épisode de la d’échéance de nationalité.

Une belle ovation méritée pour les 3 lecteurs à la fin.

Réaction aux sondages sur les élections municipales à Nice

Deux sondages le même jour sur deux hypothèses opposées à gauche permettent une analyse comparative.

Chez les forces progressistes, la surprise c’est le niveau élevé d’une liste verte unique et autonome, 13 %, par rapport aux 17% à peine que recueillerait une liste de rassemblement EELV-PS-PCF.

Cela doit interpeller la gauche et la pousser à réfléchir autrement, à se rassembler à partir d’un projet, en partant de la base, des citoyens, et non des sigles.

Je reste ouvert à la discussion.

Révolution à l’Europe !

 

Pour la première fois, une femme sera à la tête de l’exécutif européen.

Il s’agit de l’allemande Ursula Von Der Leyen. Elle permettra à la droite européenne de conserver le pouvoir à la tête de la Commission.

Christine Lagarde est nommée à la tête de la Banque Centrale Européenne.

Ainsi l’Allemagne et la France obtiennent des postes clés au sein des institutions européennes.

L’actuel Premier ministre libéral belge Charles Michel hérite lui de la présidence du Conseil européen, tandis que le poste de Haut représentant pour les Affaires étrangères est confié au ministre socialiste espagnol Josep Borrell.

Enfin l’eurodéputé italien David Sassoli, (V. Photo ci-dessus) du Parti démocrate, a été élu à la présidence du Parlement européen pour un mandat de deux ans et demi. Son élection, par 345 voix au deuxième tour du scrutin s’est faite en grande partie grâce aux voix du groupe de Macron.

Son élection permet à l’Italie de se maintenir à l’un de ses trois postes européens importants, mais il ne sera clairement pas un allié pour le gouvernement populiste au pouvoir à Rome.

Il y a clairement une reprise en mains sur les postes stratégiques par le noyau originel de l’Europe. On est en droit de beaucoup attendre de cette équipe et la reprise du Parlement Européen par les sociaux démocrates est bien sûr une nouvelle qui me satisfait.