Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Politique

Un sondage qui clarifie la donne

Personne ne comprendrait que je ne réagisse pas au sondage Elabe paru ce matin dans notre quotidien régional.

j’avais pourtant prévu de parler aujourd’hui emploi et développement économique puisque je suis allé visiter le forum de l’emploi organisé par l’OGC Nice et Pole Emploi. Mais cela attendra demain à mon grand dam.

Que retenir de ce sondage?

Il y a dans ce sondage deux surprises : le score d’Eric Ciotti et le nôtre.

Les intentions de vote concernant Eric Ciotti font que les deux droites se neutralisent à deux points près et que ce sont les électeurs du Front National qui pourraient être déterminants dans cette affaire.

Le score décevant réalisé par Cédric Roussel, pourtant crédité de 11% d’intentions de vote l’an passé dans un premier sondage. Il est désormais pointé à 7%, de quoi laisser ses électeurs perplexes.

Notre score est quasiment inespéré dans le contexte national particulièrement difficile que nous vivons. Il y aura peu de villes malheureusement où nos listes seront en capacité de réaliser les mêmes scores qu’en 2014, avant la tempête de 2017. Nous étions estimé à 10 il y a un an, nous sommes aujourd’hui à 15,5%, soit une progression de 5,5% Il est surtout intéressant parce qu’il nous laisse l’espoir certes infime, mais réel d’une victoire possible. Et il redonne à l’électeur de gauche des raisons d’y croire dans cette ville ou chaque voix sera utile. Il nous rappelle enfin qu’une élection municipale est à nulle autre pareille parce que l’implantation locale et la notoriété comptent.

Il nous faut nous ouvrir et rassembler et ne pas proposer de vieilles recettes. C’est pour cela que nous avons créé Nice au Cœur parce qu’il fallait maintenir l’espoir chez les citoyens et changer les pratiques politiques. Et si nous l’avons fait si tôt , c’est précisément pour ne pas faire des nouvelles pratiques une promesse de campagne sans lendemain. Nous l’avons fait avant, nous avons montré que c’était possible et c’est pour cela que l’on nous fait confiance aujourd’hui. Nous sommes en train de créer sur Nice une dynamique citoyenne inédite. Les fins observateurs de la vie politique locale le savent depuis la réunion à l’Ariane avec plus de 150 personnes.

Cette réunion a d’ailleurs rappelé que la question de l’égalité des territoires était l’enjeu majeur des mois à venir pour lesquels nous avons prévu tout une série de réunions thématiques. L’environnement par conviction, mais aussi par devoir pour les générations futures, le logement, la culture, les transports, le développement économique, seront l’ADN d’une démarche novatrice sur Nice. Sur différentes actions d’intérêt général ou municipal comme l’application reporty, l’eau, le tram à la Trinité, nous avons innové, créé le premier observatoire numérique des politiques publiques et démontré qu’il était possible de travailler avec la gauche de la gauche.

Cette année, lors de mes vœux, j’ai dit devant près de 400 personnes que les partis politiques étaient indispensables à la vie politique mais qu’ils ne détenaient plus la clef unique du rassemblement. Nous, ce sont les électeurs, les citoyens, les militants associatifs, les forces vives que nous cherchons à rassembler . Il nous faudra veiller cependant à ce que ces deux logiques ne se heurtent pas mais se complètent pour donner plus de force au mouvement.

Le chemin qu’il nous reste à parcourir est immense et fait que nous devons prendre cette première étape avec humilité. Tout est encore possible y compris la victoire à la condition que nous allions chercher les abstentionnistes. Notre démarche innovante peut les séduire.

Notre responsabilité n’est pas de sauver la gauche comme je l’ai trop souvent entendu depuis ce matin, mais de tout faire pour faire gagner la gauche et changer Nice.

mars 28, 2019   Commentaires fermés sur Un sondage qui clarifie la donne

Nice au cœur d’enjeux économiques et politiques très importants

 

Le 23 mars restera un jour dans les annales de la ville. La concomitance de la réception du président chinois Xi Zin Pin avec l’appel nationale des gilets jaunes à manifester à Nice met la ville en état de siège.

Du côté de Beaulieu sur mer, le menu n’est pas seulement gastronomique. L’entretien est de la plus haute importance puisque les enjeux sont commerciaux et qu’il s’agit vraisemblablement de préparer le prochain sommet sino-europeen.

Or tout le monde sait que la Chine n’est plus considérée comme un partenaire mais comme un concurrent. Et que la Chine cherche à diviser les européens. La proposition d’accord bilatéral à l’Italie en est un exemple.

Se prépare aussi ce soir la rencontre de Paris qui aura lieu avec Merkel et Junker et le président chinois.

Enjeux de sécurité :

La promenade des Anglais est fermée à hauteur du Nègresco qui accueille la délégation chinoise.

Pour le moment 10h13 tout est calme mais le traumatisme de ce qui a été vécu samedi dernier sur les Champs Elysee est présent dans l’esprit des niçois.

De nombreux commerces ont fermé, notamment les banques. D’autres sont barricadés. Les transports publics sont à l’arrêt. Les ports sont fermés entre Villefranche et Cap d’Ail. Les sorties d’autoroute et les gare de Riquier à Cap-d’Ail également.

Le préfet a beau expliquer qu’on n’empêche pas les niçois de vivre, un peu quand même ! Les gilets jaunes niçois ont par ailleurs toujours été exemplaires dans leurs manifestations.

Le 27 février je participais à un rassemblement pour le droit de manifester en sécurité. Il faut être cohérent. Je suis donc aujourd’hui aux côtés de ceux qui souhaitent manifester et profiter de la venue du président de la République pour maintenir la pression.

Je ne confond pas les gilets jaunes et les casseurs. J’espère simplement que si nécessaire les forces de l’ordre pourront empêcher les saccages des casseurs, s’ils parvenaient à atteindre le centre ville.

mars 23, 2019   Commentaires fermés sur Nice au cœur d’enjeux économiques et politiques très importants

La région Sud face au défi de l’Algérie !

 

Présenter un quasi grabataire à la présidence de la république n’est pas à l’évidence le signe d’une démocratie en bonne santé. C’est symboliquement un désastre. Mais si le système a perdu la bataille des images, mais il n’a pas encore perdu le pouvoir.

L’ Algérie est un pays riche de son pétrole, de son gaz ( 10% de nos importations ), de ses ressources minières, de son potentiel touristique encore peu exploité, de sa jeunesse aussi, un algérien sur deux a moins de 25 ans.

Depuis la première élection d’Abdelaziz Bouteflika en 1999, cette richesse avait permis au pays de vivre avec un pouvoir stabilisé à défaut d’être vraiment démocratique.

Ce qu’il se passe depuis quelques jours, ressemble à la fois à la révolution du jasmin des voisins tunisiens et au mouvement des gilets jaunes en France. Ce ne sont pas que des mouvements qui se déclenchent dans les capitales avec pour seule contestation celle venant des intellectuels, des universités, etc. Ces trois mouvements ont un point commun. Ils sont partis du sentiment d’abandon et de la notion d’inégalité territoriale. Ce sont des mouvements profonds venant de la ruralité qui trouvent leurs carburants dans le rejet de l’injustice sociale.

On sent monter de la rue un besoin de liberté, la volonté d’en finir avec un régime qu a fait stagner des millions de personnes et qui est à bout de souffle.
La dernière astuce, déjà utilisée de la promesse , une fois réélu, de démissionner pour organiser de nouvelles élections ressemble à une manière de gagner du temps, de calmer le jeu car d’ici le 16 avril, date de l’élection présidentielle, il y a encore sept vendredi, et donc autant d’appels à manifester.

Ce qu’il se passe est important et les réseaux sociaux relaient abondamment ce que la télévision de l’ORTF algérienne essaie de minorer. Les manifestation n’ont jamais été aussi gigantesques.

Bien entendu cette affaire est complexe pour la France, et pour notre région, qui est , hors région parisienne, la première région d’accueil d’immigrés algériens.
Une nouvelle génération de responsables politiques algériens pourrait émerger à cette occasion et la France peut jouer un rôle positif dans cette affaire.

Elle n’est pas obligée de réitérer sa positon caricaturale pendant la révolution tunisienne qui amena Michèle Alliot Marie à proposer l’envoi de CRS pour montrer aux tunisiens comment maintenir l’ordre ! Si la France commence à être frileuse, si elle est en retard sur le soutien à apporter au peuple algérien, alors il pourrait y avoir un danger. Il ne faut pas oublier le rôle essentiel que joue l’Algérie, avec son armée dans le contrôle du Sahel contre les djihadistes au Mali. La France ne peut pas non plus être interventionniste : pas d’ingérence mais pas d’indifférence non plus.

Pour le moment, la mobilisation actuelle est vraiment citoyenne. elle n’est ni attisée, ni encadrée par les islamistes. D’ailleurs, il faut noter que les femmes sont très présentes dans les manifestations.

Mais ils peuvent,comme ailleurs, rafler la mise si on est pas de suite aux cotés du peuple, si on aide pas le peuple algérien à construire une nouvelle démocratie, à se doter de nouvelles institutions et à bâtir un nouveau plan de développement économique.
J’entends monter l’idée qu’il pourrait y avoir si cela tourne mal une vague migratoire sans précédent d’algériens vers la France. Je ne suis pas sûr de ce scénario. Il est évident que notre région serait très exposée parce chaque algérien de notre région a laissé une partie de sa famille sur l’autre rive, parce que ceux de la 2eme et 3eme génération , français, ont des cousins, des oncles sur l’autre rive.

Mais on peut aussi avoir le phénomène inverse car de nombreux algériens de la région Sud ont réalisé des investissements en Algérie, parce que des investisseurs européens attendent une libéralisation économique, la fin de la règle du 51% qui fait qu’aucun étranger n’est actionnaire majoritaire dans ce pays. Si cette ouverture économique s’opérait, alors des jeunes français de racine algérienne qui regardent l’Algérie, pourrait avoir envie d’y retourner si cela bouge.

mars 5, 2019   Commentaires fermés sur La région Sud face au défi de l’Algérie !

Incroyable ! Les secretariat des élus demandés en renfort de la cause de la reconnaissance faciale

 

La DRH de la mairie et metropole vient d’envoyer à ces agents le mail suivant :

Nous avons été sollicités par le Cabinet du Maire pour trouver une quinzaine d’agents dans notre direction pour proposer au public en attente de rentrer dans l’enceinte de Carnaval (avant les contrôles de sécurité sur la coulée verte) de répondre à un questionnaire – de 13h à 14h30 – relatif à la reconnaissance faciale (9 questions très simples à poser)

Les agents intéressés devront :
1. prendre leur pause méridienne de 11h45 à 12h30 ; le rendez-vous est donné à 12h30 avec XXX XXX devant la Mairie Principale
2. renvoyer leur confirmation de leur participation par mail à XXX XXX avec copie à leur chef de service, directeur

Nous comptons sur vous et sur la meilleure compréhension de votre chef de service

Un grand merci par avance pour votre mobilisation….

Il est invraisemblable qu’un tel courrier arrive au secrétariat des élus de l’opposition. C’est une véritable provocation politique.

février 26, 2019   Commentaires fermés sur Incroyable ! Les secretariat des élus demandés en renfort de la cause de la reconnaissance faciale

Estrosi le cafouilleux

 

En moins de 48 heures le maire de Nice vient de nous faire étalage de ses capacités et une démonstration édifiante sur la manière dont cette municipalité est gérée.

Organisation de la confusion, impréparation des dossiers, mauvaise connaissance de son administration, tous les ingrédients sont là.

L’organisation de la confusion, c’est la façon dont est gérée l’affaire du tarif de la ligne 2 du Tram pour aller de l’aéroport au centre ville.

Que ce soit clair je ne suis pas le porte parole des taxis, mais on assiste depuis 3 mois à une partie de poker menteur entre leur syndicat et le maire de Nice qui leur promet sans promettre tout en promettant, et roule dans la farine leurs négociateurs.
Dernier gag, l’idée d’un tarif pour les niçois et d’un tarif pour les touristes promis aux taxis selon leur porte parole mais démenti par le maire, le tout agrémenté par une volte-face du président des taxis, en fin de journée, qui finalement revient sur ses déclarations et met en cause dans un communiqué musclé… le quotidien régional!

L’impréparation des dossiers, c’est celui de l’expérimentation de la reconnaissance faciale qui le démontre.

Nous apprenons que, contrairement à ses déclarations, Christian Estrosi ment. La ville de Nice n’a jamais reçu l’accord de la CNIL pour expérimenter un logiciel de reconnaissance faciale pendant le Carnaval de Nice, tout simplement parce qu’elle n’est pas (ou plus) habilitée à autoriser un tel dispositif.
De plus, le maire n’a prévenu la CNIL de son intention d’expérimenter le dispositif que le 1er février pour les 16,19 et 20 février, ce qui n’a pas facilité le travail de cette commission.

Mauvaise connaissance de son administration, c’est l’affaire parent 1, parent 2.

A la suite de cette décision, soucieux de ne pas laisser un boulevard à Éric Ciotti, le maire de Nice se fend d’un post ou il explique qu’on raye les mentions père et mère pour répondre à des normes administratives et qu’en tant que père ça le gêne profondément.
Bingo, pas de chance. Cela fait au moins dix ans qu’à la ville de Nice, dans les formulaires scolaires on ne parle plus de père et mère mais de représentant légal 1 et représentant légal 2 !

Ce sera tout pour aujourd’hui.

février 20, 2019   Commentaires fermés sur Estrosi le cafouilleux