Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Extrême-Droite

Un Donald Trump tropical pour le Brésil?

 

Aujourd’hui au Brésil se tient le second tour d’une élection présidentielle qui pourrait menacer sa démocratie encore jeune en cas de victoire de Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite aux idées racistes, machistes, homophobes et nostalgiques de la dictature. Seul un miracle électoral peut désormais empêcher ce scénario puisqu’ il a obtenu 46 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle.

Depuis plusieurs années la société brésilienne change et cette dérive anti-démocratique était prévisible avec la volonté de revanche sociale des classes dominantes à l’encontre des politiques menées sous les présidences de Lula et de Dilma Rousseff, une justice partiale, les problèmes de corruption et une conjoncture économique très défavorable.

Après l’élection de Donald Trump aux États-Unis, celle d’une coalition populiste en Italie et la montée en puissance du néonazisme en Europe, le Brésil peut aussi basculer et élire président un défenseur de la dictature militaire, misogyne, sexiste, raciste, et xénophobe.

Fernando Haddad, son adversaire, est le candidat du Parti des travailleurs (PT), parti qui, malheureusement a participé à la corruption généralisée du système politique brésilien.

Mais la question de la corruption apparait soudain secondaire au regard des menaces pour les libertés. La question posée est celle de la présidence de Bolsonaro, un homme capable de dire publiquement à une députée qu’elle « ne mérite pas d’être violée par lui ». Ou que le problème de la dictature n’est pas d’avoir pratiqué la torture, mais de ne pas avoir tué au lieu de torturer.

Donald Trump est un type bien à côté. Aucun démocrate ne peut rester insensible au drame qui se joue de Sao Paulo à Copacabana dans ce pays qui nous fait tant rêver.

octobre 28, 2018   Commentaires fermés sur Un Donald Trump tropical pour le Brésil?

Que se passe-t-il au Brésil?

 

Le Brésil n’est pas seulement le pays du football et de la samba. Ce n’est pas non plus seulement les plages de Copacabana ou d’Ipanema.

C’ est un pays magnifique avec des contrastes sociaux très violents, où les buildings les plus luxueux côtoient les favelas comme dans certains quartiers de Rio.
C’est aussi un pays divisé entre le nord et le sud , ou les élites n’ont jamais accepté la politique sociale de lulla favorable aux plus pauvres.
Le pays est violent, très éloigné du cliché de la douceur de vivre
Il y a 67000 homicides par an et la corruption est partout.

C’ est.dans ce contexte que les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle sont tombés.
Ils sont éloquents.

Le candidat de l’extrême droite, Bolsonaro réalise un score de 46% des suffrages. Il.se dit déçu de ne pas être élu au 1er tour. Son adversaire, qui a remplacé Lulla, empêché par la justice pour une affaire de corruption jamais prouvée, sera le candidat du parti des travailleurs avec 28,6% .

Le fait nouveau, c’ est que les partis de la droite traditionnelle totalement discrédités par des affaires de corruption ne sont plus apparu comme des alternatives démocratiques possibles. Les manœuvres qui ont permis d’écarter Dilma Roussef et Lulla ne leur ont pas profité. La bourgeoisie brésilienne s’est donc tournée vers l’extrême-droite.

Ici la montée de l’extrême droite n’ est pas due à la xénophobie ou au racisme. C’est avant tout une sanction du système politique.
L’autre fait marquant est celui d’avoir fait de l’extrême-droite un vote utile dès le 1er tour. Les brésiliens ont choisi celui qui a fait de la lutte contre l’insécurité et la corruption ses axes de campagne .

L’Extrême-droite est désormais aux portes du pouvoir. Y aura t’il un sursaut démocratique? Je l’espère sans véritablement y croire.

octobre 9, 2018   Commentaires fermés sur Que se passe-t-il au Brésil?

Un climat politique de plus en plus infect !

 

Jusqu’où cela ira-t-il ? On est en droit de se poser légitimement la question.

Force est de constater que la politique devient de plus en plus violente avec des polémiques à répétition parfois fondées, parfois artificielles. L’ extrême-droite est devenue experte en stratégie de la tension !

Tout est devenu sujet à faire de rien une affaire d’État. Les réseaux sociaux sont devenus de terribles caisses de résonance, des accélérateurs.

Derniers exemples en date :
L’obscur Nick Conrad, rappeur inconnu au bataillon, signe un clip d’une violence inouïe « Pendez les blancs » qui n’a qu’un succès très relatif (quelques centaines de vues) jusqu’à ce que l’extrême droite s’en empare et en quelques heures en fasse le sujet numéro 1 de l’actualité politique nationale.

Le selfie présidentiel avec deux jeunes à Saint Barthélémy. L’attaque immédiate de Marine Le Pen et de toute l’extrême droite fait de ce selfie l’ événement du jour alors que Macron a dit des choses importantes dans les Antilles à propos de l’avenir de ces territoires, de l’Europe, de la reconstruction, et même de la corruption. Non la question du jour est : à qui était destiné le doigt d’honneur du jeune black, au président ou au quartier? Là encore l’ extrême-droite a orienté la médiatisation.

Cette technique est très dangereuse. Elle oppose les français, les uns aux autres. Plus la France s’opposera au sein d’elle même, plus elle se fragilisera vis-à-vis de Le Pen et sa clique.

octobre 1, 2018   Commentaires fermés sur Un climat politique de plus en plus infect !

Victoire de 2018 : Une toute autre portée que celle de 1998 !

Ce n’est pas de football dont je parle. Les équipes qui gagnent sont toujours belles et parfois aussi même celles qui perdent, comme ce fut la cas de notre équipe nationale à Séville en 1982.

La France Black-Blanc-Beur de 1998, celle de Zidane est loin. Parce que l’Histoire avec un H majuscule est passée par là. Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, au stade de France, sur les terrasses, et au Bataclan ont fait plus de 120 morts. A Nice, 86 morts en 4mns 17 le 14 juillet 2016 et tant d’autres gestes de folie moins spectaculaires, mais tout aussi traumatisants.

La société française a été au bord de la fracture et la force de la République est d’avoir permis de tout surmonter. Mais le vivre ensemble avait paru tout à coup relégué au rang des slogans et des utopies.

Le message que vient de faire passer l’équipe de France, c’est que le vivre ensemble est possible. Les joueurs ont compris que s’ils gagnaient, ce n’était pas seulement la coupe du monde qu’ils ramenaient. C’était aussi un puissant message.

Moi qui suis un passionné de football, je ne me souviens pas avoir vu des joueurs avoir une expression politique comme cette fois :

Adil Rami : « Je n’ai jamais vu une équipe de France avec une telle ambiance…/… on a un pays qui a souffert. je suis français d’origine marocaine. je suis fier d’être français de la diversité ».

Paul Pogba :  » C’est de la folie, je n’y crois pas. On l’a fait. On est là ! Tout le monde a le sourire. On est tous content en France. La France, partout vous allez être fiers de nous. On est entré dans l’histoire. On va faire vibrer la France entière. On est tous unis, jaunes, verts, bleus, on est tous ensemble ! »

Antoine Griezmann :  » On a hâte d’aller fêter cela avec les français ! je vis un rêve. Le président Macron est fier. On est fiers d’être français ! »

Plusieurs joueurs se sont exprimés sur la République. Nous sommes peut être à l’aube de quelque chose. Le message était clair. D’où que l’on vienne nous sommes la France ! Une France de toutes les couleurs mais la France, la France qui gagne parce qu’elle est unie.

Il ne s’agit pas pour la classe politique de « faire de la récupération » mais de comprendre ce qui est en train de se passer et de tout faire pour que le pays puisse s’appuyer sur cet acquis pour le faire prospérer et qu’il ne soit pas comme en 1998, un simple feu de paille.

Hier soir nous nous sommes arrêtés à Planet Sushi en rentrant de la place Masséna. Un homme qui m’a probablement reconnu, m’a interpelé en me demandant « si j’étais français ». Je lui répondu que « oui ». « Pourtant vous êtes blanc » me dit-il ! « Vous avez vu cette équipe, il n’ y a que des noirs. « Et alors » .Vous trouvez ça normal, elle vous plait cette équipe »? « Oui c’est une belle équipe et une équipe qui gagne! ». Ce fut ma réponse.

Quand il s’est levé pour partir il a maugréé « pauvre France ». Peu à peu la France du passé s’éloignait de ma table.

Ce qui s’est passé hier soir est un coup dur pour l’extrême droite, c’est bien mieux qu’une défaite électorale, c’est une défaite sur des valeurs et sur une conception d’une nouvelle France qui ne leur correspond absolument pas.

juillet 16, 2018   Commentaires fermés sur Victoire de 2018 : Une toute autre portée que celle de 1998 !

Pologne : une loi très contestée sur la Shoah !

Pologne

Le 27 janvier 1945, il y a 73 ans, le camp d’Auschwitz Birkenau était libéré et le monde entier découvrait une horreur qui était connue d’un petit nombre de décideurs.

Il se trouve que le sol polonais a accueilli la totalité des camps d’extermination des nazis : Auschwitz bien sûr, mais aussi Treblinka, Maidanek, Chelmno, Belzek, Sobibor.

Cela signifie-t’il que la Pologne a été complice de cette ignominie ? Bien sûr que non ! Que certains polonais aient participé au génocide des juifs, c’est établi. Cela n’incrimine pas pour autant la nation polonaise dans son ensemble.

C’est vrai que j’ai entendu plusieurs fois des journalistes ou des responsables politiques, associatifs parler des camps de la mort polonais. J’ai toujours pris cela pour une facilité de langage certes regrettable, mais faire une loi, alors que cela dure depuis 73 ans, pour punir ceux qui s’en rendrait coupable d’une peine de prison me parait incroyable et de nature à réveiller une polémique bien inutile avec les organisations juives ou avec les derniers survivants de la Shoah.

février 7, 2018   Commentaires fermés sur Pologne : une loi très contestée sur la Shoah !