Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Proximité

Les travailleurs sociaux doivent ils être les garants de la promesse républicaine ?

 

C’est la question que je me suis posée en fin d’après midi à l’IESTS ou se déroulait la cérémonie de remise de diplômes.

Cet institut est en plein développement et il regroupe désormais un millier d’étudiants et environ 70 salariés. Désormais présidé par une vieille connaissance, Albert Marouani, ancien président de l’université de Nice, il a désormais des ambitions méditerranéennes puisque deux conventions ont été passées avec le Maroc.

Avant les interventions convenues des élus le directeur, Philippe Fofana, a rappelé que sa mission était de former aux métiers du social.

En l’écoutant avec beaucoup d’intérêt il a bien entendu rappelé les résultats exceptionnels obtenus cette année  qu’il s ‘agisse des assistantes sociales, des éducateurs, des éducateurs-jeunes enfants. Tous les Majors de promotion ont défilé.

Mais ce dont parlait Fofana allait bien au delà des réussites individuelles, il était entrain de passer à cette promotion un message au moment de leur entrée en vie active, soit au Conseil Départemental, soit dans une association ou un CCAS.

C’est que chacun, dans le monde du social, est plongé dans un défi sans cesse renouvelé et de plus en plus difficile à relever : combattre les inégalités, accompagner les détresses sociales, répondre aux attentes, en matière de logement, de santé, d’accès aux droits, d’insertion.

Ce défi plus grand que leur engagement porte un nom qui colle à notre devise républicaine : la solidarité. C’est en ce sens que les travailleurs sociaux deviennent les garants d’une promesse républicaine, qui est de ne laisser personne sur le bord du chemin. Ils rejoignent parmi les garants de cet idéal les enseignants, ces fameux hussards de la République qui, désormais, n’y arrivent plus seuls.

Beaucoup de monde à cette remise de diplômes.

juillet 11, 2019   Commentaires fermés sur Les travailleurs sociaux doivent ils être les garants de la promesse républicaine ?

Les Liserons expérimentent la mutualisation associative

 

Avant hier soir c’était la soirée des Liserons sur le plateau d’évolution du Mont Gros avec de nombreuses activités sous la coordination de l’association Galice dont il faut saluer le travail.

Les éducateurs d’ALC étaient présents, l’association PES de Nice Ouest s’était déplacée avec ces matelas itinérants. Une belle synergie qui a déteint sur le quartier, très présent.

Merguez sur barbecue, rap, batucada, football et équipe féminine qui gagne 2 à 1, tout était réuni pour faire de cette première une réussite et ça le fut.

Une occasion pour moi d’échanger avec l’équipe d’éducateurs et le conseil citoyen sur les projets à venir.

juillet 7, 2019   Commentaires fermés sur Les Liserons expérimentent la mutualisation associative

Fête du port : j’aime les niçois

juin 9, 2019   Commentaires fermés sur Fête du port : j’aime les niçois

Artistes de rue : un arrêté municipal qui ne règle rien.

Son seul mérite est effectivement comme l’a déclaré Steve Villa-Massone de reconnaître qu’il existe des artistes de rue à Nice.

Mais franchement, à vouloir ménager la chèvre et le chou, cet arrêté ne règle pas grand chose. Ou plutôt si, ce n’est ni plus ni moins qu’un recadrage qui ne dit pas son nom.

Les sites autorisés appellent déjà un commentaire. Certains ne seront jamais exploités tout simplement parce que peu de monde y passe, c’est notamment le cas de la place de l’armée du Rhin. On se demande quelle mouche a piqué le rédacteur de cet arrêté.

Sans surprises les places de Nice sont les premières bénéficiaires. Il y a 6 places à Masséna, 3 à Magenta, 3 à Grimaldi (rarement les artistes de rue s’y produisent), les places Rosetti, Charles Félix et Pierre Gautier disposent chacune de 4 places et la place Saint François, une seule. On se demande bien où mettre 4 emplacements d’artistes de rue, place Rosetti alors que les tables des glaciers et limonadiers occupent quasiment tout l’espace.

Sont également mentionnés avec un emplacement par lieu, l’angle rue de Suisse avenue Jean Médecin, les deux entrées de Nice Étoile (Biscarra et Dubouchage), la coulée verte derrière le miroir d’eau, l’arrêt Thiers du Tram et le parvis de la gare du Sud place De Gaulle.

Il est tout de même invraisemblable que le quai des États-Unis et la Promenade des Anglais ne soient pas ouverts aux artistes de rue alors que c’est là, notamment en soirée, que se concentrent les flux touristiques.

Par ailleurs, à quoi cela sert-il d’offrir 8 emplacements place Garibaldi s’il y a interdiction pour les artistes de rue de faire appel à une sonorisation amplifiée ou électrifiée.

Enfin l’heure limite fixée à 22 heures en été est complètement en décalage par rapport à l’attrait touristique de notre ville de Nice.

mai 31, 2019   Commentaires fermés sur Artistes de rue : un arrêté municipal qui ne règle rien.

Quartier Pasteur : Et soudain l’agora surgit dans un jardin public

 

Dans la Grèce antique, l’agora désignait le lieu de rassemblement social, politique et mercantile de la cité.

En répondant à l’invitation du comité de quartier, pour la fête du quartier au Jardin public avenue du maréchal Lyautey, je n’imaginais pas une seule seconde de la tournure qu’allait prendre cette petite visite.

Un groupe d ‘adhérents du comité de quartier m’a invité à rentrer dans son cercle où l’on débattait de sujets forts intéressants se rapportant au mieux vivre ensemble, à l’ouverture aux autres, à la nécessité de créer du lien social. On a aussi évoqué l’évolution du rôle de l’élu par rapport à ses nouvelles aspirations dans les quartiers. Et la nécessité de se servir du lien social pour contenir les incivilités à 1000 lieux des caméras du maire.

L’agora de Pasteur est peut être né de ce groupe.

mai 19, 2019   Commentaires fermés sur Quartier Pasteur : Et soudain l’agora surgit dans un jardin public