Random header image... Refresh for more!

Communiqué de presse

EPA Eco-Vallée : pour un débat démocratique

La Démocratie, c’est le respect de l’autre.

Pourtant, ce principe républicain de base est ignoré chaque jour davantage par Christian Estrosi.

La façon dont les élus régionaux siégeant au Conseil d’Administration de l’EPA Eco-Vallée ont été traités hier n’est pas digne d’un responsable politique ayant occupé les éminentes fonctions qui ont été les siennes au sein de notre République. Interruptions intempestives, violence verbale, volonté clairement affirmée d’exclure les représentants de la Région de ce Conseil d’Administration, recherche d’un incident de séance qui ne s’est pas produit grâce au sang froid dont mes collègues Gérard Piel et Annabelle Jaeger ont fait preuve. Toute la panoplie y est passée. Même les menaces, à l’endroit des deux maires, Messieurs Testi et Tornatore, sommés devant un Conseil d’Administration abasourdi de voter comme il fallait s’ils voulaient que leurs communes entrent dans la Métropole.

Cette dérive autocratique doit être dénoncée publiquement.

Il faut que les Niçoises et les Niçois découvrent le vrai visage de Monsieur Estrosi qui doit comprendre que l’opposition c’est, par définition, le contraire de la soumission.

Sa minable agitation politicienne, laissant entendre à la veille des fêtes que la Région bloquerait l’OIN, est irresponsable. Il prend délibérément le risque d’effrayer les investisseurs et de jouer ainsi avec les emplois attendus, notamment par les chômeurs de notre Département.

Il n’a jamais été question que la Région bloque l’OIN Eco-Vallée. Il est simplement question qu’elle fasse entendre sa voix, qu’elle défende ses options, pour modifier un projet de territoire de 86 pages engageant notre territoire pour 20 ans et que Monsieur Estrosi a fait remettre sur table le jour même en séance. Par ce procédé, il interdit à son opposition une étude sérieuse du dossier et affiche clairement le mépris qu’il a pour les élus. On a bien compris hier que son rêve était que la Région quitte l’OIN pour lui laisser les mains libres. Il va falloir qu’il s’ôte cette idée de la tête !

Patrick ALLEMAND

1er Vice-président du Conseil Régional PACA