Un 11 novembre pas comme les autres

Sur l’ esplanade devant le monument aux morts rode le fantôme de la Covid. Il y a très peu de monde.
Pourtant c’est le 100eme anniversaire de l’installation de la tombe du soldat inconnu sous l’arc de Triomphe que l’on commémore, cette flamme qui rappelle le sacrifice de nos soldats.
La date de cet armistice s’éloigne chaque année davantage de notre contemporain mais notre monument aux morts est là pour nous rappeler que 3 600 niçois furent tués pendant ce conflit mondial.
Jamais ne doit s ‘éteindre la mémoire. Ayons ensemble, dans les famille, une pensée pour nos grands pères ou arrière grands pères qui, depuis, ont rejoint ce soldat inconnu dans la postérité, qui se battirent pour une certaine idée de la France, qui furent parfois blessés dans leur chair et toujours dans leur âme.

C’est le 50eme anniversaire de la mort de De Gaulle

J’avais 10 ans et je m’en souviens comme si c’était hier. J’ai entendu parler de De Gaulle pendant toute ma petite enfance, l’âge où on pense qu’on ne meurt jamais.
J’avais été frappé par le fait que dans la rue, chez les commerçants, devant les écoles, pendant deux ou trois jours, les parlaient uniquement de cela. Comme si chacun se sentait touché, mon grand père paternel notamment.
Je ne comprenais pas. Tout le monde avait du chagrin et pourtant plus personne n’en voulait. Je me souviens de mai 1968,, de tout ces gens qui hurlaient dans la rue contre De Gaulle, rue Assalit, Avenue Thiers, rue Lepante.
C’était normal que je ne comprenne pas, tout cela était un peu irrationnel.
Je n avais pas l’âge de comprendre l’appel du 18 juin, la France qui fait face, la France qui résiste, l homme qui fait libérer Paris en 1er par la 2eme DB du Maréchal Leclerc.
Je n’avais pas l’âge de comprendre la fin de la guerre d’Algérie, la décolonisation.
Je ne pouvais pas comprendre que pour un homme il y a l immédiat et il y a le parcours d’ un homme, son chemin, la trace qu’il laisse. Ce que les français avaient rejeté, c’était De Gaulle dans son mandat de trop mais pas l’homme d’Etat.
C’est ce qui fait qu’aujourd’hui De Gaulle est devenu un mythe. Le dernier mythe de la France. Et que chacun essaie de s’en réclamer.

C’était l hommage à Samuel Paty ce soir au pied de la statue du centenaire

Un hommage sans voix politique, digne, respectueux.

Nous étions nombreux du PS

Fouzia Ayoub

Raphaël Galmiche

Jean François Verdier
Hervé Dupont

Djoumoi Ahmed,

Elena Sanfilippo et de nombreux autres qui n ont pas de compte FB a venir témoigner de notre soutien aux enseignants, ainsi que d autres figures de la gauche locale,
Philippe Pellegrini
David Nakache.

Expo Paul Husken

Hier nous étions rassemblés autour de

Dominique Husken-plasse

à la salle municipale de Pasteur.

Un moment émouvant correspondant à l’anniversaire de la mort de Paul, lui qui a tant œuvré pour Pasteur au travers du comité de quartier.
Une occasion aussi d’apprécier ses talents de peintre que certains ont découvert à cette occasion.