Parti Socialiste : une nouvelle perspective avec Hélène Geoffroy

Au prochain Congrès du Parti socialiste, je soutiendrai la démarche d’Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, une élue de terrain confrontée à toutes les problématiques actuelles et qui amène un nouveau regard sur toutes ces questions sociales et sociétales.
Elle défend le texte d’orientation n°2, « Debout les Socialistes » au congrès de Villeurbanne, symbole d’une démarche militante qui nous rend fier de ce que nous sommes.
Dans les Alpes-Maritimes, je suis son référent et je la remercie de sa confiance.
Avec de nombreux.euses militant.es de la fédération du PS 06, je fais ce choix pour ouvrir de nouvelles perspectives et un nouvel espoir au Parti socialiste, à ses militant.es, sympathisant.es et électeur.trice.s
Ce ne peut être la continuité proposée par Olivier Faure qui nous conduit à une impasse financière et politique, et à l’effacement des Socialistes, noyés dans des rassemblements artificiels où ils sont réduits à la portion congrue.
Plus que jamais, les valeurs sur lesquelles nous avons fondé notre histoire sont et demeurent d’actualité au service d’une société plus juste, plus écologique et plus solidaire.
Nous ne devons pas renoncer à notre idéal qui passe par le PS, même si par moments, il peut paraître difficile à certains de garder ce cap.
Patrick Allemand

Jamais n’existe pas en politique

Nous vivons depuis l’élection d’Emmanuel Macron une période politique tout à fait particulière.
Nous avons un président de la République dont tout le monde considère déjà la réélection acquise.
Pourtant rien n’est moins sûr désormais. Macron a échoué sur un point fondamental entrevu aux élections municipales et confirmé ce dimanche aux élections régionales et cantonales.
Il n’a pas réussi à construire un parti présidentiel. En marche est en panne ou en galère, comme vous voudrez. Résultat, aucune région gagnée mais pire, un parti présidentiel humilié, éliminé dès le 1er tour dans de nombreuses régions.
La conséquence de cette absence d’élus dans les territoires c’est que nous arrivons à l’élection présidentielle avec un président totalement hors sol.
Ce qui était compréhensible il y a 5 ans compte tenu de son parcours politique inedit est totalement incompréhensible aujourd’hui.
Macron a été élu sans parti. Peut il être réélu sans parti ? Et surtout peut il gouverner ? Rien n est moins sûr.
Cela ne sera certainement pas l’état de grâce de 2017 où il a suffit de coller une étiquette Macron dans le dos d’un candidat pour le faire élire député. Il n’y aura pas de 2eme vague Macron et un tas de députés de circonstance, élus en 2017, ne seront pas réélus.
Les français pourraient être tenté en juin 2022 de reconstruire par le biais de l’assemblée nationale le clivage gauche droite qu’il est impossible de restaurer par l’ élection présidentielle, semble t il.
Pourrait ainsi se dessiner une cohabitation tout à fait inédite entre un président clivant (populaire ou détesté) et une Assemblée Nationale à majorité LR qui pourrait durer cinq ans.
Si je me suis laissé aller à cette petite fiction, c ‘est simplement pour vous dire à toutes et tous que le jeu demeure ouvert pour un PS profondément rénové capable de parler aux 66% d’ abstentionnistes désabusés dont il faut reconquérir la confiance.

Toute ma solidarité envers Marie Chantal Guzman

Candidate communiste aux élections départementales qui a été agressée alors qu’elle collait ses dernières affiches de campagne par le candidat du R N sur Grasse et qui a du être conduite à l’hôpital.
Toute mon amitié à son binôme socialiste Laurent Boissée.
Une nouvelle fois, l’extrême droite s’est livrée à un acte inadmissible qui confirme la détérioration du climat politique et la multiplication des agressions, verbales et physiques envers les élus, les candidats et leurs militants.

Ne vous abstenez pas !

Un sondage IFOP annonce 57% de taux d’abstention pour le 1er tour des élections régionales en PACA avec une pointe évaluée à 78% chez les 18-25 ans.
Cette région est aux portes de la catastrophe. Le Front National est à la porte du pouvoir.
Que vous soyez abstentionnistes de gauche ou de droite, parce que vous n’êtes pas content de la guéguerre entre messieurs Ciotti et Estrosi ou parce que la France Insoumise a été éjectée de la liste du Rassemblement de la gauche, où pour toute autre raison, aucune ne justifie la désertion des urnes quand la démocratie est en péril.

Je n’ai rien contre  » l’olivier de Bosio », c’est le fait qu’on l’ai mis à la place d’une fontaine qui me dérange.

Que les fontaines attirent des noctambules retardataires, des personnes sans domicile fixe, des touristes, ce n est pas propre aux fontaines niçoises. Il y a toujours une vie qui s’organise autour d’un point d’eau.
Mais à Nice on les ferme dès que quatre commerçants s’en plaignent. Ce fut le cas il y a trois ans avec la fontaine de la place du pin, fermée au début de l’été 2018 et recouverte sous une forme différente après une mobilisation citoyenne très importante.
C’est ce qui vient de se produire avec la fontaine de la place du Palais de Justice, détruite en catimini, en moins de 24 heures. Pour faire taire la contestation, il a de suite été proposé de mettre à la place  » l’olivier de Bosio ».
C’est chose faite depuis hier. Cet olivier me plaît. Il aura comme toute œuvre d’art ces détracteurs mais je le trouve beau parce qu’il me rappelle la coalition de l’olivier, celle de Romano Prodi qui gagna les élections en Italie et 1997. Il doit rappeler à toute la gauche régionale que l’olivier, après accord de Romano Prodi, devint l’emblème de la coalition de la gauche que Michel Vauzelle mena à la victoire en 1998.
Cet olivier, symbole de la Paix avait une autre symbolique. L’olivier, symbole de la Méditerranée est un arbre pare feu. C’est en cas d’incendie l’arbre qui se consume le plus lentement. Ici en PACA, l’olivier nous protègeait d’une autre flamme, celle du FN et de l’ extrême droite.
Bienvenue à ce magnifique olivier mais il aurait été tellement mieux placé ailleurs.