Xavier Garcia, un départ qui n’est pas une surprise

Je n’ai pas souhaité réagir à chaud à la démission de Xavier Garcia, notre premier secrétaire.
Je l’ai rencontré en 2003 et je lui ai confié la direction de la campagne des élections régionales de 2004.
Je l’ai ensuite recruté comme collaborateur à la Région et j’ ai pu apprécier, tout au long de ces années, ses qualités, son sens politique, ses capacités de synthèse.
Il est devenu 1er secrétaire fédéral adjoint et c’est naturellement vers lui que je me suis tourné pour me succéder à la tête de la fédération du PS des AM en 2015, lorsque j’ai souhaité prendre un peu de recul.
Cette proximité, des années durant, m’autorise à vous dire que je le connais bien et je le sais sincère lorsqu’il dit ne rien regretter de son investissement fédéral.
Xavier a été desservi par une conjoncture politique nationale sur laquelle il n’avait aucune prise et qui a provoqué un enchaînement de défaites électorales et de désillusions.
On peut comprendre que dans un tel contexte, les élections régionales soient apparues à ses yeux comme une ultime chance de rebond.
La suite, nous la connaissons> tous. Alors que les élections municipales avaient consacré la division de la gauche, notamment à Nice, les élections régionales n’ont accouché que d’une union de façade qui n’a trompé personne.
Aussi le score décevant n’a pas pesé bien lourd dans la réflexion de la direction nationale et de notre 1er secrétaire, Oliver Faure, au moment de faire le choix du front républicain pour éviter la victoire de l’extrême droite comme en 2015.
Celles et ceux qui connaissent Xavier savent combien toute cette période a du lui être insupportable.
Au moment de prendre acte de cette démission, la seule réaction qui me vient est de dire : Quel gâchis.
Bonne chance Xavier pour relever les futurs défis que tu te choisiras et rappelle toi que le PS reste ta seconde famille.

Hélène Geoffroy pour redonner une espérance aux socialistes !

Hélène Geoffroy s’est lancée dans un tour de France des fédérations. Aujourd’hui elle a fait étape à Nice. Nous l’avons accueilli pour un déjeuner au cours duquel elle a réaffirmé ses engagements et les lignes de fractures qui nous opposent au texte d’orientation présenté par l’actuel 1er secrétaire du PS, Olivier Faure.
Elle incarne la seule alternative possible à la stratégie actuelle du PS.
Pour les militants ce congrès sera celui de l’heure du choix :
– entre l’effacement du parti et son affirmation,
– une posture antisystème radicale ou une gauche de gouvernement
– la tentation différentialiste ou la gauche garante de la République universelle et sociale,
– Une écologie radicale qui exclut ou une transition écologique sociale qui fédère.
J’ai choisi cette voie, celle du renouveau et j’invite tous ceux qui sont concernés à faire de même.
Parce que c’est à nos électeurs en priorité qu’il faut redonner un espoir.

La gauche socialiste est toujours debout

C’est le message que la section Nice Rive Gauche adresse à nos électeurs votants ou abstentionnistes à travers cette image de sérénité et de plaisir de se retrouver ensemble pour notre repas annuel.
Dans un contexte de trouble profond de nos militants et sympathisants nous avions symboliquement choisi le restaurant de  » l’union » , ça ne s’invente pas.
A noter que nous étions plusieurs à avoir choisi le tram pour rejoindre notre point de retrouvailles.

Parti Socialiste : une nouvelle perspective avec Hélène Geoffroy

Au prochain Congrès du Parti socialiste, je soutiendrai la démarche d’Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, une élue de terrain confrontée à toutes les problématiques actuelles et qui amène un nouveau regard sur toutes ces questions sociales et sociétales.
Elle défend le texte d’orientation n°2, « Debout les Socialistes » au congrès de Villeurbanne, symbole d’une démarche militante qui nous rend fier de ce que nous sommes.
Dans les Alpes-Maritimes, je suis son référent et je la remercie de sa confiance.
Avec de nombreux.euses militant.es de la fédération du PS 06, je fais ce choix pour ouvrir de nouvelles perspectives et un nouvel espoir au Parti socialiste, à ses militant.es, sympathisant.es et électeur.trice.s
Ce ne peut être la continuité proposée par Olivier Faure qui nous conduit à une impasse financière et politique, et à l’effacement des Socialistes, noyés dans des rassemblements artificiels où ils sont réduits à la portion congrue.
Plus que jamais, les valeurs sur lesquelles nous avons fondé notre histoire sont et demeurent d’actualité au service d’une société plus juste, plus écologique et plus solidaire.
Nous ne devons pas renoncer à notre idéal qui passe par le PS, même si par moments, il peut paraître difficile à certains de garder ce cap.
Patrick Allemand

Loi séparatisme.

Il y a bien des dispositions dans cette loi qui ne me satisfont pas et qui justifient le fait que je sois allé manifester contre samedi dernier avec le PS.
Par contre il y a un article, L’article 18 (ex-article 25) qui me paraît essentiel. Il prévoit un « nouveau délit de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle d’une personne permettant de l’identifier ou de la localiser ».
C’est article c’est la réforme du législateur et la réponse de la République à la décapitation de Samuel Paty.
Ce nouveau délit est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. Une peine relevée à 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende lorsque la personne visée est dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public.
Je ne sais si cette réponse sera suffisamment dissuasive mais elle était en tout cas indispensable.