Transports publics à l’est de Nice : Quel Estrosi faut-il croire ?

Celui dont les propos sont relatés dans l’édition du 14 juillet du quotidien régional et qui annonce que finalement il est possible de choisir la prolongation de la ligne 1 du tram jusqu’à la Trinité et peut être Drap, solution présentée comme la plus performante et pas forcément la plus coûteuse ?

Ou

Celui qui présente (voir édition du quotidien régional du 28 juillet ) Stéphanie Gasiglia au Conseil Métropolitain le bilan à mi-parcours du Schéma Directeur des transports qui court jusqu’en 2030. Or ce schéma rappelle la création d’un TCSP depuis l’Ariane nord jusque vers le centre Est de Nice complété par un renforcement le la ligne ferroviaire Drap La Trinité Nice Thiers, solution que nous avons toujours combattu.

Nice Au Cœur demande au maire de Nice une clarification dans les meilleurs délais.

Extension de la ligne 1 à l’Ariane : une vraie victoire des Arianencs !

Il aura fallu 10 ans pour convaincre Christian Estrosi qu’en termes de rapport coût /service rendu à la population, l’extension de la ligne 1 du tram jusqu’à La Trinité, voir au delà, était la meilleure solution.

Bien meilleure que l’hypothèse consistant à séquencer le TER Nice Breil à une cadence plus élevée et tributaire de la SNCF,

Bien meilleure que le Bus à Haut Niveau de Service qui n’offrait pas les mêmes garanties en terme de capacité

Bien plus simple à réaliser que l’hypothèse d’un tram train qui présente des difficultés techniques importantes et nécessite un partage de la voie avec le TER

Sans vouloir politiser à outrance cette bonne nouvelle, je rappelle que Nice au Cœur a assuré la coordination de toutes les actions menées pour parvenir à cet objectif.

Cela montre aux uns et aux autres que la gauche est non seulement belle quand elle se rassemble dans toutes ses sensibilités, mais qu’elle est aussi efficace !

Rien n’est encore arrêté mais l’infléchissement de la position du maire de Nice doit être saluée et les Arianencs doivent être assurés de notre vigilance. Avec cette option choisie par la maire, la lutte contre la ségrégation territoriale prendra tous son sens.

Une amicale pensée pour Georges Trova, qui avec les Arianencs, se bat depuis des années pour que cette injustice soit réparée.

Arrivée de la ligne 2 du tram au port de Nice.

 

Ce matin c’était l’ inauguration.
Des milliers de niçois étaient là et j’étais à leurs côtés parce que c’est la démocratie. J’avais boycotté l’inauguration du souterrain parce que je m’y étais opposé.
Aujourd’hui, c’était différent. C’était la totalité de la ligne 2 qui rendra beaucoup de services à de nombreux niçois ce n’était pas le jour de rappeler :
Que c’est un chantier qui a coûté plus d’un milliard d’euros avec de nombreux dépassements et autant d’avenants très loin des 450 millions d’euros promis initialement.
Que ce chantier n’améliore pas le confort de déplacements des Niçois et qu’il a fallu remettre en circulation de nombreux bus et des lignes pour permettre un maillage de la ville que ne permet pas le tram.
Que la cause indirecte de la mise en service du tram cause biens des désagréments avec ce verdissement irréfléchi qui gêne commerçants, services de secours, livreurs et déménageurs.
Que le gain en qualité de l’air n’est pas ce qui était escompté
Que le déport essentiel vers la ligne 2 concerné les usagers du bus et bien moins les automobilistes.
Que le temps aéroport port de Nice ne sera jamais celui de 26 mns annoncés par le maire, mais de 33 mns.
Autant de questions qui restent en suspens mais qu’aujourd’hui il fallait oublier, le temps de cette inauguration.

 

Transports publics, Régie Ligne d’Azur, Ligne 2 du Tram : suite du feuilleton !

Dès la fin de la première semaine de septembre, notre groupe a été le premier à alerter le président de la métropole sur les difficultés auxquelles se trouvaient confrontés les usagers des transports publics.

Et nous avons obtenu un certain nombre de résultats positifs tout simplement parce que nous portions avec Paul Cuturello et Christine Dorejo une parole juste.

Autant le dire avec clarté ce nouveau schéma de transports a dû être pondu par un technocrate qui ne doit pas utiliser souvent les bus pour se déplacer. Les correspondances séduisantes sur le papier se révèlent à l’usage désastreuses en terme de temps perdu. La plupart des plaintes des usagers indiquent un temps de trajet doublé, voire plus.

Cette semaine a été aussi folle que la précédente et de nombreuses rumeurs font état d’un colère noire du président de la métropole.

Pour calmer la colère des Niçois, la métropole en est réduite à procéder à de nouveaux ajustements.

Ils portent sur la création de 3 nouvelles lignes.
A compter du 21 octobre la ligne 32 qui reliera Caucade, Sainte Marguerite, Ferber est prolongée pour rejoindre Magnan et la promenade des Arts.
Il y aura aussi la ligne 87 entre l’hôpital l’Archet la gare Thiers et la Promenade des Arts, de 6h à 21h avec une fréquence de 30 mns (attention c’est limite. )
Concernant la ligne 6, tous les trajets vont jusqu’à la Croix de Berra et elle devient une liaison directe avec Magnan.
Enfin le bus de Pessicart, ligne 70 rejoindra la gare SNCF(fréquence 35 mns).

Continuez à nous faire remonter les problèmes non encore résolus, nous porterons votre voix dans l’hémicycle du CUM.

A noter que depuis notre initiative, d’autres candidats potentiels ou déclarés se sont aussi saisis du dossier. Je tiens simplement à signaler que le retour à l’ancien schéma de transport de l’avant 2 septembre n’est ni possible ni souhaitable.

Pas possible car le verdissement prématuré des couloirs de bus qui relevait plus de préoccupations électorales qu’écologiques ne permet plus aux bus de les emprunter. Ils rentrent dans le flux de circulation, ce serait de nouveaux embouteillages, une perte de fiabilité horaire totale, bref une belle pagaille.

Pas souhaitable parce que la ligne 2 du tram demeure une avancée importante, mal exploitée aujourd’hui parce que ce nouveau schéma de transports a été pensé comme une substitution de la ligne 2 aux bus alors qu’il aurait dû être pensé en complémentarité. C’est l’erreur politique fondamentale commise par le président de la métropole.

Fouzia Ayoub, Annie Promonet, Elena Sanfilippo, Nicolas Delaire, Michele Viale, Françoise Assus-Juttner, Jean-Jacques Palos, et vous tous.