Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Education Nationale

Fin du portable dans les écoles et collèges !

La fin des portables

Les écoliers et les collégiens niçois seront logés à la même enseigne que partout en France.

Les téléphones portables seront interdits à la rentrée dans les écoles, les collèges, voire dans certains lycées : le Parlement a voté définitivement ces jours-ci, après un ultime passage devant l’Assemblée, une proposition de loi LREM, qui était un engagement présidentiel.

Je ne méconnais pas le débat en cours qui considère cette loi inutile puisque le Code de l’éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables « durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur ». Mais pour moi la force de la loi n’est pas qu’un slogan. Ce n’est plus laissé à l’appréciation du chef d’établissement, du règlement intérieur, ou du Conseil d’Administration ! Non c’est la loi ! Et j’y suis favorable.

Le texte interdit l’usage de tout objet connecté (portable, tablette, montre…) dans les écoles et collèges. Il prévoit cependant des exceptions « pour des usages pédagogiques », laissés à l’appréciation de chaque établissement dans son règlement intérieur, ou pour les enfants handicapés. Les activités liées à l’enseignement, mais à l’extérieur, comme le sport, seront aussi concernées.

Près de neuf jeunes sur dix de 12 à 17 ans (86 %) possèdent un téléphone portable en France. Or l’usage du portable perturbe la capacité d’attention en classe, le climat scolaire, réduit l’activité physique dans les cours de récréation, et expose parfois des contenus violents ou pornographiques.

Les lycées auront la possibilité, mais pas l’obligation, d’inscrire l’interdiction, totale ou partielle, du portable et autres objets connectés dans leur règlement intérieur. Les chefs d’établissement, pour qui la mesure est utile décideront des modalités d’interdiction (lieux, conditions), le ministère prévoyant un vade-mecum.

La méconnaissance de la loi pourra entraîner la confiscation de l’appareil, permettant « d’impliquer les parents au moment de la restitution ».

août 3, 2018   Commentaires fermés sur Fin du portable dans les écoles et collèges !

Bravo à nos lycées des Alpes Maritimes et à leurs équipes éducatives!

Calmette

Ainsi, alors que la moyenne nationale s’élève à 88,3%, la moyenne de notre académie est de 89,2% ! Mieux dans les Alpes-Maritimes la moyenne pour le bac général est de 90,4% et de 84,1% pour les bac « pro » soit une progression de 3,1%, ce qui mérite d’être soulignée.

Sur les Alpes-Maritimes, ce sont, sans surprise, les deux lycées Valbonnais qui occupent les deux premières places. 98,9% pour le CIV et 97,5% pour le lycée Simone Veil, mais 15 lycées sont au dessus de 90%, ce qui est remarquable.

A Nice, c’est le lycée Calmette qui obtient le meilleur score avec 94,1% et se classe 6eme.

Viennent ensuite à égalité à la 7eme place, le lycée Masséna et le lycée des Eucalyptus avec 93,1%.

Le lycée du Parc Impérial est 9eme avec 91,6%, ce qui représente une progression de 6,2% en un an. C’ est spectaculaire !

Le lycée Estienne d’Orves occupe le 12eme rang avec tout de même plus de 90% de réussite.

Reste le lycée Thierry Maulnier à la baisse avec 86,9 % désormais talonné par le lycée Guillaume Apollinaire avec 84,9% soit une progression de 4,5%, ce qui est un très bon résultat !

Mon tableau d’honneur :
-lycée Calmette, mon lycée, dont je suis fier de voir l’évolution qui la place désormais devant le lycée Masséna.
-lycée Guillaume Apollinaire pour sa progression de 4,5%
Et Lycée de Parc Impérial

juillet 25, 2018   Commentaires fermés sur Bravo à nos lycées des Alpes Maritimes et à leurs équipes éducatives!

Quand un président d’Université pète un câble !

C’est exactement ce qu’il s’est passé à la Faculté des Sciences mercredi dernier.

L’occupation de la « Fac » par une vingtaine de personnes qui ont eu des échanges (au moins verbaux) violents et qui ont commis des dégradations doit être condamnée sans ambiguïté.

Mais, que dire du président de l’Université, Jean Marc Gambodeau qui a très distinctement proféré des menaces vis-à-vis d’un des meneurs : « Toi là, toi. je te revois seul sur le campus, t’es mort! ».

Ce n’est pas forcément ce que l’on attend d’un personne qui, en cas de conflit, par sa responsabilité, doit rechercher la négociation et l’apaisement. Cette attitude n’est clairement pas à la hauteur de ses responsabilités et il devrait en tirer les conséquences.

mai 21, 2018   Commentaires fermés sur Quand un président d’Université pète un câble !

Education : le dédoublement des cours préparatoires est en marche !

Rentree scolaire

C’était une des mesures phares de la campagne présidentielle en matière d’Education nationale avec un message politique crucial : Ne pas se résoudre aux inégalités scolaires. Le Président de la République avait pris l’engagement de faire en sorte que, dans les quartiers classés en Réseau d’Education Prioritaire (REP), il n’y ait pas plus de 12 enfants par classe en CP.

Sur les 4000 postes d’enseignants créés au budget 2017 ( par l’équipe de François Hollande), 2500 seront affectés au dédoublement des classes de CP.

Le dispositif sera donc opérationnel dès la rentrée scolaire. Tous les CP dédoublés seront prêts,
–  Pour 70 % d’entre eux, par une division par deux des classes.
–  Pour les 30 % restants, grâce à la présence de deux maîtres par classe, lorsque les locaux ne seront pas suffisants.

Les membres de mon réseau social recevront un petit questionnaire de rentrée scolaire sur la manière dont cette mesure est mise en oeuvre dans les écoles, afin de savoir notamment les écoles qui doivent faire face à des problèmes de locaux car les locaux relèvent de la responsabilité des maires.

Les parents d’élèves seront également invités à me préciser si cela a une incidence sur la façon dont le rectorat gère les remplacements.

août 16, 2017   Commentaires fermés sur Education : le dédoublement des cours préparatoires est en marche !

Lycée de Grasse : le risque zéro n’existe pas !

LyceeGrasse

La fusillade qui s’est produite hier à l’intérieur du lycée Tocqueville à Grasse est venue brutalement nous rappeler que nous sommes dans une drôle d’époque. Tout d’abord je veux exprimer toute ma solidarité envers les blessés et toute ma gratitude envers le proviseur qui a été exemplaire et sans lequel le bilan aurait pu être plus lourd.

C’est la première fois qu’un évènement de cette nature se produit en France. Nous ne sommes tout de même pas obligé de copier les américains dans tous leurs échecs.

C’est l’oeuvre d’un jeune de 17 ans fasciné par la violence et les tueries semble t’il. Je n’ai même pas envie de faire le lien avec l’engagement de son père dans l’extrême droite, ce n’est pas le sujet.

Le sujet véritable c’est que cette tentative d’homicide collectif, très mal montée heureusement, vient de révéler à l’opinion la vulnérabilité extrême de nos lycées. Imaginez la même situation avec des terroristes aguerris. Le risque zéro n’existe pas. Mais cela révèle aussi l’impérieuse nécessité de ne pas faire de politique politicienne là dessus, n ‘est ce pas monsieur Estrosi. Celui là même qui, pendant sa campagne électorale, promettait des portiques dans tous les lycées. La réalité c’est qu’il ne l’a pas fait. je ne lui reproche pas de ne pas l’avoir fait, je lui reproche d’avoir fait croire qu’il le ferait.

Le président de région va certainement annoncer un audit sécurité de tous les lycées de la Région. Certains travaux ne seront pas inutiles pour obturer certains passages par exemple.

Mais on ne pourra jamais sécuriser technologiquement tous les lycées avec des portiques . Le croire, c’est méconnaitre le fonctionnement d’un lycée. Un lycée n’est pas une prison, c’est au contraire un espace d’éducation mais aussi d’émancipation. Vous imaginez sérieusement transformer chaque lycée en hall d’aéroport, avec détecteurs, scanner, etc. Vous imaginez ce que cela pourrait donner aux heures de pointe, à 8 heures le matin par exemple. Dans un lycée où il y a entre 1000 et 1 500 élèves, parfois près de 3 000 comme c’est le cas à la cité du Parc Impérial. Il faut cesser cette surenchère sécuritaire ingérable.

Je plaide pour une autre notion, celle de l’auto-sécurité. Je pense qu’il faut très sérieusement que les lycéens prennent en main leur sécurité dans les établissements. Il faut sensibiliser les parents d’élèves. Il faut que les comportements changent, que l’individualisme recule, que les jeunes soient plus attentifs à leurs copains et copines, qu’ils soient présents quand quelque chose ne va pas, qu’ils signalent un mal être plus profond. Bref il faut que la communauté lycéenne ne soit pas un simple mot mais ait un sens. Cela ne supprimera pas le risque mais seule la solidarité lycéenne peut le faire reculer.

mars 17, 2017   Commentaires fermés sur Lycée de Grasse : le risque zéro n’existe pas !