Random header image... Refresh for more!

Le salon de l’apprentissage et de l’alternance se déroule cette année dans une ambiance morose jalonnée d’incertitudes

SalonApprentissage

La fréquentation, en légère baisse, n’arrange rien malgré la qualité de l’accueil de la quarantaine d ‘exposants.

J’ai pu discuter de la réforme et les avis sont très partagés sur l’idée de faire gérer les CFA par les branches professionnelles plutôt que par la Région. En fait, je n’ai pu avoir une discussion stratégique car chaque CFA voit midi à sa porte et raisonne en fonction de ses intérêts.

Mais chacun a bien en tête le modèle du CFA du bâtiment géré par la branche et pour lequel le BTP investit considérablement.

L’investissement est la préoccupation essentielle, pas le fonctionnement. L’IFA ( Institut de Formation Automobile) voit ses demandes d’investissements bloquées depuis l’an passé.

Je me suis arrêté longuement au CFA de la Métropole et je suis allé saluer la mission locale de Nice Côte d’Azur qui, elle aussi, avait vu un peu moins de monde que l’an passé.

Ce salon a au moins un mérite, c’est de montrer l’excellence et la diversité des formations et de tordre le cou à certains clichés. L’apprentissage, ce n’est pas uniquement les métiers de bouche, la coiffure, l’agriculture et l’automobile.

C’est aussi, la banque et la finance, l’audiovisuel et le multimédia et les biotechnologies par exemple.