Random header image... Refresh for more!

La prolifération des rats : une responsabilité partagée citoyens- ville de Nice

 

C’est la saison, chaque année pendant l’été surgit à un moment ou un autre la question de la prolifération des rats. sans doute tout simplement parce que la chaleur impacte davantage les ordures ménagères et les font sortir plus facilement, attirés par les poubelles des restaurants.

Chaque année je reçois des plaintes notamment des cités de l’est de la ville, Roquebillière, Bon Voyage et je signale les quartiers à la ville.

Hier la mairie faisait état de 1700 opérations organisées par le service de lutte anti vectorielle et ses 8 agents. Ces opérations consistent à leur donner des aliments empoisonnés.

Ils s’attaquent à de nouveaux produits tout aussi digestes. C’est le cas de câbles de voitures, notamment sur des Smarts mais pas seulement. Ils apprécient les arrivées d’essences sur les Renault, les durites des Mercedes et les câbles ABS des Audi, entraînant des réparations fort coûteuses.

Poser la question de la prolifération des rats ne relève pas de la démagogie électorale, c’est un enjeu de santé publique, les rats étant vecteurs de leptospirose.

1. Il est évident qu’il faut augmenter les moyens de ce service. 8 agents pour une ville de 350 000 habitants c’est beaucoup trop peu.

2. Les moyens en suffiront pas s’il n’y a pas une prise de conscience citoyenne. Des comportements sont à changer, notamment dans certaines cités
Il faut éviter la dépose des sacs poubelles n’importe où sur la chaussée ou pire de jeter les poubelles par les fenêtres comme c’est trop souvent le cas, notamment à la cité Roquebillière.
Il faut conserver les aliments dans des endroits fermés.

Au niveau des habitants et des syndics , il faut veiller à un nettoyage régulier des parties communes et installer des grilles dans les caves pour rendre leurs déplacements plus difficiles.

Un point essentiel : si votre syndic ou votre office HLM ne fait pas le nécessaire, n’hésitez pas à faire remonter l’information ou à saisir directement le direction de l’hygiène publique de la ville.

Alors qui est prêt ou prête à se mobiliser sur ce problème qui je le rappelle est avant tout un problème de santé publique.