Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Société

Mort pour un tas de gravats.

 

Jean-Mathieu Michel, maire de Signes depuis 1983, est mort hier, renversé par un fourgon alors qu’il tentait d’empêcher son conducteur de déposer des gravats sur un chemin privé de la commune.

Après avoir aperçu plusieurs individus en train de décharger illégalement des gravats sur un chemin privé, il leur a demandé d’arrêter et de récupérer les gravats au sol. Mais en repartant, le véhicule a percuté l’élu de 76 ans, qui a été tué.

Les décharges dites « sauvages » sont des lieux inappropriés d’abandons intempestifs de déchets de particuliers ou d’entreprises. C’est ainsi qu’il nous arrive de découvrir à la croisée de deux chemins forestiers ou au bord de la route tout simplement un stock de gravats.

Mais échapper à une verbalisation, cela vaut-il la mort d’un homme, d’un élu attaché à sa commune et à l’ environnement ?

Je pense à sa famille bien sûr. Cela peut paraître tellement dérisoire et en même temps tellement significatif de la dérive actuelle. Cette société de plus en plus violente où la vie est de moins en moins sacrée et où chaque jour des gens la perdent pour des motifs au combien dérisoires

La mort de Jean-Mathieu Michel est un symbole de cette dérive Et la question se pose : un maire peut il exercer ses pouvoirs de police sans risquer sa vie ? C’est, je pense la première fois, que se produit un tel drame.

août 6, 2019   Commentaires fermés sur Mort pour un tas de gravats.

Que peut on faire contre l’ insouciance de la jeunesse ?

 

C’est la question que l’on peut se poser au plus fort de l’été quand on voit les jeunes de Rauba Capeu plonger des rochers.

Et l’arrêté préfectoral interdisant les plongeons jusqu’au 31 octobre, en dehors qu’il fixe un cadre légal pour permettre une verbalisation à 11 euros pour les contrevenants ne peut y changer grand chose.

Il n’ y a malheureusement que la confrontation à l’accident qui peut faire œuvre de pédagogie. Il s’est produit le 6 juillet, jour où un jeune, manquant son impulsion, a atterri dans les rochers, se blessant sérieusement.

Ce n’est pas « la peur du gendarme » qui les freine provisoirement , mais la peur tout simplement.

Pendant des années il s’est passé la même chose au plongeoir, à côté de la plage des Bains Militaires.

Avant de redevenir un restaurant, ce plongeoir désaffecté était devenu un tremplin de sensations fortes pour les jeunes. Et les différents obstacles placés pour les empêcher de monter rendait finalement l’escalade au plongeoir plus périlleuse que le plongeon lui-même (photo)

juillet 22, 2019   Commentaires fermés sur Que peut on faire contre l’ insouciance de la jeunesse ?

La prolifération des rats : une responsabilité partagée citoyens- ville de Nice

 

C’est la saison, chaque année pendant l’été surgit à un moment ou un autre la question de la prolifération des rats. sans doute tout simplement parce que la chaleur impacte davantage les ordures ménagères et les font sortir plus facilement, attirés par les poubelles des restaurants.

Chaque année je reçois des plaintes notamment des cités de l’est de la ville, Roquebillière, Bon Voyage et je signale les quartiers à la ville.

Hier la mairie faisait état de 1700 opérations organisées par le service de lutte anti vectorielle et ses 8 agents. Ces opérations consistent à leur donner des aliments empoisonnés.

Ils s’attaquent à de nouveaux produits tout aussi digestes. C’est le cas de câbles de voitures, notamment sur des Smarts mais pas seulement. Ils apprécient les arrivées d’essences sur les Renault, les durites des Mercedes et les câbles ABS des Audi, entraînant des réparations fort coûteuses.

Poser la question de la prolifération des rats ne relève pas de la démagogie électorale, c’est un enjeu de santé publique, les rats étant vecteurs de leptospirose.

1. Il est évident qu’il faut augmenter les moyens de ce service. 8 agents pour une ville de 350 000 habitants c’est beaucoup trop peu.

2. Les moyens en suffiront pas s’il n’y a pas une prise de conscience citoyenne. Des comportements sont à changer, notamment dans certaines cités
Il faut éviter la dépose des sacs poubelles n’importe où sur la chaussée ou pire de jeter les poubelles par les fenêtres comme c’est trop souvent le cas, notamment à la cité Roquebillière.
Il faut conserver les aliments dans des endroits fermés.

Au niveau des habitants et des syndics , il faut veiller à un nettoyage régulier des parties communes et installer des grilles dans les caves pour rendre leurs déplacements plus difficiles.

Un point essentiel : si votre syndic ou votre office HLM ne fait pas le nécessaire, n’hésitez pas à faire remonter l’information ou à saisir directement le direction de l’hygiène publique de la ville.

Alors qui est prêt ou prête à se mobiliser sur ce problème qui je le rappelle est avant tout un problème de santé publique.

juillet 2, 2019   Commentaires fermés sur La prolifération des rats : une responsabilité partagée citoyens- ville de Nice

Zoom sur les bières niçoises !

 

Un post curieux me direz-vous. Je ne suis pas un amateur de bières même s’il m’arrive d’en boire une de temps en temps au Pastrouil ou chez Wayne’s devant un match de football.

Mais j’en parle pour signaler l’initiative de 8 entreprises de bières artisanales qui ont décidé d’organiser la première Oktober Fest locale programmée les 5 et 6.octobre prochains au jardin Albert 1er.

Ils se sont regroupés en une fédération « Les Brasseurs indépendants des Alpes-Maritimes (BIAM).

OBJECTIF : faire connaître les bières azuréennes face aux géants du secteur. Cette démarche mérite d’être encouragée car elle est intéressante au niveau économique et commercial.

mai 29, 2019   Commentaires fermés sur Zoom sur les bières niçoises !

Quartier Pasteur : Et soudain l’agora surgit dans un jardin public

 

Dans la Grèce antique, l’agora désignait le lieu de rassemblement social, politique et mercantile de la cité.

En répondant à l’invitation du comité de quartier, pour la fête du quartier au Jardin public avenue du maréchal Lyautey, je n’imaginais pas une seule seconde de la tournure qu’allait prendre cette petite visite.

Un groupe d ‘adhérents du comité de quartier m’a invité à rentrer dans son cercle où l’on débattait de sujets forts intéressants se rapportant au mieux vivre ensemble, à l’ouverture aux autres, à la nécessité de créer du lien social. On a aussi évoqué l’évolution du rôle de l’élu par rapport à ses nouvelles aspirations dans les quartiers. Et la nécessité de se servir du lien social pour contenir les incivilités à 1000 lieux des caméras du maire.

L’agora de Pasteur est peut être né de ce groupe.

mai 19, 2019   Commentaires fermés sur Quartier Pasteur : Et soudain l’agora surgit dans un jardin public