Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Société

Les violences scolaires #PasDeVague ?Débat organisé par l’Association Nice au cœur le 27 novembre

 

Introduction au débat

19 octobre 2018 -5 novembre 2018, deux dates qui ne sont pas pour rien dans le fait que nous nous retrouvions ce soir, citoyens engagés, militants politiques, associatifs, pour débattre des violences scolaires.

19 octobre 2018, une vidéo montrant une professeure braquée avec une arme factice par un élève dans un lycée de Créteil, envahit les réseaux sociaux. La scène choque profondément et pour de nombreux enseignants, c’est un déclencheur. Des centaines d’enseignants dénoncent dans leurs témoignages l’omerta » qui frappe la violence scolaire. En quelques heures 35 000 tweets sont recensés avec le hashtag #Pas De Vague.

5 novembre 2018, TF1 diffuse un téléfilm adapté d’une histoire vraie, celle de Jonathan Destin : « Le jour où j’ai brulé mon cœur ». Jonathan Destin, c’est cet élève victime de harcèlement scolaire, de coups, d’insultes et de racket qui va, un jour de février 2011, parce que son quotidien est devenu un enfer et que ce n’est plus supportable, tenter de suicider en s’immolant par le feu. Mis en coma artificiel et brulé à 70 %, il va survivre. Nous avions envisagé de le diffuser ici mais il est trop long et cela ne nous aurait pas permis d’aller au fond de ce débat. Ce qu’il faut en retenir, c’est que Jonathan, aujourd’hui jeune adulte, s’adresse aux plus jeunes en leur disant de ne pas cacher leur souffrance, de parler, et que le danger c’est l’isolement progressif.

Ce qui nous intéresse ce soir, c’est de mieux comprendre ce phénomène, la multiplication de ces actes violents, réalisés dans les établissements scolaires et qui sont dirigés contre les élèves, contre les enseignants et parfois même par des dégradations contre les bâtiments eux-mêmes.

Les chiffres sont très préoccupants. Deux études parues coup sur coup fin 2017, notamment l’enquête « climat scolaire et victimation » du quotidien « Le Monde », l’attestent. Près de la moitié 46 % des ados interrogés, tous scolarisés dans des collèges de ZEP, déclarent avoir été témoins d’actes de cruauté entre élèves et 20 % ont déjà subi des violences physiques. 442 incidents graves sont recensés chaque jour dans les collèges et lycées de France. 22 % estiment qu’il y a trop de violence dans leur établissement scolaire.

95 % des agressions sont commises par des élèves sur des élèves et parfois sur des enseignants. Dans leur carrière, 6 % des enseignants du second degré on été physiquement agressés. En revanche 30 % disent avoir été insultés par un élève et 12 % par plusieurs ensemble. Enseigner dans une ZEP double le risque.

Voilà la situation ! Et à Nice, puisque c’est ce qui nous intéresse ce soir, que se passe t’il ? L’école de la République est-elle toujours sanctuarisée ? Où ces phénomènes de violence scolaire existent-ils, et si oui, où en est-on ? Quel type de violence ? Psychologique, physique, sexuelle, numérique par les réseaux sociaux ? Nous poserons la question à Raphaël Galmiche qui est enseignant au collège Maurice Jaubert.

Quelle sont les causes ? On évoque l’absence d’éducation, le manque de repères, de normes et de valeurs, l’intolérance, les préjugés, le racisme, le chômage des parents, l’exclusion, la banalisation de la violence à la TV. On demandera à Nassim Aouadi surveillant son sentiment sur ces causes et à quel niveau se situent son intervention ?

Quelles peuvent-être les conséquences psychologiques, physiques, comportementales, scolaires des violences scolaires sur les élèves? Peut-être que Huidaide Hmad et Sabrine Mounier pourront nous éclairer sur ce sujet ?

Quelles peuvent être également les séquelles pour les enseignants ? Bénéficient-ils d’un suivi psychologique ?

Comment lutter contre ce phénomène? Faut-il repenser la formation des enseignants qui avait été supprimée sous Nicolas Sarkozy et remise en place par le gouvernement Hollande? Quelles solutions les enseignants peuvent-ils proposer ? Marie Hélène Raybaud nous parlera de son expérience. Quelle place peut avoir la psychologie dans une intervention coordonnée car la réponse ne peut être que collective? Nous demanderons à Sabrine Mounier de nous donner son éclairage.

Enfin, se pose bien entendu l’intervention d’éléments extérieurs et notamment celle de la commune. Comment peut-elle jouer un rôle face à la montée de ce phénomène qui est un danger pour sa jeunesse? On parle de policier municipaux dans les écoles primaires, peut-être de policiers nationaux dans les lycées. Est-ce le moyen adapté pour protéger les élèves et les enseignants ? Avez-vous d’autres propositions ? Voyez-vous d’autres solutions ? Cette bataille est-elle perdue ? Quels nouveaux types de moyens faudrait-il pour que l’école, le collège et le lycée redeviennent les sanctuaires que l’on a laissés pendant trop longtemps se dégrader en minimisant le phénomène afin de ne pas stigmatiser les établissements scolaires ?

novembre 27, 2018   Commentaires fermés sur Les violences scolaires #PasDeVague ?Débat organisé par l’Association Nice au cœur le 27 novembre

Hommage aux bénévoles des Restos du Coeur !

 

J’étais ce matin à l’antenne des Restos du Cœur des quartiers Est, au boulevard Jean Baptiste Verany pour apporter mon soutien aux 40 bénévoles qui se relaient sur 4 jours pour venir en aide aux bénéficiaires inscrits qu’ils soient seul ou par famille.
Cette année l’antenne craint de dépasser le millier d’inscrits.

novembre 27, 2018   Commentaires fermés sur Hommage aux bénévoles des Restos du Coeur !

Age minimal du consentement sexuel !

 

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé ma position sur cette affaire. Je m’exprime rarement sur ces sujets mais je considère qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer cette fois parce que vous avez le droit de savoir ma conviction.

Je vais répondre clairement. Je pense qu’il doit y avoir un âge minimal au consentement sexuel aux alentours de 14 ou 15 ans. Je sais que c’est l’ objet de controverse et source de débats houleux depuis plus d’un an. Mais je regrette que la question de l’âge minimal du consentement sexuel ait finalement été écartée.

Je comprends la déception des associations de protection de l’enfance et je pense qu’on aurait parfaitement dû garder cet âge de référence tout en excluant les relations consenties entre mineurs du même âge.

Le débat avait été bien posé par Macron mais, un temps défendue par le gouvernement, la présomption de non-consentement des moins de 15 ans est la grande absente du projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, par l’Assemblée nationale.

Je n’ai pas suivi les débats à l’assemblée mais je regrette profondément ce recul. Dans une société où les mœurs se sont considérablement libéralisées, il y a suffisamment d’hommes et de femmes disponibles pour respecter l’intégrité des pré-adolescents !

Pour autant la loi Schiappa n’est pas que cela ! Depuis sa promulgation, deux gros changements sont entrés en vigueur : le délai de prescription pour viol qui passe de 20 à 30 ans, ainsi que l’instauration d’une contravention pour outrage sexiste contre le harcèlement de rue.

août 11, 2018   Commentaires fermés sur Age minimal du consentement sexuel !

La fraternité est bien un principe constitutionnel !

fraternité

C’est ce que le Conseil Constitutionnel a rappelé dans sa décision relative à la question des migrants.

Voilà une décision qui ne pourra que réjouir tous ceux qui suivent le dossier des migrants et plus particulièrement le bras de fer entre associations et préfet des Alpes Maritimes.

Le Conseil Constitutionnel avait été saisi par Cédric Herrou, qui avait été condamné en 2017 à quatre mois de prison avec sursis, pour avoir accueilli des migrants en situation irrégulière, à la frontière franco-italienne.

Le Conseil constitutionnel a partiellement abrogé le « délit de solidarité », au nom du principe constitutionnel de fraternité inscrit dans le préambule de la Constitution et dans son article 2.

Ce sont les valeurs fondamentales de la République qui sont ainsi rappelées au ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, et à son préfet dans les Alpes-Maritimes.

Être solidaire avec un migrant en situation irrégulière n’est plus illégal, tant qu’on ne l’aide pas à entrer en France. L’aide à l’entrée irrégulière d’un migrant sur le territoire national reste illégale.

Parce que la solidarité n’est pas un délit, le principe de fraternité peut être invoqué devant la justice par ceux ayant aidé, transporté ou hébergé des migrants de façon désintéressée, même s’ils sont sans-papiers ou en situation irrégulière, précise le Conseil constitutionnel.
Il découle du principe de fraternité la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national”, notent les sages du Conseil.

Le 13 juillet prochain le délibéré concernant Martine Landry au palais de justice de Nice ne devrait plus faire de doute.

juillet 8, 2018   Commentaires fermés sur La fraternité est bien un principe constitutionnel !

Une nouvelle Irlande vient de naître !

Avortementirlande

L’Irlande vient de voter à une écrasante majorité, 66,4 %, pour libéraliser l’avortement. C’est un résultat historique. Les Irlandais ont choisi la suppression du huitième amendement de la constitution qui, de fait, interdisait l’avortement en Irlande. Un seul comté, le Donegal, a voté contre à une courte majorité, à 51,9 % contre 48,1 %.

Ce qui est particulièrement remarquable, c’est l’homogénéité du vote, tant dans sur le plan démographique – jeunes et moins jeunes ont voté oui – que géographique ou par genre.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, âgé de 39 ans n’a pas hésité à déclarer : « Le peuple a parlé. Il veut une constitution moderne pour un pays moderne ». Il a promis de proposer au vote des députés, très rapidement, une loi autorisant l’avortement jusqu’à 12 semaines de gestation.

Au delà même de la question de l’avortement, ce vote montre la fin de l’emprise de l’église catholique sur la société irlandaise trois ans seulement après le vote du mariage pour tous.

mai 27, 2018   Commentaires fermés sur Une nouvelle Irlande vient de naître !