Ne laissons pas tomber nos soignants !

 

Ce n’est pas de casseroles dont ils ont besoin mais de « liquide ».
J’étais à leur côté hier soir avec Nice au Cœur. Leurs revendications sont justes. Leurs salaires doivent être revalorisés et leurs carrières plus attractives dans un secteur où l’on manque de personnels.

Il faut soutenir ce mouvement social jusqu’au bout. Prochain rdv sans doute le 14 juillet.

Segur de la santé : je salue le choix de Nicole Notat

 

Le « Ségur de la Santé » s’est ouvert hier. L’ objectif de cette concertation qui se tiendra jusqu’à la mi-juillet est d’améliorer les conditions de travail à l’hôpital, les rémunérations du personnel soignant et la prise en charge des patients.

C’est Nicole Notat qui a été chargée de la délicate mission de coordonner ce « Ségur de la santé ». Elle a promis d’exercer cette mission en ayant à cœur d’organiser l’écoute réciproque et le dialogue entre l’ensemble des parties prenantes et d’aider à la construction de conclusions le plus partagées possible.

Nicole Notat est une ex-dirigeante de la CFDT,
élue en 1982, à la commission exécutive de la CFDT dont elle prendra la tête 10 ans plus tard.

C’est sous ses mandats que le plan Juppé sur la réforme très controversée de la protection sociale en 1995 est soutenu par la CFDT. Des militants rejoignent ou créent des syndicats SUD.

Dans le cadre de la « Refondation sociale » (2000) lancée par le Medef, la CFDT devient le partenaire privilégié de l’organisation patronale.
Elle votera ensuite « oui » à la Constitution européenne en 2005
Une fois rendu son mandat, elle fonde Vigeo, une agence internationale de notation sociale et environnementale, réalisant notamment des audits sur les discriminations en entreprise et rachetée l’an dernier par Moody’s.

Nicole Notat se définit comme proche « des idées de gauche progressistes » et présidera jusqu’en 2013, l’association « Le Siècle ».

J’ai demandé au maire de Nice de faire procéder au dépistage de toutes les personnes travaillant à l’aéroport Nice Côte d’Azur

 

En effet, il est possible qu’il y ait au sein du personnel un foyer de contamination. C’est en tout cas ce que pensent certains salariés.

Je souhaite que cette demande soit prise en compte. Bien que ne détenant plus qu’1% du capital de la société aéroportuaire, le maire de Nice, en tant que président de la métropole est toujours membre du conseil de surveillance, il peut de ce fait le demander.

Cette démarche a été faite il y a trois jours. Je suis en attente d’une réponse.