C’est consternant!

Reste-t-il encore des citoyens capables de raisonner en tant qu’individu membre d’un corps social ou enterre-t-on définitivement la valeur de solidarité au profit d’un individualisme débridé?
On est en droit de se poser la question quand on voit les réactions des riverains des zones touristiques. Cela fait bientôt deux ans que les restaurants, les cafés sont fermés. Deux ans que ces riverains ont bénéficié d’une tranquillité inespérée due à la succession de couvre-feux et de confinements.
Ces gens ont acheté ou loué leur appartement en connaissance de cause. Ils n’ont pas choisi un quartier tranquille, ils ont choisi un quartier qui vit.
Et on apprend que des associations se créent pour empêcher les terrasses de se développer sur les trottoirs ou sur des zones de stationnement. Mais c’est une mesure provisoire, prise pour aider au redémarrage économique du secteur. Derrière il y a des emplois, la reprise du travail de milliers de gens qui étaient depuis des mois en chômage partiel.
Personne ne peut faire un effort. C’est consternant.

Le projet Nice Meridia comprendra 1810 logements sociaux !

Nous connaissons tous la situation du logement social à Nice et son déficit historique qui date de la gestion de Jacques Peyrat.
Avant c’était nos permanences, désormais c’est parfois jusque sur nos numéros de portables, procurés on ne sait comment, que les demandes de logements arrivent.
Et le pire c’est que lorsque l’on étudie attentivement les dossiers, que l’on écoute le parcours des demandeurs, plus de 90% des demandes sont justifiées.
Nice Meridia va dévorer de nombreux espaces agricoles, nous en avons tous conscience et nous devons être très vigilants sur le respect des proportions initiales prévues dans le projet.
1810 logement sociaux annoncés, c’est le tiers de la totalité des logements qui seront construits sur la zone, soit 5450.
Je vous appelle à insister tout particulièrement sur les registres de l’enquête publique sur la nécessité absolue de créer ces 1810 logements sociaux et que cela soit non négociable.

Cyber attaque sur les cours à distance.

Un nouveau couac se dessine pour le gouvernement. Comme l’an passé lors du premier confinement, les plateformes dédiées à l’enseignement à distance ont connu un net retard à l’allumage ce mardi 6 avril, pour le premier jour de l’école à la maison décidée par le gouvernement pour freiner la progression du coronavirus à travers le territoire
On se croirait en plein fiction. Des bugs en série qui ont été signalé au rectorat semblent, en plus d’une impréparation générale, avoir été l’objet d’une cyber attaque, vers 8h15 du matin, heure où d’un coup, il y a eu des milliers de connexion qui ont saturé le système.
Ces problèmes techniques ont provoqué la colère des enseignants et des parents d’élèves, nombreux à s’interroger sur les moyens mis en œuvre depuis un an pour tirer les conclusions des difficultés rencontrées l’an passe à savoir des serveurs dans l’incapacité de monter en charge face à un fort afflux de connexions.
150 000 classes virtuelles semblent avoir pu être ouvertes. À noter que notre département semble avoir été parmi les moins touchés.
Mais ces bugs à répétition doivent surtout nous rappeler que l’option établissements scolaires ouverts le plus longtemps possible était la bonne et qu’elle a permis en moyenne de tenir 12 semaines de plus que nos voisins européens.

Le TNN est désormais occupé !

Après le théâtre de l’Odéon et une trentaine d’autres théâtres, le TNN est désormais occupé par les professionnels du monde du spectacle et de la culture.
Nice au Cœur soutient ce mouvement, porté par la CGT spectacles dont la symbolique est forte et j’invite celles et ceux qui soutiennent le monde de la culture à participer aux agoras journalières qui se dérouleront tous les jours à 14 heures sur le parvis.
Alors qu’une sorte de dépression collective s’empare du pays, plus que jamais la culture est essentielle et la réouverture des salles doit s’opérer au plus vite.

Logement social : 416 500 euros de pénalités pour la ville de Nice !

Les pénalités sont majorées d’ un supplément comme pour les communes de Saint Laurent du Var, Beaulieu sur mer, Tourette Levens et Villeneuve Loubet. Il y a aussi La Colle sur Loup, La Gaude et la Trinité, Saint Jeannet et Villefranche sur mer.
Il n’y a pas de surprise. Souvenez vous de l’ancien maire de Saint Jeannet qui faisait de l’engagement de construire zéro logement social sur sa commune sa promesse pour les élections municipales.
Saluons toutefois l’effort de Cagnes sur Mer qui a sorti sa commune des villes carencées.
Quant à Nice, cette année le nombre de logements étudiants construits n’aura pas suffi pour sauver les apparences. Même si la pénalité est forte, elle n »est pas majorée. Cela indique le chemin qu’ il reste à accomplir. Il faut un temps où le maire de Nice avait annoncé un objectif de 30% de logements sociaux dans la zone de Nice Meridia. Depuis quelques temps il s’est fait discret sur cet engagement.