Cyber attaque sur les cours à distance.

Un nouveau couac se dessine pour le gouvernement. Comme l’an passé lors du premier confinement, les plateformes dédiées à l’enseignement à distance ont connu un net retard à l’allumage ce mardi 6 avril, pour le premier jour de l’école à la maison décidée par le gouvernement pour freiner la progression du coronavirus à travers le territoire
On se croirait en plein fiction. Des bugs en série qui ont été signalé au rectorat semblent, en plus d’une impréparation générale, avoir été l’objet d’une cyber attaque, vers 8h15 du matin, heure où d’un coup, il y a eu des milliers de connexion qui ont saturé le système.
Ces problèmes techniques ont provoqué la colère des enseignants et des parents d’élèves, nombreux à s’interroger sur les moyens mis en œuvre depuis un an pour tirer les conclusions des difficultés rencontrées l’an passe à savoir des serveurs dans l’incapacité de monter en charge face à un fort afflux de connexions.
150 000 classes virtuelles semblent avoir pu être ouvertes. À noter que notre département semble avoir été parmi les moins touchés.
Mais ces bugs à répétition doivent surtout nous rappeler que l’option établissements scolaires ouverts le plus longtemps possible était la bonne et qu’elle a permis en moyenne de tenir 12 semaines de plus que nos voisins européens.

Le TNN est désormais occupé !

Après le théâtre de l’Odéon et une trentaine d’autres théâtres, le TNN est désormais occupé par les professionnels du monde du spectacle et de la culture.
Nice au Cœur soutient ce mouvement, porté par la CGT spectacles dont la symbolique est forte et j’invite celles et ceux qui soutiennent le monde de la culture à participer aux agoras journalières qui se dérouleront tous les jours à 14 heures sur le parvis.
Alors qu’une sorte de dépression collective s’empare du pays, plus que jamais la culture est essentielle et la réouverture des salles doit s’opérer au plus vite.

Solidarité avec les étudiants de la cité Jean Médecin.

On pourrait résumer cet après midi par la formule : mission accomplie.
Lors du dernier conseil d’administration de Nice au Cœur, nous avions décidé une opération de solidarité envers la cité Jean Médecin, qui, avec plus de 900 chambres est la plus grande de notre université et dont l’épicerie sociale, qui ne fonctionne que sur les dons, est souvent à sec malgré son partenariat avec le Secours Populaire.
J’avais également précisé que l’intérêt de cette collecte était de mobiliser des gens au-delà de nos adhérents car sinon cela n’aurait guère de sens et s’essoufflerait rapidement.
Je remercie Nice-Matin qui a passé l’annonce des permanences et contribué ainsi à ce que cet objectif soit atteint. Car le pari a été tenu et même au delà de nos espérances. Ce ne sont pas moins de 21 personnes qui sont venues déposer des dons. Il a fallu faire deux voyages entre la permanence et la cité universitaire pour acheminer les dons dont le volume correspondait à 5 caddies.

Kamel nous attendait avec des « bras » pour décharger la voiture. L’occasion de partager un moment de convivialité et de lui remettre également une caisse de 500 préservatifs ce qui a mis de la bonne humeur car c’est un don inhabituel dans une action de collecte de denrées alimentaires. Merci au Centre LGBT Côte d’Azur et à son président

Erwann LE HÔ

.

Un grand merci à

Rahma Louassi

qui a tenu la permanence 4 après-midi pour accueillir les donateurs et donatrices.

Quand la ségrégation territoriale se fait complice de la Covid

L’explosion de cas de Covid à l’Ariane vient nous rappeler que la Covid s’est particulièrement bien adaptée aux inégalités sociales.
Isolement du quartier, surpopulation dans les appartements, gestes barrières appliqués de façon aléatoire, absence de mixité, tous les ingrédients sont réunis pour qu’effectivement un cluster explose à l’Ariane.
Et pour réponse, la mairie annonce des actions de prévention. A ce stade c’est un minimum syndical et c’est très insuffisant.
Cela fait un an que le coronavirus sévit et que l on nous rabat les oreilles avec les gestes barrières, le port du masque, le lavage des mains. A l’Ariane ils sont informés comme ailleurs.
Il y a simplement des gens qui ont décidé de s’asseoir sur les consignes. Entre le haut du boulevard Saramito et les chênes blancs, j’ai parcouru le trajet en voiture et j’ai compté 58 personnes sans masques.
L’ ennui, c’est que toute la ville est concernée par ce cluster.
Il n’y a donc qu’une seule solution. Je demande à ce que l’on considère l’Ariane comme priorité territoriale, et qu’un centre de vaccination soit implanté dans une école du quartier pendant les vacances scolaires qui vont débuter afin de vacciner un maximum de monde dans la quinzaine.
Je demande également que l’Etat prenne en compte la situation particulière de notre département et de notre ville compte tenu du taux d’incidence que nous subissons. Nous devons bénéficier de moyens vaccinaux supplémentaires.

L’Affaire du Siècle

À l’origine c’était une plainte déposée par Greenpeace France, Notre affaire à tous, Oxfam France et la Fondation Nicolas Hulot (qu’il ne faut pas sous estimer)
Le tribunal administratif de Paris a rendu ce mercredi 3 février 2021 son jugement dans l’Affaire du Siècle. Après deux ans de mobilisation la justice a reconnu la responsabilité de l’État français dans la crise climatique !
L’État est condamné pour carence et jugé responsable de préjudice écologique, et son non-respect de ses engagements à réduire les émissions de gaz à effet de serre est désormais illégal ! Il faut remettre la France dans une trajectoire compatible avec l’accord de Paris.
Ce jugement est très important et on en mesure encore mal les conséquences.En fait Nicolas Hulot, à travers cette plainte à obtenu de la justice ce qu’il n’avait pu obtenir politiquement.
Le tribunal administratif a reconnu le réjucide écologique et de donne deux mois pour statuer sur la question de l’injonction à en faire davantage.
En effet des victimes directes des changements climatiques en France pourraient semble t’il pouvoir demander réparation à l’Etat.
Ceux qui connaissent bien ce dossier sont les bienvenus pour contribuer au débat et enrichir nos connaissances sur cette Affaire du Siècle.