Régionales : Il faut la France Insoumise.

Si la gauche était très basse, elle pourrait se permettre la division puisqu’il n’y aurait aucun enjeu et chacun pourrait se faire plaisir.
Mais la gauche n’est pas si basse, son socle actuel est estimé à 24, 25%. Cela lui donne des responsabilités accentuées par la situation à droite.
Personne ne peut prévoir aujourd’hui à quel niveau se situera le sortant Renaud Muselier après le psychodrame vécu par la droite régionale.
En politique certaines additions se terminent parfois en soustraction. Comment vont se comporter les électorats après l’annonce de l’accord entre Muselier et LaRem et la démission d’Hubert Falco des LR dont il était une grande figure régionale?
Les électeurs de La Rem vont ils voter massivement pour le LR Muselier ? Ce n’est pas certain. Une partie pourrait rejoindre la gauche ou s’abstenir.
Comment va réagir l’électorat LR à cet accord électoral ? Certains ne vont ils pas se tourner vers le Rassemblement National ?
Cette grande incertitude sur le niveau de Renaud Muselier laisse un espoir à la gauche à une seule condition : une seule liste.
L’ accord qui est sur le point d’aboutir entre EELV, le pôle écologique, le PS, le PC et Generation’s est déjà une tres bonne chose, bien qu’il soit fortement contesté par le PCF des Alpes-Maritimes et par le PS du Vaucluse mais il ne sera pas suffisant.
Le pari tenté est tout simplement que la France Insoumise et le collectif « il est temps » n’aient matériellement plus le temps de construire et de déposer une liste. Prendre les électeurs et électrices de la France Insoumise sans leur donner de sièges.
À ce moment là il n y aurait qu’une liste mais à quel prix. Si la France Insoumise est vraiment sincère dans son souhait de rassemblement comme l’indique la presse il faut encore discuter. Ce serait mieux d’avoir une liste avec la France Insoumise. Avec une seule liste et une mobilisation électorale la gauche peut encore gagner.
Il est encore temps.

La victoire ou le cauchemar

Je ne serai pas candidat aux prochaines élections régionales.
Je sais que nombre d’entre vous auraient souhaité que j’y retourne mais cela n’aurait pas de sens.
J’ai eu la chance d’être le 1er vice-président de notre région à trois reprises, choisi par Michel Vauzelle en 1998, 2004 et 2010.
Nous avons géré cet exécutif à ses côtés, nous avons été réélus deux fois dans une région de droite. C’est notre bilan et ce n’est pas mince comme performance. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes. Nous avons démontré qu’un exécutif de gauche plurielle pouvait gérer et construire lorsque l’on met en avant ce qui nous rassemble et non les intérêts d’arrière boutique qui nous divisent et conduisent à l’échec. J’ai servi notre région avec passion, la même passion avec laquelle je m’oppose aujourd’hui dans notre ville à Christian Estrosi, avec ou sans mandat électoral.
Mais ce cycle s’est achevé avec l’échec de Christophe Castaner et le retrait de sa liste en 2015.
Depuis, la gauche, dans toute sa diversité, est absente de l’hémicycle régional, laissant à l’extrême droite, toujours aussi menaçante, la responsabilité de l’opposition.
2021 peut être réellement l’année de la reconquête.
Elle est possible si toutes les leçons de l’échec de 2015 sont tirées et que deux exigences sont remplies : le rassemblement et le renouvellement.
Le rassemblement est indispensable. Il doit être le plus large possible et c’est possible s’il s’opère sur une base programmatique commune mettant en exergue quelques priorités consensuelles. Il ne peut ni ne doit buter sur la présence d’un ou deux personnalités contestables parce que l’enjeu qui est devant nous mérite autre chose que des rejets médiocres.
Le renouvellement est aussi indispensable. Cela concerne notamment ceux qui ont été dans l’exécutif de Michel Vauzelle. C’est douloureux mais il faut que chacun le comprenne. Nous avons écrit une belle page de l’histoire de notre Région, laissons la génération montante écrire la sienne et aidons-la à le faire.
Si ces deux conditions sont remplies, la victoire est possible parce que notre électorat désabusé par les divisions reprendra espoir et se mobilisera.. Nous n’avons pas droit à l’erreur car ce sera la victoire ou le cauchemar.
Il faut absolument que la gauche rassemblée devance Renaud Muselier au premier tour et demande à la droite de faire le front républicain. Il n’y a pas d’autre issue pour gagner.
Par contre, si la gauche arrive derrière Renaud Muselier, parce qu’elle aura créé les conditions de sa propre division, il ne faudra pas pleurer lorsque nos électeurs iront voter républicain au 2eme tour, et encore moins si un maintien légalement possible mais politiquement désespéré donne la région PACA à Marine Le Pen et au Rassemblement national.
Patrick ALLEMAND
Ancien Premier vice président du conseil régional PACA

#IlEstTemps. Préparation des élections régionales

J’ étais ce matin avec la section Nice Rive Gauche,

Rahma Louassi, Katia Lebon, Hassan Rafiki,Fouzia Ayoub et
Geraldo Hermano Nice au marché Saint Roch pour faire signer l’appel « il est temps », appel pour une liste de rassemblement de la gauche et des écologistes. Nous avons fait cinquante signatures à ajouter à celles recueillies par d’autres équipes présentes, celle du PCF, et des militants d’ensemble 06 et de Génération s.
C’était agréable de reprendre ce contact direct avec les gens mais la Covid était de toutes les conversations. Les élections régionales ne sont pas la préoccupation actuelle des gens.

Communiquer pour rassurer et gagner la bataille de la vaccination.

Au moment où Joe Biden fait de sa deuxième injection un événement planétaire, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, le SDIS du 06 a décidé lui aussi de communiquer sur le vaccin.
En effet depuis le début de la pandémie 250 des 4 000 pompiers azuréens ont été testés positifs malgré toutes les précautions prises.
Dans la semaine 330 pompiers sur les 880 candidats potentiels ont été vaccinés dont le directeur opérationnel du SDIS, Louis Riquier.
Prendrait-il des risques pour lui-même ou pour les pompiers. Je ne le pense pas.