Régionales : Il faut la France Insoumise.

Si la gauche était très basse, elle pourrait se permettre la division puisqu’il n’y aurait aucun enjeu et chacun pourrait se faire plaisir.
Mais la gauche n’est pas si basse, son socle actuel est estimé à 24, 25%. Cela lui donne des responsabilités accentuées par la situation à droite.
Personne ne peut prévoir aujourd’hui à quel niveau se situera le sortant Renaud Muselier après le psychodrame vécu par la droite régionale.
En politique certaines additions se terminent parfois en soustraction. Comment vont se comporter les électorats après l’annonce de l’accord entre Muselier et LaRem et la démission d’Hubert Falco des LR dont il était une grande figure régionale?
Les électeurs de La Rem vont ils voter massivement pour le LR Muselier ? Ce n’est pas certain. Une partie pourrait rejoindre la gauche ou s’abstenir.
Comment va réagir l’électorat LR à cet accord électoral ? Certains ne vont ils pas se tourner vers le Rassemblement National ?
Cette grande incertitude sur le niveau de Renaud Muselier laisse un espoir à la gauche à une seule condition : une seule liste.
L’ accord qui est sur le point d’aboutir entre EELV, le pôle écologique, le PS, le PC et Generation’s est déjà une tres bonne chose, bien qu’il soit fortement contesté par le PCF des Alpes-Maritimes et par le PS du Vaucluse mais il ne sera pas suffisant.
Le pari tenté est tout simplement que la France Insoumise et le collectif « il est temps » n’aient matériellement plus le temps de construire et de déposer une liste. Prendre les électeurs et électrices de la France Insoumise sans leur donner de sièges.
À ce moment là il n y aurait qu’une liste mais à quel prix. Si la France Insoumise est vraiment sincère dans son souhait de rassemblement comme l’indique la presse il faut encore discuter. Ce serait mieux d’avoir une liste avec la France Insoumise. Avec une seule liste et une mobilisation électorale la gauche peut encore gagner.
Il est encore temps.

La victoire ou le cauchemar

Je ne serai pas candidat aux prochaines élections régionales.
Je sais que nombre d’entre vous auraient souhaité que j’y retourne mais cela n’aurait pas de sens.
J’ai eu la chance d’être le 1er vice-président de notre région à trois reprises, choisi par Michel Vauzelle en 1998, 2004 et 2010.
Nous avons géré cet exécutif à ses côtés, nous avons été réélus deux fois dans une région de droite. C’est notre bilan et ce n’est pas mince comme performance. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes. Nous avons démontré qu’un exécutif de gauche plurielle pouvait gérer et construire lorsque l’on met en avant ce qui nous rassemble et non les intérêts d’arrière boutique qui nous divisent et conduisent à l’échec. J’ai servi notre région avec passion, la même passion avec laquelle je m’oppose aujourd’hui dans notre ville à Christian Estrosi, avec ou sans mandat électoral.
Mais ce cycle s’est achevé avec l’échec de Christophe Castaner et le retrait de sa liste en 2015.
Depuis, la gauche, dans toute sa diversité, est absente de l’hémicycle régional, laissant à l’extrême droite, toujours aussi menaçante, la responsabilité de l’opposition.
2021 peut être réellement l’année de la reconquête.
Elle est possible si toutes les leçons de l’échec de 2015 sont tirées et que deux exigences sont remplies : le rassemblement et le renouvellement.
Le rassemblement est indispensable. Il doit être le plus large possible et c’est possible s’il s’opère sur une base programmatique commune mettant en exergue quelques priorités consensuelles. Il ne peut ni ne doit buter sur la présence d’un ou deux personnalités contestables parce que l’enjeu qui est devant nous mérite autre chose que des rejets médiocres.
Le renouvellement est aussi indispensable. Cela concerne notamment ceux qui ont été dans l’exécutif de Michel Vauzelle. C’est douloureux mais il faut que chacun le comprenne. Nous avons écrit une belle page de l’histoire de notre Région, laissons la génération montante écrire la sienne et aidons-la à le faire.
Si ces deux conditions sont remplies, la victoire est possible parce que notre électorat désabusé par les divisions reprendra espoir et se mobilisera.. Nous n’avons pas droit à l’erreur car ce sera la victoire ou le cauchemar.
Il faut absolument que la gauche rassemblée devance Renaud Muselier au premier tour et demande à la droite de faire le front républicain. Il n’y a pas d’autre issue pour gagner.
Par contre, si la gauche arrive derrière Renaud Muselier, parce qu’elle aura créé les conditions de sa propre division, il ne faudra pas pleurer lorsque nos électeurs iront voter républicain au 2eme tour, et encore moins si un maintien légalement possible mais politiquement désespéré donne la région PACA à Marine Le Pen et au Rassemblement national.
Patrick ALLEMAND
Ancien Premier vice président du conseil régional PACA

Macron positif : une dérive préoccupante

Emmanuel Macron a été testé positif à la Covid19.
L’ information tourne en boucle depuis un jour.
C’est la suite qui est préoccupante et plus particulièrement la manière dont les médias se sont engouffrés dans cette brèche quitte à prendre quelques libertés avec la réalité.
La transparence ne doit pas virer au voyeurisme. Nous savons que le président est malade et il est normal que les français.es le sachent. On est loin de l’époque de Georges Pompidou faisant passer une leucémie pour une grippe ou de François Mitterrand dont le cancer fut caché pendant près de 10 ans.
Mais nous n’ avons pas besoin de savoir combien de mouchoirs il utilise ou qu’elle est sa température à 17h.
La transparence ne doit pas non plus conduire au faux procès. Dans le collimateur de la presse, un dîner où Emmanuel Macron aurait reçu une dizaine de parlementaires de sa majorité à l’Elysee. Avec ce commentaires des chroniqueurs totalement nul et populiste. « Macron demande aux français de ne pas être plis de six à table pour Noël mais lui invités dix personnes à se « taper la cloche » à l’Elysee ».
Je me permet quand même de répondre que, concernant les règles de distanciation sociale, vous risquez plus d’attraper la Covid à six dans une salle à manger de 18m2 qu’à dix à une table dressée dans le salon d’honneur de l’Elysée qui peut contenir jusqu’à 700 personnes.
Par ailleurs il est établi par les scientifiques que le délai d’incubation est de 6 à 7 jours. Donc ce dîner ayant eu lieu moins de 6 jours avant l’apparition des premiers symptômes chez le président, il ne peut être le lieu de la contamination ce qui n empêche pas certains journalistes de l asséner avec certitude.
En fait peu importe le lieu de cette contamination. Ce que les français.es doivent retenir comme message de cette affaire c’est que même la personne la mieux protégée de France a fini par l’attraper et que cela n’arrive pas qu’aux autres. En ce sens la contamination d’Emmanuel Macron peut être utile au pays.
Bon rétablissement

Carte « Zou ! », une hausse inadmissible !

 

Le tarif de la carte de transport « Zou ! », à l’adresse des jeunes entre 3 et 26 ans inclus, mise en place par la majorité de Michel Vauzelle passera, dès septembre 2019, de 15 euros à 110 euros. Cela représente une hausse de plus de 700 % pour les nouveaux abonnés. Les anciens abonnés, eux pourront bénéficier d’un tarif préférentiel de 70 euros, soit une hausse de près de 400 %. De qui se moque t’on?

Toutes les justifications avancées par la Région Sud PACA pour tenter d’expliquer cette hausse record ne parviendront pas à justifier l’injustifiable.

Lorsque nous étions en gestion de la Région, nous avions créé cette carte pour développer l’attractivité des transports publics auprès des jeunes, pour mettre en place une mesure sociale et environnementale.

Renaud Muselier et Christian Estrosi viennent d’effectuer un braquage sans précédent dans le porte-monnaie des parents d’élèves dont les enfants utilisent la carte « Zou ! » pour rejoindre leur établissement scolaire.

Nous ne pouvons pas laisser faire.

Aussi, nous avons décidé de lancer une pétition sur change.org intitulée « Non à la hausse inadmissible de la carte Zou ! en région Sud PACA », pour remettre en cause cette hausse INADMISSIBLE. Nous vous appelons à la signer largement et à mobiliser vos réseaux sociaux pour la faire signer. Cette démarche citoyenne est destinée à demander au président de Région, Renaud Muselier, de renoncer à cette hausse.

Je vous invite à partager ce post avec le maximum de monde.

Patrick Allemand
Conseiller municipal de Nice
Conseiller métropolitain de Nice Côte d’Azur

Lien vers la pétition : http://chng.it/ZcdKFHcG

La ligne Nice-Breil a 90 ans !

 

Il y a 90 ans la ligne de chemin de fer Nice-Breil-Cuneo était inaugurée avec son lot de prouesses techniques. L’expression ouvrage d’art que l’on emploie parfois pour désigner des ponts ou des tunnels ne me paraît jamais autant justifiée que lorsque j’emprunte cette ligne. Elle a une esthétique sans pareille avec ses ponts aux arches en pierre très régulières, parfois à une hauteur impressionnante et ses tunnels dont un en forme hélicoïdale pour compenser la pente.

Ce jour là deux trains partirent, un de Nice et un de Cuneo pour se retrouver à Breil-sur-Roya pour un banquet de 400 personnes.

On ne le dit jamais assez mais cette ligne a subi des destructions massives pendant la guerre et fut sauvée par la reconstruction de certains de ces ponts dans la vallée de la Roya, dans les années 70. Elle le fut surtout par la volonté italienne.

Aujourd’hui encore se pose périodiquement la question de sa survie. Pourtant elle rend de grands.services. Lorsque nous étions en responsabilité à la région, nous avons beaucoup investi sur son avenir. Nous l’avons doté de nouvelles automotrices (que j’ai même conduite pendant 7 kilomètres). Nous avons mené une action de restauration des gares avec rehaussement des quais. Nous avons même créé un arrêt au lycée René Goscinny pour les lycéens. En bref nous avons tout mis en œuvre pour assurer sa pérennité même si elle ne remplacera jamais un tram pour les arianencs et les trinitaires et même s’il n’y aura jamais un cadencement à 15 mns.