Tunnel sous la moyenne corniche : une mauvaise réponse à un vrai problème

A l’heure où l’on réfléchit partout à des solutions alternatives à l’automobile pour nos déplacements, voilà qu’un vieux projet refait surface, celui d’un tunnel sous la moyenne corniche pour désengorger la principauté de Monaco, non seulement le matin, de nombreux niçois allant travailler en Principauté. Mais aussi en soirée afin que la circulation ne prenne pas trop de temps à s’évacuer pour ne pas trop embouteiller les rues de Monaco après le travail.
Mais creuser un enième tunnel (les monégasques excellent) pour faciliter la circulation automobile, est ce bien la réponse pour demain?
N’est il pas tant d’avoir une véritable réflexion sur les alternatives possibles?
Personnellement, je ne crois pas aux navettes maritimes reliant Nice à Monaco. D’abord il faudrait prévoir un quai d’embarquement spécifique et puis la Méditerranée est capricieuse. Elle serait impraticable certains jours de tempête.
Le téléphérique partant de la Turbie où se construirait un immense parking de dissuasion est une option, plus crédible, nettement moins onéreuse que le creusement d’un tunnel.
Enfin reste le train. Les déplacements vers Monaco en train ont considérablement augmenté depuis la convention que la Région PACA avait passé avec la Principauté de Monaco, qui avait elle-même acheté des rames supplémentaires. Il semble que nous soyons sur une question de fréquence et de ponctualité.
Les négociations avec la SNCF ne sont jamais faciles et souvent coûteuses mais c’est de loin la solution la moins onéreuse et la plus respectueuse de la dimension environnementale qui ne doit pas être exclusivement présente dans les discours.

Le retour des trains de nuit !

Les unes après les autres, ils avaient été fermés et renvoyés au musée prématurément sans doute.
Les trains de nuit vont revenir en force. Et c’est un vrai tournant idéologique qui est en train de s’amorce.
Hier soir, c’était le voyage inaugural du Paris Nice, parti à 20h52 de Paris pour arriver à Nice, ce matin, à 9h06.
Et ce déplacement sera à la portée de tous puisque le prix d’appel est fixé à 19 euros.
Au delà de l’aspect inaugural, ce qu’il faut retenir, c’est l’annonce de Jean Castex concernant les investissements dans le rail.
Dans le cadre du plan de relance, 6 milliards d’euros seront consacrés au réseau ferré, le double de ce qui était investi actuellement. Et le gouvernement annoncé une dizaine de réouverture de lignes de nuit d’ici 2030.
Le retour du Nice-Paris, c’est fait. A quand le retour du Nice Nantes, autre train de nuit qui reliait Nice à Nantes avec des haltes à Toulouse, Bordeaux, La Rochelle et Nantes.
Le Paris Nice, c’est gagné. Notre prochain combat c’est de faire inscrire par le gouvernement le Nice Nantes parmi les prochaines priorités.

Un grand jour : La ligne Nice Tende reprend aujourd’hui

Un peu plus de 6 mois après les pluies diluviennes du 3 octobre qui avaient tout emporté, la ligne SNCF Nice, Breil sur Roya, Tende est remise en service ce matin.
Une véritable performance des entreprises mobilisées sur ce chantier. Au vu des dégâts considérables on était en droit de s’interroger sur l’avenir de cette ligne.
En fait cette tempête Alex a joué un rôle de révélateur sur son importance stratégique et sur la nécessité de la remettre en service le plus tôt possible.
Aujourd’hui les habitants de la Roya se sentent moins seuls et ont de nouveau accès à Nice par le train
Il faut reconnaître le travail et les investissements des collectivités territoriales et également celui de l’association des amis du rail et de son président Germain Nallino.

Les amendes à répétition : les niçois n’en peuvent plus

De nombreux automobilistes niçois ont appelé mon attention sur une pratique détestable qui s’avère être une manière redoutable pour remplir les caisses.
Il s’agit de l’amende non signalée.
La personne gare sa voiture comme elle peut (c’est souvent le cas à Nice) et souvent pour la semaine. De plus en plus de nos concitoyens utilisent les transports en commun pour aller travailler et conservent un véhicule pour leurs loisirs de week-end.
Le lendemain elle vérifie s’ il n y a pas eu d’amendes et idem le surlendemain. Rassurée elle pense que son stationnement est correct.
Ce n’est qu’un mois plus tard qu*elle reçoit une rafale de procès verbaux allant de 35 à 135 euros dont elle devra s’acquitter.
À aucun moment, la première amende n’a été signalée, ni par un PV classique (de moins en moins utilisé) ni par une petite vignette verte glissée sous l’essuie-glace avertissant que votre véhicule a été verbalisé.
Il est évident que dans ce cas la personne aurait changé son véhicule de place.
Je demande au maire de Nice d’initier une concertation avec la police municipale et la police nationale afin de faire cesser cette pratique vicieuse qui intervient à un moment où les gens sont déjà excédés et qui met en difficulté un certain nombre de nos concitoyens.