Nice 100% culture à l’école

Autant je peux être très en colère comme hier sur les questions de sécurité, autant je ne peux que soutenir cette initiative de la mairie qui va dans le bon sens
Ce plan prévu jusqu’en 2025 va permettre progressivement aux 30 000 écoliers niçois de maternelle et de primaire de bénéficier de 12 heures par an d’enseignement artistique et culturel.
Une première action expérimentale portera sur 21 écoles et un peu plus de 5 000 élèves dès la prochaine rentrée scolaire pour 225 000 euros. La DRAC a annoncé son soutien à cette initiative unique en France.
Les projets ne pourront pas dépasser 4 000 euros de financement.
C’est aussi une autre manière, intelligente, de soutenir le monde de la culture et les artistes locaux dont la situation, malgré les aides gouvernementales, est difficile.

57% des jeunes musulmans entre 15 et 24 ans placent la charia au dessus des lois de la République

Ce n’est pas en forçant des élèves à faire une minute de silence que cela changera quelque chose.
Ce n’est pas non plus en suspendant les allocations familiales qu’on réglera la question. Au contraire, si tant est que les parents soient dépassés et non complices, ce n’est pas le genre de décision qui leur fera aimer davantage la République.
La solution ne peut venir que par l’éducation. Jamais les enseignants n’ont eu autant entre leurs mains la responsabilité de l’avenir de la République. C’est lourd pour eux.
Ce n’est pas la peine de faire chanter la marseillaise tous les matins mais par contre il faut les soutenir, les écouter. Le #pasdevagues mène à une impasse. Les enseignants s’y sont parfois résignés car ils n étaient pas suivis par leur hiérarchie.
Les enseignants font ce qu’il peuvent mais la démission de la hiérarchie pendant des années porte une responsabilité importante dans la situation dont la nouvelle génération de hussards noirs hérite.
Samuel Paty ne peut pas être mort pour rien.
A court terme, Il faut maintenir les cours sur la liberté d’expression et plus globalement sur la citoyenneté et la République et sa devise. C’est certainement un emplâtre sur une jambe de bois. Mais il faut le faire pour gagner du temps en attendant des choix politiques de long terme. Il a fallu 20 ans pour en arriver là (57%), il en faudra au moins autant pour en sortir.
Mais nous pouvons le faire.

Le Neemier, un engagement associatif qui prend encore plus de sens dans la période actuelle.

C’est ce que l ‘on se disait avec son président, Jean Paul Fouilloux, hier soir, pour le repas annuel de soutien à l’ association.
Un repas miraculé. A un jour près il aurait été emporté par le couvre feu.
Nice au Cœur soutient cette association depuis 3 ans. C’est donc avec encore plus de plaisir que l’on s’est retrouvé autour d’un couscous pour voir la réalité des action menées. Le Neemier-France vise à établir des partenariats permettant de contribuer à l’autonomie financière de l’orphelinat de Samendeni (Burkina Faso). L’association veut également participer au développement artistique et culturel du village de Samendeni.
Hier soir un petit film nous a montré le chemin parcouru en 2019 2020.
4,5m3 de matériels ont été acheminés à Samendeni.
Une boulangerie a ouvert ses portes.
Une action pour la culture et l’utilisation de l’artenisia est menée (efficace contre le paludisme).
NB : Le Burkina Faso n’est pour le moment que peu impacté par la Covid19.

Appel aux chefs d’entreprise et aux dirigeants de sociétés de service

De nombreux jeunes ayant un niveau CAP, un niveau BTS, et même un niveau Master sont en situation difficile cette année parce qu’ils ne parviennent pas à trouver une entreprise acceptant de les accueillir pour un stage, ou pour préparer leur diplôme par le biais d’un contrat en alternance.
Cela peut mettre la validation de leur diplôme en péril et leur faire perdre une année. Qu’un jeune perde une année parce qu’il n’est pas investi dans ses études est un compte, qu’il la perde parce ne peut pas avoir accès à un stage qui fait partie intégrante de son cursus de formation n’est pas acceptable.
La peur du Covid n’est pas étrangère à l’aggravation de cette difficulté identifiée depuis des années mais qui atteint là un seuil insupportable pour les jeunes étudiants, mais aussi pour leurs familles, investies mais impuissantes, qui se tournent vers les élus, les responsables politiques, qui n’ont pas de réponses.
Depuis des mois, on nous répète que les jeunes sont ceux qui vont pâtir le plus de cette pandémie. En voilà un exemple concret auquel nous ne pouvons nous résoudre. @UPE06 @ccicotedazur @MetropoleNCA