Maraude avec l’équipe « du Café Suspendu »

 

C’était hier soir, une action spécifique destinée à la trentaine de migrants, essentiellement sénégalais ou ivoiriens, qui sont installé à côté de l’église du Vœu.

Ce sont des jeunes très courtois, souvent diplômés, parlant un français impeccable, souvent l’italien ou l’anglais.

Merci aux jeunes du Café Suspendu qui autour de #CamilleSantucci, la cheffe (que je n’arrive pas à taguer) et de Fabienne Boyer, notre inusable co-listiere à Nice Au Cœur, , ont un engagement fort vis à vis migrants.

Visite au Secours Populaire

 

Hier matin vers 9h30 je suis passé rue Bonaparte au siège du Secours Populaire mais nous étions un lundi. Lorsque j’ai vu la queue qui attendait l’ouverture des portes, j’ai décidé de repasser un peu plus tard.

En effet, dégagé de mes obligations électorales, je voulais d’autant moins que cette visite ne soit politiquement interprétable.

A 10h15 c’était plus calme. Sur le trottoir je croise le baron De Brawney, des chevaliers de l’ordre de Malte avec lequel j’ai noué des liens amicaux qui discute avec une maquilleuse. A l’intérieur je trouve Sami qui tente d’organiser avec quatre bénévoles, la réception des dons. Dehors plusieurs « trafics » conduits par des bénévoles attendent leur chargement pour aller livrer ou distribuer des repas. Tout est calibré, parfaitement organisé. Il faut dire que la maison de la solidarité est vaste ce qui facilite les choses.

Ici c’est la solidarité à tous les étages et une activité qui est mesurée constamment.

-11800 colis alimentaires livrés à domicile
-2350 colis d’hygiène
-750 kits bébé
-92 tonnes de produits alimentaires sortis des stocks
-plus de 100 étudiants aidés sur un plan alimentaire chaque jour

Et surtout ce chiffre qui donne tant d’espoir, 400 nouveaux bénévoles.

En repartant après avoir déposé un stock de chemises et des jouets, je me suis dit que tous ces réseaux de solidarité qui s’organisent autour des « majors » comme le Secours Populaire ou les Restos du Coeur, ou autour des association de maraude comme « le café suspendu » sont une véritable richesse pour notre cohésion sociale.

Le 20 avril 2020 Notre groupe « Un autre Avenir pour Nice » #paulcuturello, #christinedorejo a alerté l’opinion publique sur la précarisation croissante des étudiants.

Cette alerte s’est faite par le biais d’une lettre que j’ai adressé au maire de Nice que j ai rendue publique. J’attirais son attention sur plusieurs cités, et notamment sur l’épicerie sociale de la cité Jean Médecin qui n’avait plus de stocks.

Le maire vient de répondre à notre groupe par un courrier dont je vous livre la substance.

Vous y apprendrez que  » depuis jeudi 16 avril 2020, 140 paniers de denrées alimentaires sont livrés chaque semaine aux étudiants identifiés par les services sociaux du CROUS et de l’Université.

Plus de 250 étudiants sur Nice en situation difficile ont été répertoriés par les services sociaux du CROUS et de l’Université.

L’intervention de notre groupe, a permis d’aller plus loin, en assumant notre rôle d’opposition constructive.

En effet. Faisant suite à notre interpellation publique, le maire indique que désormais 280 étudiants ont effectué une demande de paniers de produits frais.
Ces paniers, achetés par la Ville de Nice à la Chambre d’agriculture, contiennent des produits frais (fruits, légumes, œufs, fromage…) issus de la production locale et complétés par la cuisine centrale avec des œufs, du pain, éventuellement des yaourts et du fromage selon les disponibilités.

Ainsi la puissance publique prend le relais des associations tournées vers les maraudes comme « le café suspendu » Camille Santucci Fabienne Boyer qui ont joué leur indispensable rôle d’alerte.

Il faut venir en aide à l’association « Habitat et Citoyenneté ».

J’ai écris en ce sens au maire de Nice qui dispose en application de l’ordonnance du 1er avril 2020 d’un pouvoir de décision avant vote du conseil municipal.

Monsieur le Maire,

Je viens d’apprendre que vous venez d’appliquer l’ordonnance 2020-391 du 1er avril 2020 et plus particulièrement son article 1 qui vous autorise à attribuer à titre exceptionnel des subventions aux associations.

Cette décision prise le 17 avril 2020 concerne l’attribution d’une subvention exceptionnelle de 10 000 euros à l’association « Entraide et Partage ».

Je m’en félicite et je voterais bien entendu cette délibération lorsqu’elle viendra devant le Conseil municipal pour régularisation.

Par contre je vous demande de bien vouloir prendre une décision identique concernant l’association « Habitat et Citoyenneté » dont la situation est désespérée. Obligée de fermer les locaux et l’épicerie sociale en raison de l’épidémie de Covid 19, l’équipe est dans une situation financière difficile.

«Habitat et Citoyenneté » accueille et accompagne des personnes migrantes sans papiers, dans leurs parcours administratifs et sociaux. En lien avec d’autres associations locales, elle aide à l’hébergement, propose des cours de français et organise une épicerie sociale pour nourrir à moindre coût une cinquantaine de familles. Celle-ci est fermée depuis le 17 mars. En l’état actuel, il est totalement impossible de la rouvrir, les causes essentielles étant le risque d’attroupement sur la voie publique et de promiscuité à l’intérieur.

Or cette épicerie est une source de revenus pour l’association. Elle couvre une grande partie des frais fixes qui s’élèvent à 2300 euros mensuels. La trésorerie actuelle peut permettre de tenir encore 2 mois. Au-delà, ce sera la disparition de l’association « Habitat et Citoyenneté ».

Or, sa survie est essentielle pour des centaines de personnes en situation de précarité. C’est ce qui me conduit à solliciter de vous une décision exceptionnelle.

Je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à la présente et vous prie de croire, Monsieur le Maire, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Patrick Allemand