Solidarité avec les étudiants de la cité Jean Médecin.

On pourrait résumer cet après midi par la formule : mission accomplie.
Lors du dernier conseil d’administration de Nice au Cœur, nous avions décidé une opération de solidarité envers la cité Jean Médecin, qui, avec plus de 900 chambres est la plus grande de notre université et dont l’épicerie sociale, qui ne fonctionne que sur les dons, est souvent à sec malgré son partenariat avec le Secours Populaire.
J’avais également précisé que l’intérêt de cette collecte était de mobiliser des gens au-delà de nos adhérents car sinon cela n’aurait guère de sens et s’essoufflerait rapidement.
Je remercie Nice-Matin qui a passé l’annonce des permanences et contribué ainsi à ce que cet objectif soit atteint. Car le pari a été tenu et même au delà de nos espérances. Ce ne sont pas moins de 21 personnes qui sont venues déposer des dons. Il a fallu faire deux voyages entre la permanence et la cité universitaire pour acheminer les dons dont le volume correspondait à 5 caddies.

Kamel nous attendait avec des « bras » pour décharger la voiture. L’occasion de partager un moment de convivialité et de lui remettre également une caisse de 500 préservatifs ce qui a mis de la bonne humeur car c’est un don inhabituel dans une action de collecte de denrées alimentaires. Merci au Centre LGBT Côte d’Azur et à son président

Erwann LE HÔ

.

Un grand merci à

Rahma Louassi

qui a tenu la permanence 4 après-midi pour accueillir les donateurs et donatrices.

Collecte en soutien aux étudiants précarisés et isolés

Nous souhaitons vous informer que, compte tenu de la situation inquiétante à laquelle sont confronté.es les étudiantes et les étudiants, Nice au Cœur organise une collecte en produits alimentaires et produits d’hygiène, les :
Jeudi 4 mars de 14h30 à 16h30
Lundi 8 mars de 14h30 à 16h30
Jeudi 11 mars de 14h30 à 16h30
Les dons sont à déposer à la permanence de Nice au Cœur, située au 13 rue Bavastro à Nice (cf liste des produits ci-dessous) et seront remis à l’épicerie solidaire de la cité universitaire Jean Médecin.
Nous appelons les Niçoises et Niçois à soutenir ces jeunes déjà durement éprouvé.es par les difficultés pour étudier dans de bonnes conditions.

Quand la ségrégation territoriale se fait complice de la Covid

L’explosion de cas de Covid à l’Ariane vient nous rappeler que la Covid s’est particulièrement bien adaptée aux inégalités sociales.
Isolement du quartier, surpopulation dans les appartements, gestes barrières appliqués de façon aléatoire, absence de mixité, tous les ingrédients sont réunis pour qu’effectivement un cluster explose à l’Ariane.
Et pour réponse, la mairie annonce des actions de prévention. A ce stade c’est un minimum syndical et c’est très insuffisant.
Cela fait un an que le coronavirus sévit et que l on nous rabat les oreilles avec les gestes barrières, le port du masque, le lavage des mains. A l’Ariane ils sont informés comme ailleurs.
Il y a simplement des gens qui ont décidé de s’asseoir sur les consignes. Entre le haut du boulevard Saramito et les chênes blancs, j’ai parcouru le trajet en voiture et j’ai compté 58 personnes sans masques.
L’ ennui, c’est que toute la ville est concernée par ce cluster.
Il n’y a donc qu’une seule solution. Je demande à ce que l’on considère l’Ariane comme priorité territoriale, et qu’un centre de vaccination soit implanté dans une école du quartier pendant les vacances scolaires qui vont débuter afin de vacciner un maximum de monde dans la quinzaine.
Je demande également que l’Etat prenne en compte la situation particulière de notre département et de notre ville compte tenu du taux d’incidence que nous subissons. Nous devons bénéficier de moyens vaccinaux supplémentaires.

Le plan solidarité étudiante voté à l’unanimité au Conseil Municipal.

Il faut reconnaitre qu’il était compliqué pour l ‘opposition de s’ opposer à ce plan, L’ exécutif à laissé peu de marge à la critique.
Il y a dans ce plan des reposes de court et moyen terme intéressantes.
L’annonce de la construction de 475 logements étudiants supplémentaires, à l’horizon 2026 financés par le contrat de plan État Région.
La volonté de pousser vers le logement intergénérationnel pour développer de nouvelles solidarités.
L’attribution de logements sociaux avec un projet collectif de quartier.
L’ instauration d’une plate-forme étudiante.
La création de 1 000 postes de tuteurs auprès de 5 000 jeunes d’ici 2025.
Le droit à l’égalité des chances renforcé par une démarche d’identification des jeunes en difficulté
La mise en place d’une écoute téléphonique jeune.
La possibilité de bénéficier d’une consultation auprès de 10 psychologues spécialisés.
La mise en place d’un dispositif d accès aux soins.
Des missions d’intérêt général rémunérées pour lutter contre la précarité et créer une sorte de réserve étudiante.
Compliqué pour l’opposition de voter contre ce plan.
Et tant le RN qu’EELV n’ont pu trouver une angle d’attaque, l’élu EELV intervenant allant jusqu’à demander si une communication promouvant cette plate-forme de services est prévue, question bien inutile lorsque l’on connaît la boulimie médiatique dont souffre le maire de Nice.
Quand il y a ce genre de délibération consensuelle, le rôle d’opposition ne s’affirme pas sur le fond mais se reporte sur le contrôle de la mise en application des mesures, le respect du calendrier de mise en œuvre etc.

Communiqué de presse.

Démolition de la fontaine de la Place du Palais de justice. Réaction.
Comme de nombreux nicois et nicoise je suis choqué par la démolition de la fontaine de la Place du Palais et par la rapidité avec laquelle elle s’est opérée.
Les mots manquent pour exprimer la colère que je ressens. Ce n’est qu’un acte de vandalisme. Ce n est pas là première fois. En juillet 2018, la fontaine de la Place du Pin avait été enlevée et bouchée. À chaque fois, ces décisions se prennent sous la pression de quelques commerçants gênés par des populations précaires. Mais dans les villes du sud les fontaines font partie de l’animation urbaine et de l’attractivité.
Reguler la population, la protéger d’éventuels pickpockets, est une tâche qui incombe aux ASVP. Il suffit de prendre exemple sur l’italie où les abords des fontaines sont sécurisés.
Nous manquons de fontaines à Nice.
Nous avions par le passé des maires bâtisseurs maintenant nous avons un maire qui n’aime pas les fontaines. Après l’épisode de la Place du Pin, après cette fontaine, place du Palais de Justice, quelle prochaine étape ? l’Appolon de la place Massena?
Patrick Allemand
Président de Nice au cœur