Bon anniversaire au Café Suspendu.

L’association le Café suspendu a fêté ces trois années d’existence ce week-end dans une ambiance de folie.
J’ai rencontré sa présidente Camille Santucci à une session d échanges au Service Civique. A l’époque le projet en était aux balbutiements.
Nos liens se sont resserrés parce que nous avons des militants association en commun comme Fabienne Boyer ou Rahma Louassi
3 ans plus tard cette initiative embryonnaire s’ est développée. Le samedi à 18h plusieurs centaines de sans abri et de personnes précarisées viennent, boulevard Raimbaldi.
Le travail associatif s est installé dans la durée. Nous étions une centaine et la bienveillance régnait à chaque table.
J’ai même reçu mon diplôme de Bénévole.
Une bien belle jeunesse.

Soutien au Neemier

C’était le repas annuel du Neemier. L’occasion de voir Jean Paul Fouilloux son président et de saluer son équipe qui fait un travail formidable au Burkina Fasso.
Un petit film nous a montré l’avancement des projets autour de l’orphelinat de Samendeni.
La maison des enfants, la petite bibliothèque, l’aménagement des cases autour du pôle central ou dorment les enfants de Salmendeni.
De nombreuses associations outre Nice au Cœur étaient présentes : Action contre la fin, Association La Matiné, Synergie Burkina.
Désormais la boulangerie Kadi est ouverte.

Solidarité avec les étudiants de la cité Jean Médecin.

On pourrait résumer cet après midi par la formule : mission accomplie.
Lors du dernier conseil d’administration de Nice au Cœur, nous avions décidé une opération de solidarité envers la cité Jean Médecin, qui, avec plus de 900 chambres est la plus grande de notre université et dont l’épicerie sociale, qui ne fonctionne que sur les dons, est souvent à sec malgré son partenariat avec le Secours Populaire.
J’avais également précisé que l’intérêt de cette collecte était de mobiliser des gens au-delà de nos adhérents car sinon cela n’aurait guère de sens et s’essoufflerait rapidement.
Je remercie Nice-Matin qui a passé l’annonce des permanences et contribué ainsi à ce que cet objectif soit atteint. Car le pari a été tenu et même au delà de nos espérances. Ce ne sont pas moins de 21 personnes qui sont venues déposer des dons. Il a fallu faire deux voyages entre la permanence et la cité universitaire pour acheminer les dons dont le volume correspondait à 5 caddies.

Kamel nous attendait avec des « bras » pour décharger la voiture. L’occasion de partager un moment de convivialité et de lui remettre également une caisse de 500 préservatifs ce qui a mis de la bonne humeur car c’est un don inhabituel dans une action de collecte de denrées alimentaires. Merci au Centre LGBT Côte d’Azur et à son président

Erwann LE HÔ

.

Un grand merci à

Rahma Louassi

qui a tenu la permanence 4 après-midi pour accueillir les donateurs et donatrices.

Collecte en soutien aux étudiants précarisés et isolés

Nous souhaitons vous informer que, compte tenu de la situation inquiétante à laquelle sont confronté.es les étudiantes et les étudiants, Nice au Cœur organise une collecte en produits alimentaires et produits d’hygiène, les :
Jeudi 4 mars de 14h30 à 16h30
Lundi 8 mars de 14h30 à 16h30
Jeudi 11 mars de 14h30 à 16h30
Les dons sont à déposer à la permanence de Nice au Cœur, située au 13 rue Bavastro à Nice (cf liste des produits ci-dessous) et seront remis à l’épicerie solidaire de la cité universitaire Jean Médecin.
Nous appelons les Niçoises et Niçois à soutenir ces jeunes déjà durement éprouvé.es par les difficultés pour étudier dans de bonnes conditions.

Pourquoi faut il se battre contre le projet de loi « sécurité globale » et être présent ce soir à 18 heures devant le Palais de Justice.

Cette proposition de loi soulève des risques considérables d’atteinte à plusieurs droits fondamentaux, notamment au droit à la vie privée et à la liberté d’information.
Les restrictions envisagées concernant la diffusion d’images des agents des forces de sécurité dans l’exercice de leur fonction ne me disent rien de bon. Et cette notion de malveillance n’est pas faite pour clarifier les choses.
C’est, qu’on le veuille ou non, une entrave à la liberté de la presse et au droit à l’information. Je considère que l’information du public et la publication d’images relatives aux interventions de police sont légitimes et nécessaires au fonctionnement démocratique, comme pour l’exercice de ses propres missions de contrôle du comportement des forces de sécurité.
Nous avons tous en mémoire ici à Nice ce qui est arrivé à Geneviève Legay. Toutes les vidéos ont fini par faire la lumière sur cette affaire et ont contribué à la manifestation de la vérité et à établir les responsabilités.
C’est le point le plus sensible de ce projet de loi.
Il y a d’autres problèmes comme le recours aux drones comme outil de surveillance qui permettent une surveillance très étendue et particulièrement intrusive ne présentant que peu de garanties en matière de respect de la vie privée.
La défenseure des droits considère même que l’exploitation en temps réel des images des caméras piétons des policiers, sans objectif explicite dans le texte, est susceptible de porter une atteinte disproportionnée au respect de la vie privée.
Par contre je ne suis pas hostile à la possibilité pour les policiers municipaux de consulter les images des caméras de vidéo protection car ses images sont de nature à permettre l’identification des personnes. Il faut simplement strictement l’encadrer mais cela peut être très utile notamment pour les agressions physiques, voire terroristes.
Ce soir un chevauchement de réunions m’empêchera d’être à vos côtés au rassemblement de 18 heures mais il y aura des militants de Nice au Cœur qui seront présents. Vous pouvez compter sur notre soutien plein et entier.
David Nakache,Robert Injey, Philippe Pellegrini,Françoise Assus-Juttner, Michele Viale,etc.