Random header image... Refresh for more!

Catégorie — International

Estrosi la girouette des aéroports !

 

Après s’être vivement opposé à la privatisation de l’aéroport de Nice, François Hollande étant président et Macron son ministre des finances, je me suis pincé lors de la dernière émission du maire de Nice chez Bourdin sur BFM.

Le même Estrosi expliquait que sous certaines garanties il était pour la privatisation des Aéroports De Paris (ADP) pariant sur l’amnésie des citoyens.

Il ferait mieux de surveiller ce qu’il se passe à l’aéroport de Nice où l’autorité de supervision indépendante (ASI) est en train de devenir le cauchemar des aéroports

Une récente décision de l’ ASI concernant l’aéroport de Nice a provoqué un véritable séisme dans le secteur. L’ASI a en effet annoncé qu’elle imposait à l’aéroport une baisse des redevances aéroportuaires facturées aux compagnies aériennes de 33%.

Après avoir refusé par deux fois en début d’année d’homologuer les tarifs de l’aéroport en raison de l’impossibilité qu’elle avait à évaluer leur évolution par rapport aux tarifs des années 2017-2018 qui n’avaient pas été soumis à homologation, l’ASI a fixé les tarifs de l’aéroport qui n’avaient pas évolué depuis 2016. Selon les calculs, les tarifs appliqués en 2017 et 2018 étaient beaucoup plus élevés que ce qu’ils auraient dû être.

Nous sommes dans la même logique qu’à la métropole concernant la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, les tarifs doivent couvrir le coût du service rendu et rien d’autre.

Chacun trouve dans la décision de l’ASI à Nice sa propre interprétation.

Pour les partisans des privatisations des aéroports, elle démontre qu’une privatisation ne pose pas de problèmes si elle est accompagnée d’une régulation forte.

Pour les compagnies aériennes, cette décision révèle les dérives tarifaires des aéroports qu’elles combattent depuis des années.

Pour les aéroports au contraire, la décision de l’ASI traduit la nécessité de faire évoluer une régulation inadaptée, qui laisse trop de pouvoir à l’autorité de supervision indépendante dans le contexte des privatisations.

Ainsi le Consortium Italien à la tête de l’aéroport de Nice se trouve dans l’incertitude sur le niveau de recettes qu’il est en droit d’espérer.

avril 17, 2019   Commentaires fermés sur Estrosi la girouette des aéroports !

Nice au cœur d’enjeux économiques et politiques très importants

 

Le 23 mars restera un jour dans les annales de la ville. La concomitance de la réception du président chinois Xi Zin Pin avec l’appel nationale des gilets jaunes à manifester à Nice met la ville en état de siège.

Du côté de Beaulieu sur mer, le menu n’est pas seulement gastronomique. L’entretien est de la plus haute importance puisque les enjeux sont commerciaux et qu’il s’agit vraisemblablement de préparer le prochain sommet sino-europeen.

Or tout le monde sait que la Chine n’est plus considérée comme un partenaire mais comme un concurrent. Et que la Chine cherche à diviser les européens. La proposition d’accord bilatéral à l’Italie en est un exemple.

Se prépare aussi ce soir la rencontre de Paris qui aura lieu avec Merkel et Junker et le président chinois.

Enjeux de sécurité :

La promenade des Anglais est fermée à hauteur du Nègresco qui accueille la délégation chinoise.

Pour le moment 10h13 tout est calme mais le traumatisme de ce qui a été vécu samedi dernier sur les Champs Elysee est présent dans l’esprit des niçois.

De nombreux commerces ont fermé, notamment les banques. D’autres sont barricadés. Les transports publics sont à l’arrêt. Les ports sont fermés entre Villefranche et Cap d’Ail. Les sorties d’autoroute et les gare de Riquier à Cap-d’Ail également.

Le préfet a beau expliquer qu’on n’empêche pas les niçois de vivre, un peu quand même ! Les gilets jaunes niçois ont par ailleurs toujours été exemplaires dans leurs manifestations.

Le 27 février je participais à un rassemblement pour le droit de manifester en sécurité. Il faut être cohérent. Je suis donc aujourd’hui aux côtés de ceux qui souhaitent manifester et profiter de la venue du président de la République pour maintenir la pression.

Je ne confond pas les gilets jaunes et les casseurs. J’espère simplement que si nécessaire les forces de l’ordre pourront empêcher les saccages des casseurs, s’ils parvenaient à atteindre le centre ville.

mars 23, 2019   Commentaires fermés sur Nice au cœur d’enjeux économiques et politiques très importants

Un attentat antimusulman

 

Un attentat antimusulman a frappé la ville de #Christchurch en Nouvelle-Zélande où des fusillades ont éclaté dans deux mosquées. 50 morts au dernier bilan.

Toute ma solidarité envers les victimes et leurs familles. #violence #racisme

mars 15, 2019   Commentaires fermés sur Un attentat antimusulman

Boutéflika renonce à un cinquième mandat !

 

 

Hommage au peuple algérien qui par sa mobilisation monstre mais pacifique a su faire reculer le pouvoir qui a compris que rien ne pourrait arrêter ce mouvement parti des villes moyennes et de la ruralité.

Hommage aux forces de l’ordre et à l’armée qui, pour le moment, ont su contenir ce mouvement sans violences

C’est incontestablement une victoire du peuple et de la démocratie. Toutefois les élections présidentielles étant reportées, Boutéflika demeure pour le moment président…

Je salue les algériens de Nice qui suivent cette actualité historique et qui, pour la plupart, ont de la famille sur place.

mars 11, 2019   Commentaires fermés sur Boutéflika renonce à un cinquième mandat !

Antisémitisme, anti-sionisme : ne pas se tromper de débat.

 

Alors que certains députés proposent de pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, j’ai tendance à penser que l’arsenal juridique français est suffisant.. D’ailleurs, concernant Alain Finkelkraut, le parquet poursuivra ses agresseurs (verbaux) pour injure publique à caractère raciste. Ils sont passibles d’ un an de prison et de 45 000 euros d’ amende.

Je ne pense pas qu’il faille faire un amalgame entre antisémitisme et antisionisme.
L’ antisémitisme comme toutes les formes de racisme est un délit. L’anti-sionisme est une opinion que l’on peut partager ou que l’on peut critiquer, mais qui n’est qu’une opinion.

On ne peut pas dire d’un anti-sioniste qu’il est systématiquement antisémite d’autant que la notion même d’anti-sionisme a considérablement évolué avec le temps. Il ne s’agit plus de nier l’existence de l’état d’Israël. D’une part il existe, d’autre part les faits ont démontré que le sionisme n’était pas la seule solution puisque l’histoire a tranché ce débat. 6 millions de juifs vivent en Israël, 10 millions de juifs vivent dans le monde en dehors d’Israël alors que selon les fondateurs du mouvement sioniste ils ne pouvaient pas s’intégrer dans un autre pays que le leur.

Mais en aucun cas le fait de critiquer la politique de Netanyahu ne peut être assimilé à un délit. Il y a des gens qui approuvent la politique d’Israël, d’autres qui la condamnent, ou même qui la combattent. On peut critiquer la colonisation en Cisjordanie sans être antisémite.

Pénaliser l’anti-sionisme en assimilant la critique d’Israël à de l’antisémitisme est dangereux à terme pour la liberté d’opinion. C’est tout à fait normal dans un pays comme le nôtre qu’on puisse avoir ce type de débat.

C’est une lourde responsabilité que prendrait l’assemblée nationale.

février 19, 2019   Commentaires fermés sur Antisémitisme, anti-sionisme : ne pas se tromper de débat.