Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Sécurité

Le lycée des Eucalyptus va tester la reconnaissance faciale

 

Entre l’inauguration de la ligne 2 et le mouvement des gilets jaunes l’annonce est passée un peu inaperçue. Nous y sommes.

Un dispositif expérimental de reconnaissance faciale renommé « comparaison faciale » va être mis en place au lycée des Eucalyptus à Nice.

Les arguments avancés pour justifier cette expérimentation : « faciliter la durée des contrôles » et « lutter contre l’usurpation d’identité » ne justifient pas cette démarche.

Nous avons laissé à la droite des lycées dotés de personnels TOS en nombre suffisant car nous avons toujours parié sur la présence humaine pour lutter contre les violences.

Or les lycées.de la région PACA ne se sont pas particulièrement signalés par un niveau de violence qui pourrait indiquer que nos établissement sont en insécurité.

Nous sommes placés devant une démarche purement idéologique qui relance.le.debat de la place.des technologies nouvelles dans la lutte contre l’insécurité et dans la…defense de nos libertés individuelles.

Dans un premier temps, seul un nombre limité de volontaires est concerné et pour une période limitée, mais le premier cap est franchi.

décembre 16, 2018   Commentaires fermés sur Le lycée des Eucalyptus va tester la reconnaissance faciale

Les pompiers plus fréquemment agressés !

 

Les chiffres sont là, en 2018, 40 interventions de pompiers ont fait l’objet d’un dépôt de plainte contre 28 l’an passé. Cela fait une hausse de 42%.

En France, le nombre d’agressions de pompiers en intervention à été multiplié par 2,5 en 10 ans.

Au nom de Nice au Cœur, en cette Sainte Barbe, je veux témoigner aux pompiers tout mon soutien et ma reconnaissance pour les délicates missions qu’ils accomplissent au quotidien pour sauver nos vies.

Je propose qu’une action conjointe Éducation Nationale – ville de Nice soit mise en place pour sensibiliser les jeunes aux valeurs d’assistance, de solidarité que représentent le corps des sapeurs pompiers.

Qu’on ne me dise pas que cela existe déjà. Si c’ est le cas, il faut changer, intensifier mais on ne peut pas se permettre de continuer à voir monter cette statistique sans faire de nouvelles propositions.

Cela pourrait passer par des journées dans les casernes de pompiers pour tous les délégués de classe.

décembre 5, 2018   Commentaires fermés sur Les pompiers plus fréquemment agressés !

Les violences scolaires #PasDeVague ?Débat organisé par l’Association Nice au cœur le 27 novembre

 

Introduction au débat

19 octobre 2018 -5 novembre 2018, deux dates qui ne sont pas pour rien dans le fait que nous nous retrouvions ce soir, citoyens engagés, militants politiques, associatifs, pour débattre des violences scolaires.

19 octobre 2018, une vidéo montrant une professeure braquée avec une arme factice par un élève dans un lycée de Créteil, envahit les réseaux sociaux. La scène choque profondément et pour de nombreux enseignants, c’est un déclencheur. Des centaines d’enseignants dénoncent dans leurs témoignages l’omerta » qui frappe la violence scolaire. En quelques heures 35 000 tweets sont recensés avec le hashtag #Pas De Vague.

5 novembre 2018, TF1 diffuse un téléfilm adapté d’une histoire vraie, celle de Jonathan Destin : « Le jour où j’ai brulé mon cœur ». Jonathan Destin, c’est cet élève victime de harcèlement scolaire, de coups, d’insultes et de racket qui va, un jour de février 2011, parce que son quotidien est devenu un enfer et que ce n’est plus supportable, tenter de suicider en s’immolant par le feu. Mis en coma artificiel et brulé à 70 %, il va survivre. Nous avions envisagé de le diffuser ici mais il est trop long et cela ne nous aurait pas permis d’aller au fond de ce débat. Ce qu’il faut en retenir, c’est que Jonathan, aujourd’hui jeune adulte, s’adresse aux plus jeunes en leur disant de ne pas cacher leur souffrance, de parler, et que le danger c’est l’isolement progressif.

Ce qui nous intéresse ce soir, c’est de mieux comprendre ce phénomène, la multiplication de ces actes violents, réalisés dans les établissements scolaires et qui sont dirigés contre les élèves, contre les enseignants et parfois même par des dégradations contre les bâtiments eux-mêmes.

Les chiffres sont très préoccupants. Deux études parues coup sur coup fin 2017, notamment l’enquête « climat scolaire et victimation » du quotidien « Le Monde », l’attestent. Près de la moitié 46 % des ados interrogés, tous scolarisés dans des collèges de ZEP, déclarent avoir été témoins d’actes de cruauté entre élèves et 20 % ont déjà subi des violences physiques. 442 incidents graves sont recensés chaque jour dans les collèges et lycées de France. 22 % estiment qu’il y a trop de violence dans leur établissement scolaire.

95 % des agressions sont commises par des élèves sur des élèves et parfois sur des enseignants. Dans leur carrière, 6 % des enseignants du second degré on été physiquement agressés. En revanche 30 % disent avoir été insultés par un élève et 12 % par plusieurs ensemble. Enseigner dans une ZEP double le risque.

Voilà la situation ! Et à Nice, puisque c’est ce qui nous intéresse ce soir, que se passe t’il ? L’école de la République est-elle toujours sanctuarisée ? Où ces phénomènes de violence scolaire existent-ils, et si oui, où en est-on ? Quel type de violence ? Psychologique, physique, sexuelle, numérique par les réseaux sociaux ? Nous poserons la question à Raphaël Galmiche qui est enseignant au collège Maurice Jaubert.

Quelle sont les causes ? On évoque l’absence d’éducation, le manque de repères, de normes et de valeurs, l’intolérance, les préjugés, le racisme, le chômage des parents, l’exclusion, la banalisation de la violence à la TV. On demandera à Nassim Aouadi surveillant son sentiment sur ces causes et à quel niveau se situent son intervention ?

Quelles peuvent-être les conséquences psychologiques, physiques, comportementales, scolaires des violences scolaires sur les élèves? Peut-être que Huidaide Hmad et Sabrine Mounier pourront nous éclairer sur ce sujet ?

Quelles peuvent être également les séquelles pour les enseignants ? Bénéficient-ils d’un suivi psychologique ?

Comment lutter contre ce phénomène? Faut-il repenser la formation des enseignants qui avait été supprimée sous Nicolas Sarkozy et remise en place par le gouvernement Hollande? Quelles solutions les enseignants peuvent-ils proposer ? Marie Hélène Raybaud nous parlera de son expérience. Quelle place peut avoir la psychologie dans une intervention coordonnée car la réponse ne peut être que collective? Nous demanderons à Sabrine Mounier de nous donner son éclairage.

Enfin, se pose bien entendu l’intervention d’éléments extérieurs et notamment celle de la commune. Comment peut-elle jouer un rôle face à la montée de ce phénomène qui est un danger pour sa jeunesse? On parle de policier municipaux dans les écoles primaires, peut-être de policiers nationaux dans les lycées. Est-ce le moyen adapté pour protéger les élèves et les enseignants ? Avez-vous d’autres propositions ? Voyez-vous d’autres solutions ? Cette bataille est-elle perdue ? Quels nouveaux types de moyens faudrait-il pour que l’école, le collège et le lycée redeviennent les sanctuaires que l’on a laissés pendant trop longtemps se dégrader en minimisant le phénomène afin de ne pas stigmatiser les établissements scolaires ?

novembre 27, 2018   Commentaires fermés sur Les violences scolaires #PasDeVague ?Débat organisé par l’Association Nice au cœur le 27 novembre

Cannabis, c’est voté!

 

L’Assemblée nationale a voté la création d’une amende forfaitaire de 200 euros pour mieux sanctionner l’usage illicite de stupéfiants, jusqu’alors réprimé uniquement par une peine de prison et une forte amende, peu souvent prononcées.

L’article, adopté par les députés par 28 voix contre 14 lors de l’examen en première lecture du projet de réforme de la justice, entend ainsi répondre à l’augmentation constante du nombre de consommateurs de cannabis: 5 millions en 2017, dont 700.000 usagers quotidiens, selon les chiffres officiels.

De nombreux députés ont exprimé leurs doutes sur cette mesure et notamment sur l’absence de volet santé et prévention des addictions. Ils n’ont pas tort.

Néanmoins on peut penser, si la police se saisit de ce nouvel outil qu’est la simple rédaction d’un procès verbal, qu’il pourra avoir une certaine efficacité. Il est plus facile de mettre un PV que de renvoyer un consommateur en correctionnelle. Les sanctions, en toute logique, devraient se trouver multipliées.

Or l’atteinte au portefeuille qui n’ est pas forcément une mesure très innovante, est par contre efficace comme on peut le voir à propos du tabac..

novembre 25, 2018   Commentaires fermés sur Cannabis, c’est voté!

Viaduc écroulé à Gênes : un tiers des ponts gérés par l’État français serait en mauvais état !

 

4.000 des 12.000 ponts que compte le territoire français, censés être entretenus par l’État, nécessiteraient des réparations, selon un rapport alarmant remis au ministère des transports.

Frédéric Cuvillier, l’ancien ministre des transports de François Hollande appelle le gouvernement à faire tous les contrôles nécessaires, et pour cause, il doit connaître le dossier.

Dans 7 % des cas, on parle carrément de grosses fissures, voire d’un risque d’effondrement. Le rapport précise que si on faisait correctement les choses, il faudrait fermer préventivement ces ponts à la circulation des poids lourds et parfois les interdire carrément d’accès à tous les véhicules.

Le rapport précise aussi qu’au lieu de réparer les ponts au fur et à mesure, il s’écoule en moyenne 22 ans entre le moment où les premières dégradations apparaissent, et le moment où on répare vraiment les dégâts. Le pire, c’est que ces travaux en urgence coûtent bien plus cher.

Au fait? quelqu’un aurait-il l’amabilité de me dire combien de viaducs un automobiliste franchit-il entre Nice et Gènes ? Ce doit être impressionnant.

août 16, 2018   Commentaires fermés sur Viaduc écroulé à Gênes : un tiers des ponts gérés par l’État français serait en mauvais état !