C’est la journée internationale des migrants.

 

« Tous les migrants ont droit à une égale protection de tous leurs droits fondamentaux ». Ces principes sont consacrés dans le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. (…) En cette Journée internationale, j’exhorte les dirigeants et les populations du monde entier à donner vie au Pacte mondial, de sorte que les migrations soient bénéfiques à tous ».

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, 18 décembre 2019

Les migrants ne se déplacent jamais par plaisir. Ils fuient la violence, les conflits, la persécution, l’insécurité, la discrimination, les catastrophes naturelles ou encore la pauvreté.

La mondialisation rendra la migration internationale encore plus importante. La baisse du prix des transports et l’existence de réseaux d’information et de communication et de réseaux sociaux faciliteront encore davantage la mobilité.

Autant nous y préparer

Pendant ce temps, l’union Européenne ignore la situation de la Grèce comme elle a ignoré, un temps, l’Italie avec les conséquences politiques que nous connaissons tous.

Aujourd’hui c’est la Grèce. Les trois camps surpeuplés de Lesbos, Samos et Chios, abritent actuellement plus de 27 000 migrants pour une capacité totale de 4 500. Les migrants y vivent dans des conditions indignes.

Faudra-t-il attendre un retour aux affaires de l’extrême-droite pour que l’Europe se penche « enfin » sur cette situation ?

SOS Méditerranée de nouveau sur le pont !

 

SOS Méditerranée nous annonce son retour en mer et je salue ce retour. Ce ne sera plus avec l’Aquarius qui a sauvé tant de vies et qui est devenu un symbole mais avec un nouveau bateau.

Ce navire est déjà en mer et il fait route vers la Méditerranée. Ce nouveau bateau s’appelle Ocean Viking. Il est rouge et blanc, conçu pour le sauvetage en mer, et il bat pavillon norvégien. Il fait 69m de long, est robuste, plus rapide et plus récent que l’Aquarius. Il peut accueillir les rescapés dans de bonnes conditions.

Les bénévoles l’ont aménagé pendant plusieurs semaines pour y installer plusieurs abris pour les rescapés, la clinique de leur partenaire médical, Médecins Sans Frontières et leurs équipements de sauvetage.

Alors qu’il n’existe plus, depuis juin 2018, de mécanisme de débarquement en Méditerranée centrale, les militants de SOS Méditerranée sont conscients que chaque sauvetage peut être suivi de journées éprouvantes de recherche d’un port sûr et de négociations avant de pouvoir débarquer les rescapés.

Ce navire a donc été spécialement équipé pour affronter de plus longs séjours en mer.

Cette année encore, des hommes, des femmes et des enfants continuent à prendre la mer, « entassés » sur des embarcations de fortune pour fuir la Libye où règnent les exactions, la torture et une guerre civile qui s’intensifie ces derniers mois.

Ces personnes en détresse sont le plus souvent interceptées par les garde-côtes libyens et ramenées vers l’enfer qu’elles cherchent justement à fuir ou – en l’absence de moyens de sauvetage suffisants – disparaissent en mer, sans témoin. En 2019, le taux de mortalité n’a jamais été aussi élevé en Méditerranée centrale. Selon l’OIM, au moins 20 000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée ces cinq dernières années.

Savoir que l’Océan Viking va patrouiller en Méditerranée est réconfortant pour tout ceux qui considèrent ces enjeux comme prioritaires et qui ne peuvent se contenter d’un lancer de fleurs dans la baie des Anges même s’il s’agit d’un geste symbolique fort.

Soutenir Carola Rackete !

 

Le samedi 29 juin, Carola Rackete à été arrêtée par la police Italienne après avoir accosté avec son bateau dans le port de Lampedusa. A son bord, 42 personnes se courues dans les eaux internationales au large de la Libye. Après 17 jours d’errance en Méditerranée, la capitaine du Sea Watch 3 a pris la décision d’entrer sans autorisation dans le port, bravant les interdits du ministre de l’intérieur italien et le silence de l’union Européenne.

Nice au Cœur se joint à l’appel pour un rassemblement symbolique et citoyen de soutien à Carola Rackete, samedi 6 juillet à 18h30 au quai des Docks sur le port de Nice.

Migrations : perception et réalité en Italie

 

Très intéressante initiative à laquelle j’étais invité prise par L’ASPEICA et Laura Albanese, qui recevaient à la Passerelle, Oliviero Forti, auteur d un rapport sur les migrations pour le compte de Caritas, Anneline Sabadel du Forum des réfugiés, et l’universitaire Yvan Gastaut pour évoquer l’enjeu des migrations.

75% des migrations en Italie proviennent de l’Afrique et 25% du Moyen Orient. Les Italiens pensent que 25% de la population est d’origine étrangère et qu’elle est abandonnée par l’UE 64% d’entre eux font un lien entre l’immigration et les maladies.

La réalité est différente. L’Italie est le 5eme pays d’ accueil en Europe et 8,5% de la population est d’origine étrangère.

Le rôle de Caritas est très important et cherche à promouvoir des corridors humanitaires pour que les migrants évitent l’enfer de la Libye.

Olivier Forti à conclu son propos en disant qu’il y a 5 ans, il était fier de dire qu’il travaillait pour une ONG en Italie. Aujourd’hui il faut faire attention car ce n’est pas bien vu, il y a beaucoup de racisme y compris chez les chrétiens.