Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Migrations

La vérité sur le pacte de Marrakech

 

La signature de ce pacte a fait couler pas mal d’encre en France, et s’est révélée une aubaine pour l’extrême droite qui, en plein mouvement des « Gilets jaunes » a fait passer son slogan « de l’argent pour les migrants, c’est moins d’argent pour les français ».

En fait ce texte international sur les migrations suscite de nombreuses incompréhensions.

Qu’est-ce qui a été approuvé à Marrakech ?

Le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été approuvé lundi lors d’une conférence organisée par l’Organisation des Nations unies (ONU) à Marrakech (Maroc) en présence de représentants de près de 160 pays. Le texte doit encore être ratifié mercredi 19 décembre lors de l’Assemblée générale des Nations unies.

Dès le préambule, le pacte précise qu’il établit « un cadre de coopération juridiquement non contraignant, qui repose sur les engagements convenus par les États membres » et qu’il « respecte la souveraineté des États et les obligations que leur fait le droit international ». Concrètement, cela signifie que chaque pays, même s’il signe ce texte, pourra continuer de facto à mener une politique qui y est contraire sans encourir aucune sanction.

Il s’agit d’un document qui fixe un certain nombre d’objectifs pour « améliorer la coopération en matière de migrations internationales », accompagnés de mécanismes de suivi des mesures à toutes les étapes, un point c’est tout :

-mieux connaître les flux au moyen de collectes de données précises ;
-lutter contre les « facteurs négatifs et les problèmes structurels » qui poussent les individus à quitter leur pays ;
-rendre plus accessibles les filières légales de migration,
-fournir des preuves d’identité à chacun,
-« veiller à l’invariabilité et à la prévisibilité des procédures migratoires » ;
-rendre les périples migratoires moins dangereux,
-« sauver des vies » par une action internationale coordonnée,
-lutter contre les passeurs et la traite des personnes ;
-mieux gérer les frontières,
-limiter le recours à la rétention administrative,
-renforcer la coopération consulaire ;
-une fois les migrants arrivés dans un pays, leur assurer des services de base, les moyens de s’intégrer, reconnaître leurs qualifications et éliminer toutes les discriminations ;
-permettre aux migrants de contribuer au développement de leur pays d’origine,
-simplifier les envois de fonds,
-faciliter leur retour en assurant la portabilité de leurs droits.

La signature de ce pacte a suscité énormément de désinformation et de manipulations politiques.

Ce texte n’est pas un « un préalable à un afflux massif de réfugiés » : il n’oblige un pays à ouvrir ses frontières ou ne formule de quotas de migrations obligatoires. Il ne vise pas non plus à créer un « appel d’air » mondial, mais plutôt à prendre en compte la réalité actuelle pour mieux l’accompagner ;

Il ne s’agit pas plus de « mettre en place une censure de la presse » : simplement le pacte invite à « promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet » et à « cesser de subventionner les médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants, dans le plein respect de la liberté de la presse » ;

Le pacte ne recommande pas non plus le « remplacement des Européens par des migrants » pour favoriser l’arrivée de travailleurs immigrés « payés un euro l’heure ». Le texte dit justement l’inverse, puisqu’il appelle à faciliter l’accès des migrants à un travail décent et à l’économie formelle ;

Enfin, à aucun moment, la souveraineté des pays n’est remise en question par le pacte des migrations.

Pour plus de détails vous reporter à plusieurs excellents articles du « monde ».

décembre 12, 2018   Commentaires fermés sur La vérité sur le pacte de Marrakech

Enfants séparés : Trump ignoble comme jamais !

Trump

Près de 2.000 enfants ont été séparés de leurs parents dans les six semaines ayant suivi la mise en œuvre d’une politique de « tolérance zéro » sur l’immigration clandestine, mi-avril, d’après les chiffres officiels de l’administration Trump.

Des centaines sont hébergés, avec d’autres mineurs arrivés seuls à la frontière, dans de grands centres près de la frontière avec le Mexique. Ils ont été mis, pour certains, en cage !

Les photos qui circulent sur le net montrent la souffrance et la détresse de ces enfants d’autant que certains ne reverront sans doute plus jamais leurs parents.

On a bien compris que Trump ne voulait pas faire « infester »(ce sont ces termes) le sol américain par les migrants, mais là, il dépasse les bornes. Se servir du destin des migrants pour nourrir son populisme avant les élections de mi-mandat est ignoble !

La communauté internationale, même s’il s’agit des Etats-Unis, ne peut rester inerte.

juin 20, 2018   Commentaires fermés sur Enfants séparés : Trump ignoble comme jamais !

L’Aquarius sera finalement accueilli en Espagne !

Aquarius

Cette décision mettra un terme au bras de fer engagé avec l’Italie et Malte, qui refusaient de laisser accoster le navire humanitaire avec 629 migrants secourus à son bord.

SOS-Méditerranée a diffusé dimanche sur Twitter cette photo de l’« Aquarius », avec à son bord les migrants qu’elle a secourus.

Merci à l’Espagne et à son nouveau premier ministre socialiste, Pedro Sanchez de sauver l’honneur de l’Europe. Le silence de la France face aux déclarations provocatrices de Matteo Salvini, le nouveau ministre de l’intérieur italien, est une lâcheté.

juin 12, 2018   Commentaires fermés sur L’Aquarius sera finalement accueilli en Espagne !

Demandeurs d’asile prioritaires, le seuil abaissé à 12 mois pour les bébés ?

Seuil enfants refugies

Si c’était confirmé, ce serait une décision inique. C’est ce qui entraîne le fait que deux familles, une albanaise, les Zebi avec un plus jeune enfant âgé de 20 mois , et l’autre ,nigériane, avec un bébé de 17 mois, ont été débouté par le tribunal administratif de Nice.

Ces deux familles se retrouvent donc à la rue, alors que les Zebi, actuellement hébergés grâce à une chaine de solidarité privée, ont en plus un enfant de 6 ans scolarisé à l’école du port.

Il est temps de mettre les pieds dans le plat car l’État, non seulement ne fait pas face à ses obligations, mais en plus, commence à avancer un autre argument insidieux : le coût de l’hébergement.

Ceux qui connaissent bien la problématique de la précarité savent que l’État dépense une fortune chaque année pour l’accueil, entre autres, de migrants prioritaires en chambre d’hôtel !

Alors, le fait que l’État communique sur la somme qu’a coûté l’hébergement en hôtel de la famille Zebi, en période hivernale, 9 500 euros, est particulièrement révoltant.

C’est astronomique et l’on voit bien l’arrière pensée qu’il y a derrière la communication de ces chiffres et la façon dont l’extrême droite pourrait les utiliser.

Les Zebi s’inscrivent juste dans l’application d’une directive européenne qui oblige les états membres de l’UE à loger les demandeurs d’asile le temps de l’instruction de leur dossier.

Les Zebi n’ont jamais demandé à être logé dans un hôtel ! C’est l’État qui utilise les fonds publics en préférant entretenir la précarité des migrants en payant des chambres d’hôtel, par définition éphémères, plutôt que d’institutionnaliser l’accueil des migrants en affectant un bâtiment à cet effet. Même si cela reviendrait beaucoup moins cher.

En ce sens tout le monde pense à l’hôpital Saint Roch, actuellement désaffecté, en l’attente du projet de grand commissariat et qui accueillera demain le centre de rétention. Il pourrait dans l’attente, héberger nombre de familles à moindre coût et avec un encadrement adapté.

L’État pourrait aussi créer une allocation d’hébergement temporaire pour rémunérer des familles d’accueil, qui pourraient ainsi trouver un complément de revenus tout en participant à un mouvement de solidarité.Une déclinaison du gagnant-gagnant.

Bref, il y a d’autres solutions que de payer des hôtels.

mars 30, 2018   Commentaires fermés sur Demandeurs d’asile prioritaires, le seuil abaissé à 12 mois pour les bébés ?

Benoit Ducos : le sommet de l’absurde !

BenoitDucos

Le délit de Benoit Ducos, c’est d’avoir embarqué en pleine nuit, en plein froid, dans sa voiture une famille de quatre personnes sans papiers, dont deux enfants de 2 et 4 ans, et une femme enceinte de huit mois et demi, prise de contractions et sur le point d’accoucher.

À quatre kilomètres de Briançon, aux alentours de 22 heures, il a été arrêté à un barrage douanier et son véhicule immobilisé. La future maman sera enfin conduite à l’hôpital par les secours, pour y accoucher une heure après.

Benoit Ducos a été interpellé et conduit au poste. Il s’expose théoriquement à la peine dévolue aux passeurs, à savoir un maximum de 30.000 euros d’amende et de 5 ans d’emprisonnement.

Un nouvel exemple de ce fameux délit de solidarité, qui semble désormais primer en France sur la « non assistance à personne en danger ». C’est la question que l’on est en droit de se poser face à la supposée passivité des douaniers devant cette situation exceptionnelle. Cela démontre en tout cas à quel point le système légal est décalé par rapport à la gravité de la situation des migrants en France.

Tout simplement révoltant ! il est absolument impératif que ce délit soit aboli au plus vite et je soutiens la proposition de loi que les communistes et les écologistes ont déposée en ce sens !

mars 15, 2018   Commentaires fermés sur Benoit Ducos : le sommet de l’absurde !