Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Gouvernement Macron

La loi de moralisation de la vie publique veut redonner confiance dans la vie démocratique !

Moralisation vie publique

C’est l’objectif du texte sur lequel travaille François Bayrou et son équipe. En voici les grandes lignes. Déjà, François Hollande, lors du quinquennat qui vient de s’achever avait pris plusieurs mesures importantes allant dans le même sens. Même s’il n’y a pas véritablement de rupture, le nouveau texte irait beaucoup plus loin. S’il était appliqué dans son intégralité, ce serait indéniablement une petite révolution.

Les grandes orientations de ces textes (loi ordinaire, loi organique et, dans quelques mois, loi constitutionnelle), dont le détail est actuellement en cours de finalisation au Conseil d’État, sont présentées autour de trois axes.

Une réforme institutionnelle, qui prendra sa place dans une révision de la Constitution prochaine.
– La Cour de Justice de la République sera supprimée : c’est la cour d’appel de Paris qui sera compétente, et seuls des magistrats seront compétents, de bout en bout.
– Les anciens présidents de la République ne pourront plus être membres de plein droit du Conseil constitutionnel.
– Les élus ne pourront plus exercer plus de trois mandats identiques et successifs de député, de sénateur ou d’exécutif local, sauf pour les petites communes. Le choix se ferait entre un seuil à 3 500 habitants et un seuil à 1 000 habitants.
– Les ministres ne pourront plus exercer de fonction exécutive locale, ils auront deux mois pour abandonner l’une ou l’autre fonction.

La moralisation de la vie politique, notamment parlementaire : transparence, probité et prévention des conflits d’intérêts.
– L’interdiction de recruter des membres de sa famille, pour les membres du Gouvernement comme pour les parlementaires et les collaborateurs de cabinet des élus locaux.
– Des garanties de probité pour les parlementaires.
– La prévention des conflits d’intérêts.
– L’encadrement des activités de conseil.
– Le remboursement au réel des frais de mandat des parlementaires.
– La suppression de la réserve parlementaire. Le montant actuel de la réserve doterait un fonds d’action pour les territoires ruraux et les projets d’intérêt général, qui sera transparent et soumis à critères précis et publics ».

Une refonte profonde du mode de financement public de la vie politique : transparence, pluralisme et création d’une banque de la démocratie.
– Transparence des sources de financement.
– Renforcement des autorités de contrôle.
– Création d’une banque de la démocratie, qui, adossée à un établissement de crédit public ou chargé d’une mission de service public, pourra accorder des prêts aux partis politiques et aux candidats, dès lors qu’ils présenteront des garanties de solvabilité.

juin 5, 2017   Commentaires fermés sur La loi de moralisation de la vie publique veut redonner confiance dans la vie démocratique !

Nouveau gouvernement : un travail d’orfèvre !

 

Nicolas Hulot

 

La liste des ministres vient d’être donnée.

Il y a deux ministres d’Etat : Nicolas Hulot est nommé ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie et François Bayrou nommé ministre d’Etat, Garde des Sceaux. L’arrivée de Nicolas Hulot est un événement considérable pour toute la sensibilité écologiste de notre pays.

Bruno Le Maire est nommé ministre de l’Economie. c’est donc un haut responsable des Républicains qui sera en première ligne sur l’enjeu du redressement économique. La droite ne pourra pas dire grand chose.

Sylvie Goulard est nommée ministre des Armées, Jean-Yves Le Drian ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Richard Ferrand ministre de la Cohésion des territoires.

Il y a bien sûr des noms moins connus comme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Françoise Nyssen, ministre de la Culture. Murielle Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, Jacques Muzard, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Je m’attarde deux secondes sur la nomination de Françoise Nyssen à la Culture dont elle sera une excellente ministre.

La droite récupère un autre ministère difficile avec Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics.

En tant que Niçois, je ne peux que me réjouir de la nomination de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement, de la Recherche et de l’innovation. C’est la présidente de notre Université. Annick Girardin, avec laquelle j’avais eu beaucoup de plaisir à travailler lorsqu’elle était en charge de la francophonie, est nommée ministre de l’Outre-mer. Laura Flessel, ministre des Sports, Elizabeth Borne, ministre chargée des Transports. Marielle de Sarnez est ministre chargée des affaires européennes. C’est une bonne chose d’avoir un attelage PS-MoDEM à l’international.

Les secrétaires d’Etat : Christophe Castaner est nommé porte-parole du gouvernement chargé des relations avec le Parlement. C’est un poste stratégique. Marlène Schiappa est chargée de l’égalité des femmes et des hommes, Sophie Cluzel est chargée des personnes handicapées, Mounir Mahjoubi est chargé du numérique.

mai 17, 2017   Commentaires fermés sur Nouveau gouvernement : un travail d’orfèvre !

Gouvernement : Réaction à la nomination de Frédérique VIDAL

 

Fred Vidal

 

« L’entrée au gouvernement de la Présidente de l’Université de Nice Côte d’Azur comme Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est une fierté pour la ville de Nice et pour l’ensemble de la communauté enseignante de notre Université.

Je lui transmets toutes mes félicitations et lui souhaite pleine réussite dans ses nouvelles responsabilités ».

[En dehors de ma réaction officielle, c’est vraiment toute notre université qui se trouve reconnue et honorée à travers cette nomination. une excellente nouvelle !]

mai 17, 2017   Commentaires fermés sur Gouvernement : Réaction à la nomination de Frédérique VIDAL

Edouard Philippe, nouveau Premier Ministre !

Edouard Pilippe-Macron

Pendant que Nice se choisissait un ex-nouveau maire, d’ultimes tractations se déroulaient à Paris pour aboutir à 14h53 précises à l’annonce de la nomination d’Edouard Philippe comme Premier Ministre.

Hormis dans le microcosme, cet homme est un parfait inconnu du grand public. Il a pour lui de ne pas arriver à Matignon usé prématurément par des combats politiciens. En ce sens le Président Macron poursuit sans dévier de sa route. Pas de Borloo, pas de Bayrou, pas de Collomb. Il a 46 ans. Il incarne le souhait de poursuivre l’entreprise de renouvellement de notre vie politique.

Ceux qui le connaissent louent sa compétence et sa capacité de travail ainsi que sa parfaite connaissance des rouages de l’Etat puisqu’il est conseiller d’Etat.

Je comprend totalement ceux, nombreux à gauche, qui ont voté et fait voter Macron, aient une interrogation. C’est légitime. En effet Edouard Philippe est député-maire du Havre, c’est un élu du parti Les Républicains.

Ce choix est-il une surprise? Peu importe la personne, on savait qu’elle serait, si une prise de guerre était possible, issue du parti de François Fillon. C’est la condition sine qua none pour se donner une chance d’avoir la majorité absolue à l’Assemblée, ce qui est l’objectif avoué du président. Il n’en fait pas mystère. Reste à savoir comment les citoyens vont s’adapter à ce nouveau mode de pensée qui fait qu’un Premier Ministre fait campagne contre son parti et contre son programme. C’est pourtant cela, le concept du dépassement. Savoir à un moment donné trouver dans une plateforme programmatique suffisamment de points importants justifiant de franchir le Rubicon.

De toute manière, il y a foule pour franchir le Rubicon et dans les deux sens, c’est l’embouteillage. Le texte signé par 28 personnalités des Républicains appelant à répondre à la main tendue par le président, n’est pas anecdotique. Les digues sont en train de rompre et cela va entraîner dans l’électorat de droite une totale pagaille entre ceux qui voudront rester fidèle à la ligne de leur parti et ceux qui iront vagabonder, attirés par cette expérience nouvelle et rassurés par la nomination d’un des leurs à Matignon. C’est en cela que c’est un choix diabolique.

En tout cas il démontre une volonté intacte et même renforcée de dépasser les clivages obsolètes entre la gauche et la droite, parce qu’ils ont bloqué notre pays depuis plusieurs décennies. Emmanuel Macron, dont le parcours a pris ses racines dans la gauche, a ainsi fait le choix d’un premier ministre issu de la droite. C’est la poursuite de la recomposition politique sur le fond. Plusieurs familles politiques contribuent à ce travail de recomposition. Il était important qu’une partie de la droite gaulienne, libérale et sociale, se joignent à cette aventure.
Je serai beaucoup plus attentif à la nomination du gouvernement pour apprécier les compatibilités personnalités – champ de compétence ( là aussi on annonce des surprises) et le dosage droite, gauche et centre.

mai 16, 2017   Commentaires fermés sur Edouard Philippe, nouveau Premier Ministre !