Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Proche-Orient

Révolution du Jasmin : neuf mois après …

 

Neuf mois après la Révolution du Jasmin qui a chassé l’ex-président Ben Ali et donné le coup d’envoi du printemps arabe, les Tunisiens se sont rendus aux urnes lors du premier scrutin libre de leur histoire. « Sur les 4,1 millions de personnes inscrites, plus de 90 % ont voté », a notamment déclaré le secrétaire général de l’ISIE, la commission électorale indépendante.

Le Président de la commission, Kamel Jendoubi, a toutefois fait état à la mi-journée de certaines « irrégularités » dans le déroulement du scrutin, citant notamment des « pressions sur les électeurs analphabètes » et des « SMS envoyés pour influencer le vote », sans citer aucun parti. Certes, ces pratiques sont critiquables. Mais au fait,  l’UMP n’est-elle pas tout autant la championne des SMS, voir des coups de fil directement au domicile des gens ? Nous n’avons pas beaucoup de leçons à donner de ce côté-là!

Les 8000 bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7 h  et ont les ont fermées à 19 h. Au petit matin, jeunes et moins jeunes formaient déjà de longues files d’attente. La majorité d’entre eux votaient pour la première fois. «Avant, je ne faisais aucun effort pour venir voter, c’était une mascarade », raconte Salma Cherif, un médecin de 48 ans, en quittant le bureau de Mutuelleville, un quartier chic de la capitale, Tunis. Son index était couvert d’encre bleue, la marque indélébile que vont porter tous les votants pendant 48 heures.

« C’est un instant que nous attendions depuis longtemps », témoignait Ahmed, 50 ans, rencontré dans la file d’attente longue de plusieurs centaines de mètres devant un centre électoral de Tunis. «Comment aurais-je pu le manquer ? Dans quelques instants, nous allons entrer dans l’histoire », avait-il ajouté.

C’est bien cela la première leçon qu’il faut retenir de ce scrutin. Il a été une réussite au plan de son organisation, du taux de participation et chaque tunisien peut aujourd’hui exprimer une légitime fierté, celle d’avoir fait basculer son pays dans le cercle des états démocratique et d’être le premier pays du monde arabo-musulman à avoir poussé si loin la démocratie, puisqu’il s’agit d’une constituante. C’est à dire que ce sont les représentants du peuple, 217 au total, élus par le peuple qui vont écrire la constitution de leur pays.

Quelque 42 000 militaires et policiers ont été déployés pour assurer la sécurité du vote. Plus de 13 500 observateurs locaux et internationaux ont surveillé le déroulement du scrutin et environ 1500 journalistes, venus des quatre coins du monde, ont couvert l’événement. Les élections libres en Tunisie sont devenues un évènement planétaire.

Venons en maintenant au résultat !

Le vent de liberté qui a soufflé sur la Tunisie, premier pays du monde arabe à s’être émancipé d’un pouvoir autocratique, a incontestablement profité aux islamistes du parti Ennahda (Renaissance). Interdit sous Ben Ali, et durement réprimé sous l’ancien régime, Ennahda a été légalisé en mars. Durant la campagne, son chef, Rached Ghannouchi, a cherché à rassurer. Il s’est réclamé d’un islam modéré proche du parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie, l’AKP. Il a aussi promis de ne pas toucher au statut de la femme et prôné un gouvernement de large union. Malgré les promesses de Ghannouchi, le camp laïc demeure inquiet. Il craint qu’en cas de large victoire, Ennahda puisse imposer des bouleversements sociétaux remettant en cause les valeurs laïques de la Tunisie.

La démocratie ne s’apprend pas du jour au lendemain. La structuration de la vie politique a également besoin de temps. Or il est incontestable que la chute de Ben Ali a pris de cours ses opposants. Les seuls à être immédiatement opérationnels étaient ceux qui s’étaient structurés dans la clandestinité tel, justement, le parti Ennahda. Ceux-là ont entamé cette élection avec une bonne longueur d’avance. En ayant pour slogan principal, la promesse du paradis, il n’est pas difficile de faire des voix dans un contexte économique et social très difficile où le taux de chômage est très important et où personne ne décèle, dans les différents programmes, le moindre échappatoire à la crise ou à la pauvreté.

Il faut également avoir conscience que le résultat des partis islamistes est beaucoup plus fort dans les régions du Sud pauvres, où il avoisine parfois les 50% – dans la région de Kasserine notamment – qu’à Tunis, capitale, moteur économique et culturel du pays, ou ce score est bien moins important.

Ce qui m’inquiète le plus est le résultat d’Ennahda en France : il est supérieur de 5 points à ce qu’il est en Tunisie ! 37% contre 32%. En toute logique, il aurait du être moindre pour des gens vivant sur notre sol, et évoluant dans une République laïque. C’est le témoignage d’un terrible échec pour notre société. Pour la première fois, on peut le quantifier et mesurer ainsi à quel point les capacités intégratrices de notre République ont failli.

octobre 26, 2011   Commentaires fermés sur Révolution du Jasmin : neuf mois après …

Journée de rencontres avec les ministres tunisiens

 

Le matin, les tâches étaient réparties. Michel Vauzelle avait un rendez-vous institutionnel très important chez le premier ministre. Quand à moi, je devais rencontrer l’association SINBAD avec laquelle nous avons une action de coopération décentralisée, un centre de télétravail avec 14 postes pour handicapés- moteur. Ce centre, financé par la région, était abrité dans des locaux du gouvernorat de Tunis. Comme beaucoup de bâtiments appartenant à l’État, il a été incendié et dévasté pendant la révolution. J’ai visité les lieux et acté le fait que l’état des locaux rendait impossible tout redémarrage de l’activité. J’ai visité également le lieu que le gouvernorat comptait mettre à notre disposition, une ancienne église de quartier, assez centrale.

 Ensuite, direction le gouvernorat où j’avais deux rendez-vous. Le premier avec l’équivalent d’une sous-préfète, pour avaliser le choix du lieu de reconstruction. Mais cette rencontre a largement dépassé ce simple cadre parce que nous avons évoqué la révolution et l’ambiance actuelle à Tunis. Puis, j’ai eu un entretien de 45mns avec le nouveau gouverneur, nommé le 4 février 2011, Adel Bem Hassen. Un moment très riche aussi qui m’a permis de mieux comprendre le processus révolutionnaire. Car la période est très intéressante. Pour tout dire, le gouvernorat est encore protégé par l’armée et par des barbelés ! Moi qui ai connu ce lieu si calme, je n’en revenais pas. Le gouvernorat est devenu une ruche, les escaliers grouillent de citoyens venant interpeler le staff du gouverneur pour des demandes, des promesses non tenues! Dehors, des dizaines de jeunes discutent entre escaliers et barbelés, surveillés par des militaires. C’est aussi cela la révolution tunisienne. Un gouverneur séquestré pendant 48 heures par 11 femmes dans son bureau. Les attentes sont immenses et le chemin vers la liberté et la démocratie n’est pas facile.

A midi, j’ai retrouvé Michel Vauzelle pour un déjeuner au Dar el Jed, avec l’ambassadeur de France et Abderrazak Zaouri, ministre du développement régional, ainsi que Said Haidi, ministre de la formation professionnelle et de l’emploi. Au menu, une réflexion géostratégique sur la place de la France et de la Tunisie dans la construction du monde de demain. L’après-midi notre président a signé un protocole d’intention sur le développement de la coopération décentralisée avec les deux ministres précités, avant de tenir une conférence de presse. Nous avions ensuite une rencontre avec des associations de jeunes demandeurs d’emploi, durant laquelle, répondant à tour de röle, Michel et moi avons pu constater le formidable degré de maturité politique d’une jeunesse, actrice majeure de la révolution.

Cette journée-marathon s’est poursuivie par un rendez vous à Carthage avec le ministre de la culture. Il nous a reçu dans une demeure d’État chargée d’histoire, puisqu’il s’agissait du dernier palais du Bey. J’ai ainsi pu visité la salle où Pierre Mendes France prononça en 1954, son discours sur l’autonomie intérieure de la Tunisie. Le ministre de la culture nous a ensuite fait découvrir à Sidi Bou Said, le Palais du Baron d’Erlanger, un endroit extraordinaire, devenu propriété de l’Etat et maintenant haut lieu des musiques arabes et méditerranéennes. Le dîner qui suivit fut consacré aux coopérations culturelles entre la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les régions de Tunis et de Kasserine.

septembre 29, 2011   Commentaires fermés sur Journée de rencontres avec les ministres tunisiens

Signature d’un protocole d’intention avec le gouvernorat de Kasserine

 

Cette signature était la mission que m’avait confiée Michel Vauzelle. J’avais donc retrouvé notre Président tard dans la soirée à Tunis pour faire un point avant la journée d’aujourd’hui qui s’annonçait également importante.

Je suis très satisfait de la qualité de la délégation que j’ai conduite à Kasserine. Elle est venue me rappeler que nous avons un formidable réseau associatif. La journée fut intense avec quatre tables rondes consistant en des échanges avec le réseau associatif du gouvernorat afin de cerner, au mieux, leurs besoins.Je considère que la qualité des réponses apportées par ceux qui m’accompagnaient laisse présager des échanges fructueux.

Un planning chargé donc avec quatre tables rondes au ‘menu’ desquelles :

– Le développement local et régional
– La formation professionnelle et l’emploi
– La santé et l’humanitaire
– L’économie sociale et solidaire

Nous avons aussi beaucoup évoqué le patrimoine touristique et culturel de la région.

Le SDIS des Boûches-du-Rhône a remis une ambulance pour l’hôpital de Kasserine et nous avons également livrés 60 ordinateurs.

septembre 28, 2011   1 Commentaire

Déplacement en Tunisie : Journée 1

 

C’est depuis Sbeitla, où je suis arrivé hier soir, que je rédige ce premier billet. Sbeitla, c’est une ville de 30 000 habitants située à 35 km de Kasserine où la délégation se rendra tout à l’heure. Nous sommes là au coeur de la Tunisie pauvre, dans un gouvernorat qui tient une place particulière au sein de l’histoire récente du pays. Sidi Bouzid, Kasserine, c’est de là – des entrailles de la Tunisie profonde – que la révolution du Jasmin est partie. D’ailleurs, le gouverneur me disait pendant le dîner que la situation n’était pas encore calmée et qu’il attendait beaucoup des élections du 23 octobre pour stabiliser une situation sociale qui reste tendue.

Kasserine, c’est quand même à 4h30 de Tunis dont 188 km hors autoroute. Ce trajet, au fur et à mesure qu’il se déroule, permet de mieux comprendre cette Tunisie à deux faces. Tunis est la capitale, le moteur économique. Puis, plus on s’enfonce dans le sud-ouest, et plus s’affirme la dominante agricole et minière. Ce phosphate que l’on voit arraché à la montagne à ciel ouvert, la vigne qui court à Mornag, les oliveraies qui se déploient à perte de vue, et enfin, lorsque l’eau se fait plus rare, l’élevage ovin et caprin selon les modes ancestrales du pastoralisme. Le gouvernorat de Kasserine, c’est environ 450 000 habitants avec le plus modeste des PIB tunisiens. Il reste encore 30,4% de la population active dans l’agriculture tandis que seulement 23% de la population sont au travail. C’est cela qui explique que la révolution du Jasmin soit partie d’ici tout comme le fait que, dans cette pauvreté, le taux de scolarisation est de plus de 90% ! Il y a à Kasserine trois établissements d’enseignement supérieur.

J’ai pu mesurer hier pendant le dîner combien l’attente à notre égard était immense. Je conduis ici une délegation de 18 personnes, toutes choisies en fonction des thèmes de travail que nous aborderons aujourd’hui. En fin de journée, je signerai un protocole d’intention sur le développement d’une coopération décentralisée entre notre Région et le gouvernorat de Kasserine. Je retrouverai ensuite, tard dans la soirée, Michel Vauzelle à Tunis. Il y a ici de formidables atouts. Nous avons visité hier soir, à la nuit tombée, compte tenu de la longueur du trajet, le site archéologique de Sbeitla. Il s’agit d’une ville romaine construite en 89 avant JC et qui resta romaine jusqu’en 450 environ. Le site fait 10 hectares à ce jour mais l’argent manque pour poursuivre les fouilles. Ce lieu est très supérieur à Carthage, pourtant mondialement connue. Mais dans le cas présent, il faut savoir que 75% des vestiges romains de Tunisie sont dans le gouvernorat de Kasserine. Inutile de vous dire que la promotion d’un tourisme culturel sera l’un des sujets abordés ce jour. La Tunisie en a largement les moyens.

septembre 27, 2011   Commentaires fermés sur Déplacement en Tunisie : Journée 1

En fin de dictature, l’histoire s’accélère toujours !

C’est un jour particulièrement émouvant pour la démocratie dans le monde. Une des plus anciennes dictatures, la plus vieille, même, avec ses 42 ans, est en train de tomber. Les rebelles sont à Tripoli. La population de la ville se soulève, fraternise avec ses libérateurs sur la Place Verte, symbole du régime khadafiste. C’est la chute finale !

Ceci advient exactement dans les délais estimés par plusieurs hauts responsables marocains et tunisiens avec qui j’avais pu m’entretenir à ce propos. Ainsi, au mois de mai, et encore début juin, tous s’accordaient pour considérer, compte tenu de la situation sur le terrain, qu’un dénouement interviendrait à brève échéance. Déjà, à ce moment là, ils décrivaient une armée régulière à bout de souffle, livrée à l’anarchie, parce que coupée de son commandement central, les systèmes de transmission ayant été détruits par les Français et l’OTAN. Dès alors, des défections se multipliaient vers la Tunisie, les soldats déposant les armes avant de passer la frontière.

Il faut d’ailleurs souligner la solidarité du peuple tunisien qui a été exemplaire durant toute cette période.

Mais comme tous les dictateurs, Khadafi est un grand communicant. Aidé par quelques sursauts sporadiques de l’armée, il a fini par faire croire à l’opinion publique qu’il tenait encore la situation sous contrôle. Ce qui fait que beaucoup de monde est aujourd’hui surpris. Il a réussi à transformer une évidence en quelque chose d’inattendu, dans un délai si rapide.

Pourtant, il existe une constante : les dictateurs semblent, et là réside leur force principale, invulnérables, invincibles – on dit familièrement ‘indéboulonnables’ –  et ce, jusqu’à la toute fin de leur règne. Et dans les derniers jours, l’histoire s’accélère toujours.

Souvenez-vous de la fin de Ceaucescu en Roumanie, de celle de Millosevic en Serbie, de celle de Saddam Hussein en Irak, ou plus récemment, de celle de Ben Ali en Tunisie ou de Moubarak en Egypte. Le mouvement, implacable, fut le même.

De ce point de vue, Khadafi n’a pas échappé à la règle !

août 22, 2011   Commentaires fermés sur En fin de dictature, l’histoire s’accélère toujours !