Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Economie solidaire

Une loi fondatrice d’orientation et de programmation pour l’Economie Sociale et Solidaire

A l’occasion d’une rencontre avec le CEGES (Conseil des entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale) au matin de ce jeudi 19 avril, nous avons souligné que, pour François Hollande, les entreprises et organisations de l’ESS, conciliant performance économique et finalité humaine, grâce notamment à une gouvernance participative, constituent un levier et une force d’entrainement pour impulser la mutation indispensable des logiques économiques, au service d’une croissance devant devenir partageable, intégrative et durable.
En effet, si leur forme de propriété, à la fois privée et collective, leur confère une permanence nécessaire, particulièrement en ces temps de crise, les acteurs de l’ESS n’ont de cesse de s’élargir et de se renouveler, en expérimentant des réponses innovantes à de nouveaux besoins (avec, par exemple, les logiciels libres) ou en pollinisant des mouvements tel que celui des entreprises sociales.
Répondant à des aspirations citoyennes, l’Economie Sociale, si François Hollande est élu, fera l’objet d’une loi d’orientation et de programmation constituant un acte fondateur. Celle-ci permettra, par étapes, de moderniser ou d’assouplir certains statuts de l’ESS (par exemple, celui des sociétés coopératives d’intérêt collectif), d’instituer un droit de préférence permettant à des salariés de reprendre eux-mêmes leur entreprise notamment sous la forme coopérative, de créer un statut de coopérative de logement, de garantir un principe d’équité entre syndicats d’employeurs, en assurant la représentativité des employeurs de l’Economie Sociale et Solidaire. La future Banque Publique d’Investissement devant participer de façon importante au financement de son développement.
Les banques coopératives et mutuelles d’assurance de l’ESS, qui ont globalement mieux résisté à la crise, démontrent qu’une autre finance est non seulement possible mais surtout source de développement territorial. Elles seront mobilisées pour ouvrir la voie à une « finance responsable » dont le pays a besoin. L’ESS a également un rôle à jouer, encore plus important qu’aujourd’hui, pour rendre les biens et services accessibles que ce soit à travers les circuits courts, souvent associatifs, mais aussi grâce à des accords équitables entre les entreprises coopératives de production et celles de distribution. Elle sera également sollicitée pour participer à des évolutions en cours nécessitant une mise en réseaux opérationnels d’acteurs dans des domaines aussi divers que ceux de la santé (maisons de santé, etc.), du logement social et très social ou encore de l’insertion professionnelle des jeunes.

avril 18, 2012   Commentaires fermés sur Une loi fondatrice d’orientation et de programmation pour l’Economie Sociale et Solidaire

L’économie sociale et solidaire doit être au coeur du changement !

La relance de la production et la croissance sont deux conditions indispensables à la création de nouveaux emplois. Pour impulser un changement de modèle et créer une nouvelle dynamique conciliant des efficacités économiques, sociales et environnementales, l’économie sociale et solidaire constitue, pour François Hollande, un puissant levier.

C’est pourquoi, s’il est élu président de la République, il proposera très rapidement une loi de programmation, prenant en compte les manifestes de « Coop de France », de la confédération générale des Scop et d’autres familles de l’économie sociale, afin d’appuyer le développement de ce secteur ces cinq prochaines années et ainsi soutenir le déploiement, à plus large échelle, des solutions innovantes portées par ses acteurs.

L’économie sociale et solidaire doit devenir, a-t-il affirmé, un partenaire permanent et à part entière de l’Etat comme des collectivités territoriales. Une politique interministérielle sera mise en place en ce sens dès les 100 premiers jours de la présidence et une part significative des financements de la future banque publique d’investissement sera consacrée aux projets des coopératives, mutuelles, associations et entreprises solidaires, en lien avec les institutions financières de l’économie sociale et solidaire. Le financement des associations sera sécurisé (pluri-annualité) et modernisé pour favoriser l’innovation sociale.

La reprise d’entreprises saines par les salariés, sous la forme de coopératives, sera également encouragée à travers l’instauration d’un « droit de préférence », couplé à un « droit à l’estimation de la valeur de l’entreprise ». Cette reprise sera cofinancée par l’entreprise et par la collectivité, afin de relever le défi de la transmission des PME aujourd’hui sans successeurs, tout comme des filiales dont les maisons mères souhaitent se séparer.

Ce partenariat avec l’économie sociale et solidaire s’incarnera également en matière de création d’emplois, priorité du candidat :

– les associations bénéficieront largement des 150 000 emplois d’avenir ;

– les dispositifs de création d’emplois d’insertion par l’activité économique (IAE) seront « déverrouillés », avec pour objectif le cap des 500 000 emplois en cinq ans ;

– les coopératives d’activités et d’emploi ainsi que les sociétés coopératives d’intérêt collectif, représentant des solutions collectives et pérennes de création de nouvelles activités et d’emplois, seront soutenues ;

– les règles d’attribution des marchés publics seront révisées pour s’ouvrir davantage à l’économie sociale et solidaire et une place sera faite aux employeurs de ce secteur dans le dialogue civil.

avril 3, 2012   Commentaires fermés sur L’économie sociale et solidaire doit être au coeur du changement !

Ma visite de la Falabrac Fabrik

Hier, je me suis rendu dans un lieu atypique et multifonction de Nice, du nom de la Falabrac Fabrik. Pour que vous compreniez pourquoi je m’y suis déplacé au nom de la Région, je dois vous expliquer le lien qu’il peut y avoir entre l’Institution que je représente et un bar-cantine-magasin-lieu de lien social installé dans le Vieux Nice depuis 2007.

La Région a fait de la solidarité et de la lutte contre le chômage deux de ses priorités. Nous nous attelons, dans la majorité régionale, à mettre l’accent sur le développement d’emplois de qualité, sur la sécurisation des parcours professionnels, sur l’accompagnement à la création d’activité dans le champ de l’économie dite « classique » tout autant que dans celui de l’économie sociale et solidaire. Dans le cadre du développement de cette politique, nous réaffirmons, au fil des programmes que nous mettons en place, notre volonté de soutien à l’émergence de projets d’utilité sociale. Ce soutien est essentiellement financier. Nous avons la chance de travailler avec des organismes aidant au quotidien de petites structures naissantes peinant de plus en plus à émerger localement.

C’est là que l’association CLAIE 06 intervient. Il s’agit d’un regroupement de différents acteurs de l’insertion par l’activité économique au sein du territoire niçois. L’une des missions consiste à proposer un appui aux structures de l’économie sociale et solidaire. L’action de cette association est une aide précieuse pour le développement de micro-projets innovants comme celui de la Falabrac Fabrik. C’est en promouvant et en assurant le suivi de ces actions innovantes que nous pouvons nous réjouir ensuite du dynamisme qu’il apporte localement.

J’en viens donc à l’association « Falabrac Fabrik » qui est un café-cantine-boutique associatif. C’est un lieu convivial, aux couleurs vitaminées, idéal pour prendre un verre ou se restaurer avec des produits locaux de saison et/ou bio à des prix très abordables. Les gérants ont sollicité le dispositif micro-projets de CLAIE 06 pour lancer une initiative innovante sans équivalent dans les Alpes Maritimes : un « Groupement d’achat service épicerie » (GASE). Un GASE donne accès à des produits biologiques et équitables pour les personnes à revenus modestes et offre une solution de distribution de ces produits en dehors des grandes surfaces. Une telle démarche favorise ainsi le lien social, la production locale et le commerce responsable. Il s’agit donc d’un essaimage, manière d’entreprendre et de coopérer caractéristique de l’Economie sociale et solidaire.

C’est cet esprit que nous soutenons en finançant des projets tels que celui-ci.

septembre 23, 2011   1 Commentaire