Random header image... Refresh for more!

Saint Martin Vésubie, village membre des « Villes et Villages des justes de France »

 

justes-de-france

 

Hier la commune de Saint Martin Vésubie est devenue membre des communes membres des « Villes et Villages des justes de France » et ce n’est que justice. Les 10 Justes de Saint-Martin-Vésubie (c’est très important pour un village) ont joué un rôle majeur dans la protection d’une partie de la communauté juive de la ville de Nice. De nombreuses familles juives étaient hébergées dans ce village qui est l’une des fiertés de notre département tant il s’est inscrit dans l’Histoire.

Jean-Marie Gustave Le Clézio dans « Etoile errante », a rendu public cet épisode alors peu connu de l’histoire de Saint-Martin-Vésubie et de la vallée de la Vésubie. Alfred Hart également dans son roman historique  » Sur le pont du Var ». Je vous recommande ces deux lectures.

Mais en août 1943, les Allemands étaient arrivés à Nice, désertée par les Italiens qui avaient toujours protégé les Juifs. Et le 9 septembre 1943, Aloïs Brunner avait donné pour instruction d’aller chercher les Juifs à Saint Martin Vésubie. Heureusement ils furent prévenus et purent espérer quelques heures, quelques jours de plus, en fuyant avant l’arrivée des troupes allemandes vers l’Italie par les cols de Cerise et de Fenestre.

Beaucoup, les plus âgés notamment, revinrent vers la vallée, épuisés, certains furent arrêtés. Les plus vaillants eurent la force de franchir la frontière et d’espérer la protection des Italiens dans le Piemont, mais ils furent rattrapés par les SS à Borgo San Dalmazzo et à Valdieri. Au final tous connurent le même destin funeste et furent déportés vers Auschwitz-Birkenau dont ils ne revinrent pas.

Mais certains (hélas les moins nombreux) eurent la chance d’être cachés et sauvés par des Saint-Martinois. Ces 10 justes ont eu un courage exemplaire. Parmi eux, deux étaient gendarmes. Sous le gouvernement de Vichy, être gendarme et protéger des juifs était insensé. Ils l’ont fait. Ils ont risqué la cour martiale et le peloton d’exécution pour avoir accompli ce geste. Surtout que dans un village, tout se sait. C’est ce que j’avais dit publiquement le jour où j’ai rencontré leurs familles à Saint Martin Vésubie.

Désormais, pour la 1ère fois en France, sont dévoilées côte à côte la stèle portant les noms des Justes et celle portant les noms des déportés qui ne sont jamais revenus des camps de la mort et n’ont jamais eu de sépulture.

  Commentaires fermés sur Saint Martin Vésubie, village membre des « Villes et Villages des justes de France »

Voyage au cœur de la stratégie d’IBM France !

ibm

Chacun sait que je suis allé voir deux fois l’intersyndicale lorsqu’il y a eu, au printemps dernier, la menace d’un plan social Entreprise sur IBM à Nice Méridia, et lui apporter mon soutien. Depuis le printemps dernier, je suis ce dossier en liaison étroite avec le cabinent du Ministère du Travail et les conseillers de Myriam EL KHOMRI.

Récemment j’ai été invité à rencontrer le Boss, Frédéric ALLARD, patron de tout le Sud Est, des sites de Nice, de Sophia et de Marseille. J’ai été reçu à son bureau à Nice Méridia pendant près de deux heures, visite des locaux comprise, pour évoquer l’avenir d’IBM France et sa stratégie.

En gros, pour bien comprendre ce qu’il se passe, je vais vous résumer cela en une seule phrase. IBM c’est toujours le même sigle mais ce n’est plus la même entreprise qu’il y a 20 ans.

Il y a 20 ans, IBM réalisait 90% de son chiffre d’affaire sur le hardware ( gros systèmes, réseaux). Aujourd’hui, IBM réalise 90% de son chiffre d’affaire sur le software ( logiciels, services).

Où sont passées les activités liées au hardware? la mondialisation est passée par là. Les taches répétitives ont été délocalisées en raison des coûts de production, dès l’instant où on peut les maîtriser par des contrôles de processus. Elles sont réalisées en Tchéquie, en Pologne, en Bulgarie, ou en Inde.

Je ne peux bien sûr pas rendre publics les axes stratégiques d’IBM, mais simplement, je peux vous dire qu’il y a une très forte pression mises sur les nouvelles technologies pour que ce soit des réussites car ce sont elles qui compensent les pertes de chiffre d’affaire et maintiennent le niveau de l’emploi. Et, de temps en temps, il y a ce qui est appelé pudiquement des « recalibrages », autrement dit des ajustements d’effectifs et des PSE.

Je demeure bien sûr à l’écoute de l’intersyndicale et en lien avec le Ministère, nous faisons tout pour que ce PSE qui, au départ, concernait sur la France 360 postes, soit le moins douloureux possibles pour les salariés, notamment sur Nice Méridia.

  Commentaires fermés sur Voyage au cœur de la stratégie d’IBM France !

Chaque annulation est une victoire pour Daesh !

trathlon-nice

Désormais c’est le triathlon de Nice qui « vient de passer à la trappe ». Les annulations sur multiplient sur la ville de Nice et même si ce n’est pas politiquement correct, j’affirme publiquement mon désaccord profond avec cette démarche.

Il n’y aura plus jamais de risque zéro. C’est cela qu’il faut intégrer. Il y a une pédagogie à faire. Même les états le splus sécurisés au monde, notamment israël et les Etats-Unis, n’y échappent pas. Ce n’est pas la peine à chaque fois de mettre en cause des responsables politiques tant à l’échelon local que national, c’est stupide. Nous ne pouvons pas tout prévoir, nous ne pouvons pas tout anticiper. L’autre jour en revenant par le bus de Nice-Marseille, je pensais au massacre que pourrait faire un kamikaze dans un bus bondé sur le retour quand il n’y a aucun controle. On controle à l’entrée du stade, mais pas à la montée des bus à la fin du match. C’est facile de s’infiltrer. Donc il y aura toujours des failles, nous devons vivre avec. Ou alors il faut annuler aussi les matchs de football. Ou annuler toutes les navettes.

Notre ville doit impérativement se relever, notre économie en dépend, notre cohésion sociale en dépend, nos emplois aussi.

La multiplication des annulations présente 3 inconvénients majeurs.

– Chaque annulation pour des évènements majeurs comme le triathlon correspond à l’annulation de centaines de nuitées dans nos hôtels.L’hotellerie niçoise ne tiendra pas éternellement sans qu’il y ait des incidences sur l’emploi direct ou indirect. Tout salarié des secteurs hotellerie et restauration doit en prendre la mesure.Cela aura des conséquence sur toute notre économie locale.

-Chaque annulation entretient dans la population un climat anxiogène alors qu’elle a du mal à se relever de ce drame. beaucoup de gens pensent que si on annule des évènements, c’est que l’on a « connaissance de danger d’attentats imminents ». Il n’y a aucune pédagogie de faite.

-Ce n’est pas la peine que le Comité régional du Tourisme et la Chambre de Commerce et d’Industrie lancent un grand plan de relance avec l’appui de la région et d’Atout France, initiative que j’appuie totalement, si c’est pour que des décisions de cette nature soient prises ensuite. Ces annulations sont abondamment relayées dans la presse et sur les réseaux sociaux dans le monde entier. l’impacct pour l’image Côte d’azur est catastrophique. Sur la logique actuelle, on se demande pourquoi on voit fleurir sur les panneaux d’affichage des publicités pour le prochain marathon Nice-Cannes, il finira par être annulé aussi. Et désormais on peut se poser légitimement la question pour le Carnaval de Nice. Et là ce serait un desastre.

  Commentaires fermés sur Chaque annulation est une victoire pour Daesh !

Oui ! On peut réussir aussi quand on vient des Moulins, de l’Ariane ou de Bon Voyage !

entreprendre-dans-les-quartiers

Entrepreneuriat dans les quartiers : une opportunité pour la France !

Le titre de ce billet fera, sans doute, sourire ceux qui associent un peu trop facilement quartiers et économie souterraine, quartiers et économie de la drogue, quartiers et désert entrepreneurial.

Mais, la dernière étude de la BPI et de Terra Nova prend à rebours ces représentations stéréotypées, trop souvent construites à partir de préjugés arbitraires et stigmatisant.

Les quartiers sont, en réalité, un important gisement d’initiatives économiques. Les entrepreneurs sont nombreux, aussi bien homme que femmes. Ils sont jeunes, diplômés, souvent audacieux, très adaptatifs et familiers avec le numérique. Ils ont, dans une très grande majorité, créé leur entreprise après avoir quitté un emploi et pas pour échapper au chômage, contrairement là encore à une idée reçue. De fait , les entreprises crées couvrent tous les domaines, depuis les services aux particuliers (majorité de femmes) jusqu’aux services aux très grandes entreprises, en passant par la production de biens. Bref, le dynamisme entrepreneurial des quartiers constitue une réelle opportunité pour le développement des quartiers et plus largement pour l’économie française.

Mais, malheureusement, le manque initial de patrimoine, conjuguée avec une forme de discrimination bancaire par rapport à l’adresse du siège social limitent les possibilités de financement et fragilisent le potentiel de croissance et d’emploi de ces entreprises crées dans les quartiers.

Le rapport propose, non pas de développer des nouveaux outils de développement territorial (fiscalité, aide à la création,.), mais des dispositifs spécifiques d’accompagnement des entreprises issus des quartiers ZUS, comme des dispositifs financiers spécifiques ou des accélérateurs de croissance dédiés.

Les entreprises des quartiers ZUS ont un impact social très fort, créateur de la cohésion sociale dont nous avons tant besoin. Le dynamisme entrepreneurial dans les quartiers, c’est incontestablement une partie de notre avenir, et c’est vers l’avenir qu’il faut se tourner, pas vers le passé ou les racines.

http://tnova.fr/system/contents/files/000/001/235/original/20092016_-_Entreprendre_dans_les_quartiers.pdf?1474367668

  Commentaires fermés sur Oui ! On peut réussir aussi quand on vient des Moulins, de l’Ariane ou de Bon Voyage !

Jeux paralympiques de Rio : Onzième place pour la France

rio2016

Les Jeux paralympiques de Rio, qui s’achèvent aujourd’hui, dans le prolongement de ceux de Londres et de Pékin, ont apporté leur contribution au changement de regard que peuvent porter les gens sur le sport de haut niveau pour les athlètes paralympiques et sur le handicap en général.

La France obtient une onzième place au classement final, ce qui n’est pas très glorieux et qui démontre qu’il reste beaucoup de travail à faire chez nous en matière de sport pour les personnes handicapées.

On pourra retenir de cette édition, la cérémonie d’ouverture, que tout le monde annonçait au rabais, et qui fut finalement somptueuse le 7 septembre dans le mythique stade Maracana, noyé sous un orage tropical qui fit glisser l’une des dernières porteuses de la torche, la Brésilienne Marcia Malsar, sur le sol détrempé.

On retiendra aussi qu’à cette cérémonie d’ouverture, il manquait les athlètes russes, tous interdits de compétition par le CIO pour cause de lutte contre le dopage. Une décision qui eut au moins le mérite de la clarté par rapport à ce qui s’est passé chez les valides.

Sur le plan sportif, je retiendrai cet hallucinant 1500m, remporté par l’Algérien Abdellatif Baka, malvoyant de naissance. Les quatre premiers du 1.500 mètres paralympique ont couru plus vite que l’Américain Matthew Centrowitz, couronné chez les valides un mois plus tôt. Certes, Centrowitz avait remporté la course olympique la plus décevante et la plus lente depuis 1932. Mais cela ne doit rien enlever à ce coup de théâtre que l’on doit à Baka.

Sur le plan humain, comment rester insensible à l’athlète belge Marieke Vervoort, médaillée d’argent au 400 m en fauteuil, atteinte d’une maladie dégénérative, qui disait vouloir recourir prochainement à l’euthanasie

Enfin, sur le plan extra sportif, il faudra se rappeler que ces jeux ont été suivi par les spectateurs. Un total de 2,1 millions de billets a été vendu, soit un meilleur bilan qu’à Pékin en 2008, même si c’est moins bien qu’à Londres une olympiade plus tôt, avec 2,8 millions de places vendues.

  Commentaires fermés sur Jeux paralympiques de Rio : Onzième place pour la France