Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Développement durable

Le changement climatique : De la COP21 à la COP22

cop22

Lors de la COP21, à Paris, tous les hauts responsable politiques de la planète se sont exprimés. De François Hollande à Barack Obama, des centaines de maires et de dirigeants nationaux de partout dans le monde se sont rassemblés. Tous ont fait en sorte que pour la première fois dans l’histoire, autant de gouvernements signent ensemble un accord contraignant sur des objectifs pour lutter contre le changement climatique.

La Conférence de Paris sur le climat (COP21) était une COP de négociation qui a abouti à un accord sur le climat universel : la réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

A coté de ses grands états, dont la démarche est essentielle, le changement climatique est devenu aussi un enjeu de proximité. La COP21 fut la 1ère à citer de manière explicite le rôle essentiel que doivent jouer les villes et les régions dans la poursuite de ces objectifs.

Un an plus tard et après l’élection de Donald Trump, cette dimension de proximité a encore plus d’importance. On parle ici de la COP de l’action, de la mise en œuvre. Le sommet rassemble des centaines de maires du monde entier pour discuter des différentes manières de canaliser les flux financiers vers les villes et les régions.

C’est la raison pour laquelle les gouvernements locaux portent à Marrakech 5 messages :

  1. Les villes et régions ont besoin d’un siège formel à la table des négociations de la COP et du processus élargi.
    80 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe viennent des villes. A ce titre, les gouvernements locaux et régionaux et leurs associations représentatives devraient avoir un siège à la table des négociations.
  2. La COP22 doit être en cohérence avec les autres agendas de développement durable internationaux.
  3. Les villes et régions ont besoin de ressources financières appropriées pour lutter contre le changement climatique.
    Les villes et régions ne pourront connaître la réussite dans leur lutte contre le changement climatique que si elles reçoivent suffisamment de ressources durables. Les fonds structurels et d’investissements européens sont essentiels et demeurent l’outil européen principal pour soutenir la mise en œuvre de projets locaux.
  4. Les actions locales pour le climat doivent être intégrées dans les politiques européennes et nationales.
    Il faut que les institutions européennes et les gouvernements nationaux prennent les gouvernements locaux en compte au début du processus de décision, en les reconnaissant en tant qu’institutions publiques. .
  5. Les partenariats et la coopération de ville à ville ont besoin de plus de soutien.

L’UE devrait intensifier son soutien à la coopération et l’échange de bonnes pratiques parmi les réseaux de villes et de régions. Au-delà de bénéficier à toutes les parties prenantes d’un point de vue climatique, cela aide aussi à créer des liens solides entre les citoyens et les dirigeants locaux partout dans le monde.

novembre 15, 2016   Commentaires fermés sur Le changement climatique : De la COP21 à la COP22

Nouveau pole multimodal de l’Arénas !

2016-10-25-quelle-nouv-gare-a-l_arenas-en-2025

Dernièrement, s’est tenue une réunion publique au sujet du pôle multimodal de l’Arénas.

Les élus municipaux et métropolitains n’ont, à ma connaissance, pas été invités, alors qu’il s’agit d’un dossier structurant majeur pour la ville et la métropole. D’ailleurs quand on regarde la photo de la salle, on se demande bien qui a été invité lorsqu’on constate avec consternation qu’une trentaine de personnes à peine était présente, la photo du quotidien régional faisant foi.

Ce sont pourtant 710 millions d’euros qui vont être investis, soit deux fois le prix de l’Allianz Riviera et cela, dans l’indifférence générale. Un peu plus de 200 millions seront consacrés uniquement à la gare qui va s’intégrer dans un projet plus global, comprenant le déplacement de l’actuelle gare Saint-Augustin et la réalisation d’un gare routière, sans compter 2500 places de parking , 2000 au nord de la voie ferrée, et 500 places en silo au sud de la voie ferrée.

Ce pôle est un élément incontournable pour permettre l’arrivée de la Nouvelle Ligne Ferroviaire. Nous avons toujours soutenu ce projet qui fait partie du contrat de plan. Ce qui devient gênant, c’est qu’il est présenté comme une réponse à l’allongement de la distance domicile-travail qui entérine une vision ultralibérale de la constitution d’une métropole dont les salariés sont exclus par la cherté des loyers et de l’habitat en général.

Comme quoi, une bonne intention, axée sur le rail, de développement de mode de transports favorisant le développement durable et l’écologie, peut cacher autre chose.

octobre 26, 2016   Commentaires fermés sur Nouveau pole multimodal de l’Arénas !

Développement durable : jamais un gouvernement n’aura été aussi loin !

sego-royal

Il y a trois jours Ségolène Royal inaugurait « Green Tetc verte, un incubateur public consacré à l’innovation en matière de développement durable. Ce sont les premiers effets de l’accord de Paris qui se font sentir en France. L’accord de Paris sur le climat a réaffirmé le rôle clé de la recherche et de l’innovation pour réussir la transition énergétique. La France porte, avec les Etats-Unis et dix-huit autres pays, l’engagement de doubler les efforts de recherche publics sur les technologies bas-carbone d’ici à 2020 dans le cadre de la « mission innovation », soutenue par un consortium d’investisseurs privés initié par Bill Gates.

Les outils financiers se réinventent également avec l’essor de la finance verte et de la tarification du carbone, outils innovants au service du climat.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte et la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, ainsi que les actions qui les accompagnent, sont créatrices, pour la France, d’innovation, d’activité et d’emplois dans des filières d’avenir.

Ce qu’il faut mesurer, c’est que les nouveaux cadres législatifs encouragent l’innovation dans la vie quotidienne :

– L’interdiction des sacs plastique à usage unique…
– La fin de l’utilisation des pesticides dans l’espace public…
– Les appels d’offres pour les énergies renouvelables…
– La chimie verte est encouragée…
– L’étude du vivant et de la biodiversité…

Des financements existent pour toutes les filières :

– 2,8 milliards d’euros sont engagés par l’ADEME au titre du programme des investissements d’avenir (PIA1 et PIA2)…
– 200 millions d’euros par an sont consacrés à l’innovation…
– 30 millions d’euros par an sont affectés au programme de recherche géré par l’ADEME…
– 800 millions d’euros opérés par l’agence nationale de la recherche (ANR) sont réservés pour les instituts de la transition énergétique (ITE)…
– les autres opérateurs du programme des investissements d’avenir contribuent également à la transition énergétique….

Ces financements sont renforcés par l’essor de la finance verte.

Depuis 2015, un nombre croissant d’acteurs financiers ont annoncé des engagements…
Le marché des obligations vertes (« green bonds ») a fortement évolué depuis sa création…

Des projets innovants qui entraînent les territoires.

– 490 projets sont soutenus par l’ADEME dans le cadre du programme des investissements d’avenir dans les domaines de la transition écologique énergétique.

septembre 13, 2016   Commentaires fermés sur Développement durable : jamais un gouvernement n’aura été aussi loin !

COP21 – Le 12 décembre 2015, les 195 pays réunis pour la conférence de Paris pour le climat sont parvenus à un accord

2015-12-17-COP21

Cet accord a été signé pour engager la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il confirme l’objectif central de contenir l’augmentation de la température moyenne en deçà de 2 degrés, et de s’efforcer de limiter cette augmentation à 1,5 degré, afin de réduire les risques et les impacts liés aux conséquences du changement climatique. C’était une annonce du président François Hollande dans son discours introductif le premier jour. Personne ne pensait que ce serait réalisable. Mais au bout de plusieurs jours de négociations, ils y sont parvenus.

188 plans d’action climat proposés par les pays – Selon les termes de l’accord, les pays devront présenter des plans nationaux d’action détaillant les moyens mis en place pour concrétiser leur engagement. L’année 2050 est une date butoir pour la restriction des émissions, mais, stipule l’accord, il ne s’agit pas de tabler sur un simple objectif à long terme. Les pays devront atteindre le point culminant de leurs émissions le plus rapidement possible.

Un ajustement tous les 5 ans – Cet accord est « juridiquement contraignant ». Il comprend un mécanisme de conformité, supervisé par un comité d’experts. Il prévoit la mise à jour des plans climat tous les 5 ans. Des mesures correctives pourront être décidées, s’il faut accentuer les efforts pour parvenir aux objectifs. La France s’est d’ores et déjà engagée à réviser, au plus tard en 2020, ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce « juridiquement contraignant » était un souhait majeur de la France. Là encore, même si c’est surement insuffisant, nous y sommes, malgré les déclarations de John Kerry qui avaient un peu douché l’enthousiasme.

L’accord « reconnaît la notion de justice climatique » – Il instaure une flexibilité et un soutien financier aux nations en développement pour soutenir l’adaptation de leurs économies. Un mécanisme de financement des pays développés est mis en place : 100 milliards de dollars par an vont appuyer les politiques climatiques des pays du Sud, à partir de 2020.

Ces 100 milliards « devront être un plancher pour l’après-2020 », a précisé Laurent Fabius. Un nouvel objectif chiffré devra être défini au plus tard en 2025, « pour réviser la contribution financière notamment pour les pays les plus vulnérables, pour l’adaptation », a déclaré François Hollande. « Ici, à Paris, nous avons lancé de multiples initiatives, initiatives africaines, pour apporter l’électricité à tous, une alliance a été conclue pour le développement de l’énergie solaire, pour les innovations, pour partager les technologies ». Le président de la république peut compter sur le travail de Jean Louis Borloo et de Nicolas Hulot pour faire en sorte que ce volontarisme ne reste pas lettre morte sur ce sujet précis.

décembre 17, 2015   Commentaires fermés sur COP21 – Le 12 décembre 2015, les 195 pays réunis pour la conférence de Paris pour le climat sont parvenus à un accord

Nice : la ligne 2 du tramway au conseil municipal

avril 2, 2012   Commentaires fermés sur Nice : la ligne 2 du tramway au conseil municipal