Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Conseil municipal

Halle de la Gare du Sud – Un beau projet mais un flou financier !

projet-gare-du-sud-le-jour

Ce matin en conseil municipal nous avons débattu du Bail emphytéotique administratif à consentir à la société Banimmo France

Voici mon intervention :


Conseil municipal du jeudi 26 octobre 2017

Délibération 5.1 : Halle de la Gare du Sud – Bail emphytéotique administratif à consentir à la société Banimmo France

Nous avons examiné ce dossier qui est un des plus importants de la mandature.

Pour nous, ce n’est pas le projet qui pose problème.

On ne peut que souscrire à cette triple ambition :
– Une offre de restauration originale et de qualité de 22 kiosques (page 23)
– Un ensemble d’échoppes en mezzanine, 20 échoppes
– Un lieu accueillant des événements culturels, mais en fait un lounge bar et pourquoi pas.

Ce n’est pas non plus la capacité de l’opérateur Banimmo France qui pose problème. Il est connu pour sa capacité, son expérience et son savoir faire dans ce type de projet.

Enfin, ce n’est pas non plus la volonté affichée de Banimmo de créer des partenariats avec l’AQCAMADE pour l’approvisionnement de la halle, avec la villa Arson pour l’aspect culturel ou avec Wonderlust pour l’aspect boîte de nuit, c’est plutôt intelligent et nous serons vigilants sur le développement de ces partenariats.

C’est le montage financier qui appelle réflexion car honnêtement, les conditions ne sont pas très favorables à la ville.

On a l’impression que vous avez été ficelé dans ce comité de sélection.

En effet, manifestement les deux autres candidats n’étaient là que pour faire nombre. Comment expliquer sinon le si faible niveau d’investissement qu’ils ont osé proposer ? 1,27 M€ pour « La Toque du Midi » ou 3,3 M€ pour Biltoki, alors que Banimmo France prévoit lui d’investir 11,1 M€. Votre choix ne pouvait se porter ailleurs. D’ailleurs, c’est l’intérêt de Banimmo France puisque le bail emphytéotique est de 45 ans. Il faut tout de même que l’on sache que c’est le plus faible investissement de Banimmo France dans ce type d’opération. Il suffit de consulter la page 16 du document pour le lire. D’habitude les investissements se situent entre 15 et 40 M€, pourquoi seulement 11 M€ à Nice ?

La deuxième observation porte sur le coût du loyer, de la redevance annuelle. Elle est de 195 000 € soit 16 250 € de redevance mensuelle. Ce n’est pas cher. C’est d’ailleurs 8 % de moins que l’estimation de France Domaine qui est jointe au dossier et qui est de 212 000€. C’est dire que la négociation est défavorable à la ville.

D’autant qu’il y a une subtilité qui ne peut pas vous avoir échappé. C’est que l’estimation de France Domaine se fait à partir de la superficie actuelle mise à la location, mais qui sera sans rapport avec la superficie réelle mise à la location, puisque l’essentiel de l’investissement des 11,1 M€ de Banimmo va consister à construire une mezzanine en ceinture de la Halle, qui va rajouter 20 échoppes à la location. C’est considérable.

Un rapide calcul démontre à quel point cette négociation est avantageuse pour Banimmo. Notre groupe attend des explications pour se prononcer sur le dossier.

octobre 26, 2017   Commentaires fermés sur Halle de la Gare du Sud – Un beau projet mais un flou financier !

Sauver l’événementiel de la vie associative !

fetes

Depuis l’attentat du 14 juillet 2016, de nombreuses mesures ont été prises afin de renforcer la sécurité à Nice et c’est une nécessité comprise par tout le monde puisque ces mesures sont destinées à protéger la population.

Mais depuis cet attentat, il est indéniable que plusieurs manifestations festives, voir culturelle ont dû être annulées. il en est ainsi des carnavals de quartier organisés par les associations de la politique de la ville.

Il y a eu ensuite l’annulation de plusieurs fêtes des voisins pour cause de sécurité non garantie.

Il y a eu aussi l’annulation de la fête du Château en raison du coût très élevé des dépenses de sécurité exigées, un exemple emblématique.

Pour ne pas avoir à faire face à des dépenses insurmontables, la Dolly Street qui était normalement prévue sur la rue Bonaparte, autour de la place du pin, a dû être déplacée sur l’esplanade du théâtre de Nice.

A côté de ces exemples qui touchent l’opinion car connus, des dizaines de petits événements associatifs sont annulés parce que les structures n’ont pas les moyens de payer un vigile.

Or, le souhait unanimement exprimé par l’ensemble des responsables politiques, après l’attentat du 14 juillet 2016, est de faire revivre la ville de Nice par la reprise de ces événements festifs dans toute la ville.

Il faut donc s’en donner les moyens.

Sinon, à terme, seules les organisations institutionnelles, comme la fête des « mai » par exemple, ayant l’appui logistique de la municipalité pourront se tenir. C’est à la fois un problème pour l’expression démocratique des citoyens et une perte de substance pour notre culture et notre citoyenneté.

C’est la raison qui a poussé notre groupe « Un autre Avenir pour Nice » à déposer un voeu demain au Conseil Municipal pour mieux accompagner les mesures de sécurité imposées aux associations lors des manifestations et événements festifs et gratuits ouverts à la population niçoise.

Nous proposons :

1. La création d’un Fonds Municipal d’Intervention Sécurité (FMIS) destiné à aider les associations à satisfaire aux nouvelles exigences de sécurité pour l’organisation d’événements festifs.

2. La dotation de ce fonds chaque année et l’inscription de cette dépense au budget.

3. La recherche de financements complémentaires auprès de l’Etat et d’autres collectivités territoriales.

4. La possibilité pour les associations d’utiliser du matériel municipal tel que la pose de barrières ou de blocs de béton pour sécuriser un périmètre donné et de permettre les restrictions de circulation et/ou de stationnement qui en découlent.

juin 22, 2017   Commentaires fermés sur Sauver l’événementiel de la vie associative !

Estrosi élu maire de Nice !

PA-CM

Intervention de Patrick ALLEMAND, Président du groupe « Un Autre Avenir pour Nice »

Nous n’avons pas participé au vote.

Vous ne pouvez pas savoir à quel point je désapprouve ce qui vient de se dérouler. Comme tous les Niçois, j’ai appris avec surprise la démission de notre maire Philippe PRADAL, parce que vous avez décidé de redevenir maire de Nice. Vous allez prendre la succession de cet homme qui fut maire intérimaire, qui suscite le respect pour sa pratique républicaine, sa droiture et pour avoir été celui qui demeurera, hélas, devant l’histoire, le maire en fonction le jour de l’attentat du 14 juillet.

Monsieur le maire, cette manipulation n’est pas digne de la fonction à laquelle vous prétendez parce qu’elle l’altère, parce qu’elle l’abaisse. Être maire de Nice, cela a un sens. Être président de la Région PACA aussi. Ce sont de belles fonctions, de hautes responsabilités surtout lorsqu’il s’agit de la 5ème ville de France. Ces responsabilités ne peuvent être considérées comme de simples variables d’ajustement en fonction de vos intérêts personnels ou partisans.

Ce que vous faite ce matin n’est pas un acte d’amour pour votre ville comme vous essayez de le faire croire, c’est un acte qui montre votre mépris pour les Niçois et les habitants de la Région PACA.

Mépris pour les Niçois d’abord, car ce qui vient de se dérouler n’a pas de précédent. C’est juridiquement légal mais politiquement inacceptable. Il peut arriver en cours de mandat, pour des questions de cumul, qu’un élu soit contraint de démissionner de la présidence d’un exécutif. C’est ce qui est arrivé après les élections Régionales et c’est normal. Mais qu’au cours d’un même mandat, on démissionne de la présidence d’un exécutif où l’on est nouvellement élu pour venir reprendre le contrôle absolue de la ville de Nice abandonnée voici onze mois. C’est inédit.

Mépris pour les habitants de la Région Provence Alpes Côte d’Azur. En effet moins de deux ans après votre élection à la présidence de la Région chèrement acquise, au prix du retrait de la liste de gauche, vous quittez cette responsabilité où vous n’aurez finalement effectué qu’un bref passage qui ne marquera pas son histoire

Quand je pense que vous aviez dit, péremptoire comme souvent, qu’on allait voir ce que l’on allait voir, que vous iriez à Marseille pour défendre les intérêts de Nice face aux Marseillais. Et que des milliers de Niçois vous ont cru. En fait, vous allez tenter d’inverser le mode de fonctionnement actuel de la ville de Nice sur la Région. Malheureusement pour vous, des « Pradal » il n’en existe qu’un. Et je vous prédis de ce côté là quelques désillusions.

Citoyens niçois et citoyens de PACA se rejoignent toutefois sur un point, ils sont les otages des caprices politiques du leader de la droite locale qui fait régner la plus grande confusion.

De ce point de vue, ce 15 mai donne l’opportunité d’une clarification. En décembre 2015 nous avons retiré notre liste pour permettre votre élection face à l’extrême droite et à Marion Marechal Le Pen. En mai 2017, contrairement à ce que beaucoup prédisaient, vous avez été clair face à l’extrême droite. C’est ce qui fait de nous des Républicains, des hommes et des femmes attachés à un socle de valeurs qui sont notre patrimoine collectif. Mais nous n’avons que cela en commun, rien d’autre.

Vous êtes à des lustres de la vision du vivre ensemble que nous voulons promouvoir et vous continuez à mettre notre ville en tension permanente. Voilà pourquoi nous n’avons pas participé au vote, pour dire non à tous ces arrangements d’un autre temps, non à cette mauvaise cuisine dont les citoyens ne veulent plus. Ils ont rejeté massivement ces pratiques y compris à Nice en votant le 7 mai dernier.

Au moment où un grand chambardement dans les pratiques politiques se prépare, approuvé par une majorité de nos concitoyens, vous vous enfoncez dans la caricature de ce qu’ils viennent de rejeter. Le moins que l’on puisse dire c’est que vous n’avez tiré aucun enseignement de ce qui vient de se passer.

mai 15, 2017   Commentaires fermés sur Estrosi élu maire de Nice !

Gare du Sud : Pourquoi nous sommes contre l’appel à projet !

gare-du-sud

Lors du dernier conseil municipal, nous avions quitté la salle du conseil suite à un incident de séance et nous n’avons pas pu expliquer notre position sur ce dossier.

Il est pourtant très important pour l’avenir de tout le quartier de la Libération.

L’appel à projet concerne l’exploitation de la Halle de la Gare du Sud qui sera reconstituée. C’est un lieu emblématique de l’histoire de Nice et le classement de cette Halle a été une bataille politique importante.

C’est un enjeu stratégique majeur qui doit s’inscrire à la fois dans la requalification de tout l’axe Nord Sud (avec les projets de la gare Thiers et du Ray), dans la nécessaire redynamisation du marché de la Libération qui décline malgré son affluence le dimanche, en fin de matinée.

Dans le projet initial, ce devait être une halle marchande occupée par les maraîchers et commerçants de la Libération. Toutes les villes de la Riviera ont un marché ouvert, Cannes, Menton, Vintimille, San Remo. Nice avait l’occasion unique, dans ce cadre exceptionnel de devenir la plus belle halle marchande de toute la Riviera. Il semble que ce soit les tarifs de location, prohibitifs, qui aient effrayé les maraîchers. Car, il est très clair que la ville veut faire une bonne opération financière avant toute chose.

Cet appel à projet démontre en tout cas l’absence de vision alternative de la majorité municipale pour l’utilisation de la halle, alors que le projet date de plusieurs années. C’est un aveu d’échec. A défaut de projet, la ville cherche tout bonnement un locataire, en se contentant de lui demander son projet d’utilisation.

Il y a une absence totale de consultation des commerçants et de la population et nous le regrettons ! C’est dommage. La destination de cet équipement emblématique se prêtait parfaitement à une consultation citoyenne. Mais on paie la situation financière de la ville qui n’a plus les moyens de financer quoi que ce soit et qui évite de réfléchir à un équipement public.

Dans un souci de rentabilisation, c’est donc au futur locataire de définir ce qu’il y fera car quasiment tout est permis : Activités commerciales, culturelles, événementielles, halle gourmande.

L’imprécision du cahier des charges ne donne aucune garantie.

Ainsi, un opérateur de galerie commerciale peut, in fine, être choisi avec quelques enseignes d’habillement. La seule contrainte imposée est de rendre la halle vivante le soir. Et encore cet objectif est formulé au conditionnel, « il serait donc souhaitable ».

Autrement dit, le critère de sélection sera l’argent, le loyer, avec ce risque de voir des enseignes commerciales prêtes à payer plus cher que des activités culturelles. Les Niçois ne pourraient donc avoir qu’une vulgaire galerie commerciale de plus.

Je rêvais d’excellence, d’exceptionnel, d’une ambition à hauteur des enjeux pour ce merveilleux écrin que sera la Halle de la Gare du Sud. Au final, les Niçois n’aurons que de l’ordinaire, ou pire, du médiocre.

décembre 22, 2016   Commentaires fermés sur Gare du Sud : Pourquoi nous sommes contre l’appel à projet !

Conseil Municipal : pourquoi nous avons voté contre l’application de la loi Macron ?

ouverture-dimanche

C’est la deuxième année que cette délibération est proposée. Elle nous présente concernant l’application de la loi Macron et le passage de cinq à douze dimanches.

J’avais déjà expliqué l’an dernier que cette délibération nous posait problème non pas sur un plan idéologique mais sur la manière dont vous elle était organisée ici. Je rappelle qu’on ne parle pas du périmètre touristique, qui lui relève d’autres procédés dérogatoires, mais du reste de la ville. Il y avait l’an passé six secteurs : l’ameublement, l’équipement des personnes, le bricolage, les bijouteries, les magasins populaires et le centre commercial Lingostière

Cette année on a rajouté cette année un 7ème secteur et ça ne manque pas de saveur, puisqu’il il s’agit de Nice One, le centre commercial où personne ne va les jours d’ouverture ordinaire.

Vu que les 5 branches et les deux centres commerciaux concernés ne choisissent pas les mêmes 12 dimanches, ce ne sont pas plus 12 dimanches qui sont impactés par l’application de cette loi dans Nice, mais 29 !

Nous sommes hors périmètre touristique, donc dans des « quartiers ». c’est véritablement un problème pour les consommateurs qui ont une intention d’achat un dimanche. Vont-ils savoir, dans leur quartier, si c’est le dimanche d’ouverture du bijoutier ou du magasin de bricolage ou tout autre commerce ? Il y a une absence de lisibilité totale.

décembre 2, 2016   Commentaires fermés sur Conseil Municipal : pourquoi nous avons voté contre l’application de la loi Macron ?