Non à la fermeture des guichets des gares !

 

C’ est ce que je suis venu dire à 14 heures hier à la gare SNCF de Nice en soutien aux cheminots et aux usagers.

La droite au pouvoir à la Région est en train de détruire ce que nous avions patiemment mis en œuvre pour relancer l’usage du train dans notre département.

Il est prévu de fermer plusieurs guichets des gares du bord de mer comme Menton-Garavan, Carnoles, Villefranche, Cros-de-Cagnes, Villeneuve-Loubet et Biot, ces deux dernières ayant fait l’objet d’importants travaux de rénovation sous le dernier mandat de Michel Vauzelle.

De même sur la ligne Nice Tende, les gares de La Trinité, Sospel et Tende sont concernées.

Par ailleurs des restrictions horaires d’ouverture des guichets pourraient toucher les gares les plus fréquentées comme celle de Nice-Riquier.

Région PACA et SNCF à couteaux tirés : contribuables et usagers trinquent !

 

La Région PACA a perdu le 1er jugement du tribunal administratif alors que les contentieux entre la Région et la SNCF s’élèvent à plus de 170M€ , la Région aurait seulement fait une provision estimée à moins de 20M€ , ce qui soulève la question sur la fiabilité du budget de la collectivité régionale.

Dans le même temps que reste-t-il du nombre de TER quotidiens qui était de plus de 700 en 2016 lorsque la gauche a quitté la région? 451 actuellement ce qui provoque une véritable inquiétude pour les usagers et un affaiblissement du service public des transports régionaux.

Toutes mes félicitations républicaines à Renaud Muselier pour son élection à la tête de la région PACA

Estrosi-Muselier

Je l’ai très bien connu à la région car c’était le leader de l’opposition lors de notre second mandat avec Michel Vauzelle entre 2004 et 2010. Un vrai républicain.

Néanmoins, cette élection sans surprise, dans une période particulièrement troublée, a réservé une surprise de taille. Le nouveau président de la région a affiché publiquement son soutien pour les élections législatives à un candidat de la « République En Marche », Loïc Dombreval dans la 2ème circonscription des Alpes-Maritimes.

Ce faisant, il va encore plus loin que Christian Estrosi et Xavier Bertrand. J’attends avec impatience son exclusion du mouvement « Les Républicains ». Les règlements de compte vont être sanglants après les législatives au sein d’une droite déboussolée, disloquée où désormais François Baroin n’ose plus parler de majorité alternative mais de « collaboration ».