Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Logement

Pourquoi n’avons nous pas voté le Programme Local de l’Habitat (PLH) 2017-2022 ?

logement

Cet important document qui fixe la stratégie de la politique du logement pour les cinq années à venir est arrivé en discussion au Conseil Métropolitain. Nous avons voté contre !

Tout simplement parce que n’allons pas cautionner un document qui nous ferait passer au mieux pour des naïfs, au pire pour des imbéciles.

En effet, pour répondre à une crise du logement dont les élus ne cessent de parler mais dont les habitants souffrent, le PLH a fixé des objectifs quantitatifs pour la production de logements neufs. 21 288 logements devront être construits d’ici 2022, soit 3548 logement neufs par an. 60 % de la production sera dédié à l’accession à la propriété.

Mais lorsque je lis, parmi les objectifs, qu’il faut loger les habitants dans des conditions compatibles avec leurs revenus, permettez-moi d’être perplexe. Je n’ai pris qu’un seul exemple, les logements prévus dans le cadre du projet de restructuration du Ray. Le Ray, c’est un quartier agréable, paisible, mais ce n’est tout de même pas la Promenade des
Anglais. Or, la commercialisation s’effectue aux alentours de 5 000 euros le m². Vous pensez que c’est compatible avec le revenu de la plupart des Niçois ?

Je n’en suis pas certain. Non seulement Estrosi endette la métropole, mais la politique qu’il conduit en matière de logement amène les gens à s’endetter à endetter sur 25 voire 30 ans. Et ce n’est pas tout. Cette crise du logement a entraîné une augmentation du prix des acquisitions dans le vieux de 10 % Fatalement, pris dans cette spirale, les loyers augmentent.

Toutes ces conséquences ont une cause : la pénurie des logements sociaux dont le maire est responsable.

J’ai bien noté l’objectif de construire sur 6 ans une moyenne annuelle de 1436 logements sociaux. Mais, comment y croire quand on reconstitue depuis 2001, ce qui s’est passé après l’adoption de la loi SRU.

En 2001, au lendemain de l’adoption de la loi SRU, la ville de Nice comptait 10,3 % de logements sociaux, soit 19 088 logements. Cela représentait la moitié de l’objectif des 20 %. Il restait donc à produire 9,7 % de logements pendant les 19 années conduisant à 2020, ce qui représentait une production de 926 logements par an.

En 2009, le maire a trouvé que ce n’était pas suffisant si l’on se réfère à l’objectif du programme local de l’habitat n° 2, adopté en 2009, qui était de 1 268 logements sociaux par an. Or, quelle a été la réalité de la production à Nice de 2001 à 2015 ? que s’est il passé derrière l’affichage?

Au 1er janvier 2015, Nice comptait 12,67 % de logements sociaux, soit 23 822 logements. Cela signifie que de 2001 à 2015, à Nice le logement social est passé de 10,3
% à 12,67 %, soit une hausse de 2,37 %, représentant 4 734
logements, c’est à dire une production moyenne sur la période de 338 logements par an. voilà la vérité ! La production réelle de logements sociaux a été quatre fois inférieure à l’affichage du PLH 2009-2015

Christian Estrosi a produit en moyenne 338 logements sociaux par an, et là, il nous demande de voter un document où il s’engage à en produire 1 468 par an. Vous comprendrez notre scepticisme. Nous n’avons même pas envie de faire semblant de le croire.

Voilà pourquoi nous avons voté contre ce PLH.

avril 6, 2018   Commentaires fermés sur Pourquoi n’avons nous pas voté le Programme Local de l’Habitat (PLH) 2017-2022 ?

Immobilier : Cela ne s’arrange pas pour les actifs !

 

Tous les professionnels du BTP s’accordent pour dire que 2017 a été une année exceptionnelle dans les Alpes-Maritimes.

Le record des ventes dans le neuf a été battu avec + 11 % par rapport à 2016, soit 4 569 transactions. La revente, quant à elle, a progressé de + 5 % pour atteindre 12 590 transactions.

Résultat, les prix augmentent. 5 399 euros le m2 dans le neuf et 4 038 euros le m2 à la revente dans l’ancien. C’est le seul marché qui reste accessible aux actifs et on peut se poser la question : Pour combien de temps?

février 24, 2018   Commentaires fermés sur Immobilier : Cela ne s’arrange pas pour les actifs !

Voilà pourquoi les loyers sont si chers dans les Alpes-Maritimes !

CAH

Il y a en France 1 152 communes qui sont soumises à la loi SRU (loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain) qui oblige les communes à avoir 20 voir 25 % de logements sociaux.
Sur ces 1 152 communes , 649 n’ont pas atteint le niveau de production fixé par la loi et 269 d’entre elles sont dites « carencées » comme l’indique la liste rendue publique par le gouvernement.

Ces communes vont devoir payer des amendes à l’Etat sur leur propre budget et je m’en félicite.

Néanmoins, une bien mauvaise surprise nous attend lorsque l’on épluche cette liste. 5 des 269 communes carencées nationalement sont dans les Alpes-Maritimes. Près de 10% des communes carencées sont dans notre département. Il n’y a pas de quoi en être fier ! Et d’ailleurs les élus font plutôt « canard ».

Voici les listes des mauvais élèves des A-M en précisant que c’est la métropole de Nice Côte d’Azur qui détient le la première place avec 10 communes concernées : Beaulieu-sur-Mer, Cap d’Ail, Gattières, La Gaude, Saint Jeannet, Saint-Laurent-du-Var Levens, Tourette-Levens, Vence et Villefranche-sur-Mer.

Les autres communes concernées sont : Biot, Cannes, Le Cannet, La Colle-sur-Loup, Contes, Mandelieu la Napoule, Menton, Pegomas, Roquebrune-Cap-Martin, la-Roquette-sur-Siagne, Le Rouret, Saint-Cézaire-sur-Siagne, Sospel, Tourrettes-sur-Loup, Vallauris.
Soit en tout 25 communes. Voilà les dégâts que peuvent faire une politique de droite sur le long terme, pendant des décennies.

décembre 21, 2017   Commentaires fermés sur Voilà pourquoi les loyers sont si chers dans les Alpes-Maritimes !

La vérité sur la suppression de la taxe d’habitation !

taxe-habitation-avis-imposition

Si tout le monde a toujours considéré la taxe d’habitation comme un impôt injuste, l’annonce de sa suppression ne fait bizarrement pas l’unanimité. Cela renforce ce sentiment de méfiance à l’égard de la parole du politique.

Et si pour une fois, il n y avait pas de lézard ! Elle va cibler effectivement le début des classes moyennes et, en cela, se révèle une mesure profondément sociale.

En effet, elle concernera les célibataires dont le revenu sera inférieur à 27 000 euros, les couples en dessous de 43 000 euros et les couples avec un enfant en dessous de 49 000 euros. Les seuils sont clairs et désormais connus de tous.

Le quotidien Sud Ouest a réalisé une simulation très intéressante qui démontre qu’effectivement entre 75 et 80% des contribuables seront touchés et en bénéficieront. Les chiffres dans les principales villes du Sud Ouest sont les suivants :

– Bordeaux : 115 502 foyers fiscaux, 17 628 ne paient pas la TH aujourd’hui (15,26 %), 68 127 supplémentaires en seront exonérés en 2020 (74,25 %).
– La Rochelle : 36 929 foyers fiscaux, 6 954 ne paient pas la TH aujourd’hui (18,83 %), 22 627 supplémentaires en seront exonérés en 2020 (80 %).
– Mont-de-Marsan : 14 139 foyers fiscaux, 9 495 ne paient pas la TH aujourd’hui (16,53 %), 9 495 supplémentaires en seront exonérés en 2020 (83,68%).

novembre 20, 2017   Commentaires fermés sur La vérité sur la suppression de la taxe d’habitation !

Loi S.R.U. : Tous les prétextes sont bons pour pouvoir y déroger !

DES19

C’est Dominique Estrosi-Sassone qui vient d’en faire la brillante démonstration en faisant adopter par le Sénat un amendement permettant de comptabiliser dans le quota de la loi S.R.U. (Solidarité et Renouvellement Urbains) les places des aires des gens du voyage !

Une occasion de racler quelques dizaines de logements supplémentaires qui montre une certaine détermination à tout faire pour se soustraire à l’obligation des 25 % de logements sociaux désormais imposés par la loi !

novembre 20, 2017   Commentaires fermés sur Loi S.R.U. : Tous les prétextes sont bons pour pouvoir y déroger !