Extension du T2 de l aéroport Nice Côte d’Azur : la commissaire enquêtrice donne un avis favorable avec… Neuf réserves

 

Neuf réserves c’est beaucoup et cela démontre l’embarras dans lequel s’est trouvé la commissaire enquêtrice qui a rendu l’avis de l enquête publique.

La balle est maintenant dans les mains du préfet des Alpes-Maritimes qui doit signer la déclaration d’utilité publique et qui n’est pas tenu de suivre cet avis qui n’est que consultatif.

Néanmoins on le voit mal ne pas suivre cet avis favorable d’autant que le projet a reçu depuis quelques semaines un soutien appuyé de la part du gouvernement.

Je comprend ce matin la déception de ceux qui se sont mobilisés pour aller répondre à cette enquête publique et qui ont à 75% émis un avis défavorable. Mais une enquête publique n’est pas une élection. Il ne suffit pas d’avoir la majorité pour gagner.

Une fois l’avis du préfet rendu, demeure la possibilités de recours au judiciaire. Bref tout n’est peut être pas encore perdu pour ceux, dont je fais partie, qui estiment que cette extension n’est pas raisonnable.

Containers de Saint Roch, la force des tweets.

 

Je ne sais pas si vous avez déjà assisté à une opération de vidage d’un container de poubelle enterré mais, si vous avez l’occasion, faites le.

Vous découvrirez le haut niveau de qualification des salariés qui opèrent cette manœuvre. Elle consiste à sortir le container de son emplacement à l’aide d’une grue fixée à un camion poubelle. Ensuite la grue secoue le container dont le contenu est récupéré par le camion poubelle. Puis la grue remet le container dans son emplacement. C’est un travail d’une précision chirurgicale.

Manifestement le prestataire chargé de cette opération à hauteur des numéros 56 et 70 du boulevard Saint Roch ne l’a pas réussi et des containers avaient été mal remis en place, occasionnant de la gêne pour les passants sans que cela n’émeuve la direction de la propreté.

Cela a duré plusieurs semaines jusqu’à ce qu’une série de tweets déclenche une réaction des services municipaux. Comme quoi les réseaux sociaux ont du bon.

Aller vers le zéro déchets

 

L’excellente enquête réalisée par le quotidien régional a mis en lumière des pratiques aussi discrètes qu’ irrationnelles.

500 tonnes de déchets ont été transférées à 1200 kilomètres de Nice au Pas de Calais pour y être incinérés.

C’est le résultat d’une saturation de nos propres installations. Je lis ici et là qu’il faudrait les augmenter. C’est une conception symbolique d’une certaine renonciation.

Les communes sont responsables de la collecte des déchets pas de leur traitement.
C’est en amont qu’il faut agir. Chaque habitant de Nice produisait en 2016, 381 kilogrammes de déchets par an alors que la moyenne nationale est de 261 kilogrammes.

Je ne pense pas que les touristes soient les seuls responsables de cette situation.

Il faut tendre vers le zéro déchets, développer les ressourceries (et ailleurs que dans les quartiers) et le recyclage (par la multiplication des composteurs privés et publics), accentuer le tri sélectif, remettre au goût du jour les bouteilles en verre avec consigne pour diminuer les volumes de plastique, pratiquer la tolérance zéro pour les mégots de cigarettes.

Toutes ces propositions seront au cœur des débats de la prochaine campagne municipale, n’en doutons pas ! Et leur efficacité influera aussi sur le volume des déchets.