Il faut aider l’Inde !
Je sais que certains d’entre nous pensent que ce n’est pas notre affaire, qu’il y a déjà de quoi s’occuper en France, que notre situation sanitaire n’est pas brillante.
Je pense différemment.
D’abord le traitement de ce virus nécessite une coopération et une solidarité planétaire. Une réponse égoïste et repliée sur soi-même ne nous protégerait pas bien au contraire.
C’est l’occasion de rappeler que les valeurs universelles de la gauche sont toujours d’actualité.
Personne n’avait vu arriver ce qui n’est plus une vague mais un tsunami. Les États-Unis, le Royaume Uni et la France ont annoncé des aides. La France va notamment livrer de l’oxygène. Mais c’est tout Le G7 qui devrait se mettre autour d’une table et prendre des mesures d’urgence.
L’OMS a parlé lundi d’une situation « plus que déchirante ». En Inde, l’épidémie de coronavirus est désormais totalement hors de contrôle. L’épidémie fait des ravages. Lundi des chiffres astronomiques ont été atteints avec un record mondial de 352.991 nouvelles contaminations et un record national de 2.812 décès.
Et le bilan réel pourrait être plus lourd. De nombreux crématoriums et cimetières affirment que les chiffres des décès dus au virus sont loin de correspondre à la réalité, compte tenu de l’afflux de corps qu’ils voient défiler.
Aider l’Inde, c’est aussi s’aider soi même car nos scientifiques connaissent mal ce variant Indien qui prospère de façon délirante dans des mégapoles comme New Delhi ou Bombay jusque dans les campagnes. Il est désormais signalé en Suisse, en Italie, en Belgique.
Il est à nos portes.

Les élus de la ville de Nice désertent l’agora consacrée à la démolition du Théâtre National de Nice

Tous avaient été invités mais ils avaient tous beaucoup à faire. Ni la 2eme adjointe Anne Ramos, ni Robert Roux, adjoint à la culture, ni Patrick Mottard, en Arménie, pas une présence de la ville de Nice.
Une véritable politique de la chaise vide qui s’est étendu à la directrice du TNN, au directeur de l’Opéra, à d’autres représentants de la ville, tous très occupés aujourd’hui.
Cela n’a pas empêché l’agora de se tenir avec une assistance nombreuse. Peu à peu nous avançons dans la bonne direction. N’oubliez pas de signer et de faire signer la pétition.

Rassemblement Sarah Halimi : j’y étais !

Et je vais vous en donner les raisons.
D’abord parce que le caractère anti-sémite de l’assassinat de Sarah Halimi ne fait aucun doute et a été qualifié comme tel par la justice. L’antisémitisme est un cancer qui ronge notre société, qui ne cesse de ronger notre société et c’est le jour pour le dire en ce jour de commémoration de la journée nationale de la Déportation.
Ensuite il y a la façon dont cette femme a été tuée puis jetée par la fenêtre d’un 3eme étage. Une telle violence ne peut être que le symptôme de la haine.
Enfin, il y a cette décision de la Cour de Cassation qui a motivé ce rassemblement à Nice mais aussi ailleurs en France. Parce que le choc est très profond dans notre pays mais aussi au-delà de nos frontières.
Je regardais tout à l’heure une pancarte d’un participant à ce rassemblement. il y avait indiqué : Tuer = illégal, se droguer = illégal, Tuer drogué = légal. Bien sûr que c’est bien plus complexe que cela mais il faut avouer que c’est difficilement compréhensible pour le citoyen.
C’est difficile de comprendre que la justice caractérise un crime anti-sémite et que dans le même temps son auteur se trouve aboli de son discernement. Tout cela provient d’une loi de 2008 paraît il. On ne peut pas reprocher à la justice d’appliquer la loi. Mais cette loi est imparfaite. Il faut donc la modifier et faire évoluer cette notion de responsabilité pénale. Un criminel qui prend des stupéfiants volontairement avant de commettre un crime ne peut pas être considéré vis-à-vis de l’irresponsabilité pénale de la même manière qu’un « vrai fou ».
Dans cette affaire on a un peu le sentiment que l’on a respecté le droit mais que la justice n’a pas été rendue.
Le ministre de la justice Eric Dupont-Moretti a annoncé le dépôt d’un projet de loi d’ici la fin mai. C’est la seule réponse politique possible.

Souvenez vous la gratuité des transports pour les 18-25 ans toute la semaine, c’était une proposition de Nice au Cœur aux dernières élections municipales.

L’exécutif municipal y vient et annonce cette gratuité uniquement pour le weekend end.
C’est un premier pas. Mobilisons nous pour que cette gratuité devienne totale tous les jours de la semaine. Là ce serait une mesure significative pour la jeunesse niçoise !